janvier 27, 2023

Deus Ex Mankind Divided

Résumé :

Nous sommes en l’an 2029, et les humains augmentés sont désormais traités en parias, exclus de la société. Adam Jensen est devenu un agent infiltré expérimenté qui doit mener ses opérations dans un monde qui méprise ses semblables. Doté d’un nouvel arsenal composé d’armes et d’augmentations à la pointe de la technologie, il devra choisir comment aborder ses missions, et décider à qui accorder sa confiance, s’il souhaite démanteler ce vaste complot mondial.

Avis :

Parmi les franchises vidéoludiques les plus intéressantes, Deux Ex se place en bonne position tant le jeu essaye d’allier un fond intelligent avec une forme cyberpunk inédite. Initiée en 2000 sur Playstation 2, la saga va se poursuivre quatre ans plus tard uniquement sur Xbox avec Invisible War, puis prendre une longue pause avant de revenir dans les mains d’un nouveau studio, Eidos Montréal. C’est en 2011 et sur Playstation 3 (entre autres) que Human Revolution va voir le jour, mettant en scène un humain augmenté sous le nom d’Adam Jensen et le studio propose un préquelle au lieu d’une suite habituelle. Succès oblige, le jeu va avoir droit à une suite, qui sera aussi un préquelle et uniquement jouable sur Pc Android et Ios. Autant dire que The Fall n’a pas fait grand bruit. Les fans devront alors se mettre à attendre cinq ans pour voir débouler Mankind Divided, la vraie suite de Human Revolution, un titre attendu au tournant car il devait gommer les défauts du précédent opus. Jouable en stand alone avec résumé à la clé de l’épisode précédent, Mankind Divided est un bon jeu, mais qui n’est pas dénué de scories.

Le point fort des Deus Ex, c’est bien évidemment son scénario. Après une mission dans un Dubaï fantasmé qui sert de tutoriel, on va subie de plein fouet un attentat dans une gare à Prague. La Taskforce pour laquelle on travaille pense que c’est la faute des augmentés, car ils sont plus ou moins exclus de la société et doivent vivre dans un stress constant, avec de nombreux contrôles de police et des brimades fort peu justifiées. Le héros que l’on incarne, augmenté, va devoir faire le point sur cette affaire, ménageant ses choix et essayant de prouver que les augmentés n’y sont pour rien et que ce sont peut-être des humains qui ont fait le coup pour faire porter le chapeau aux augmentés. Il s’agit donc d’un scénario futuriste mais qui a une forte résonance avec la société actuelle. Mettez des noirs à la place des augmentés et vous pouvez obtenir le même type de scénario. Car oui, c’est la différence et le racisme qui est mis en avant dans ce jeu et c’est fait de façon assez intelligente, où le héros, qui rentre pourtant dans la case des parias, doit tout faire pour trouver la vérité, même si elle fait mal. Afin de peaufiner cette histoire, Deus Ex Mankind Divided propose des dialogues à choix multiples qui influeront sur l’attitude des protagonistes mais aussi sur les succès à débloquer. Ainsi donc, il faudra choisir avec parcimonie si l’on veut sauver tout le monde, et c’est un bon moyen de rallonger la durée de vie pour qui veut refaire le jeu en changeant ses réponses.

Une durée de vie toute relative tout de même. Si les éditeurs nous promettaient plus de 70h d’heure de jeu, on va rapidement se rendre compte que cela inclus plusieurs parties pour tout débloquer ainsi que le mode Breach (multijoueur) et quelques add-on. Sans faire le jeu de fond en comble, on peut arriver très rapidement à la conclusion, avec une petite dizaine d’heure, sans rusher comme un macaque et en prenant le temps de faire quelques missions secondaires. Mais chez Eidos, ce sont des malins, car il faudra parler aux gens, fouiner quelques recoins sombres et développer de bonnes compétences pour débloquer de nouveaux accès et donc refaire l’aventure avec plaisir. Il faut dire qu’avec une seule partie, on peut rapidement être frustré par le manque de diversité dans la jouabilité. FPS relativement basique, certaines fonctionnalités des armes ne servent à rien et on peut faire tout le jeu sans se servir d’un silencieux ou de cartouches perforantes. Il n’est pas non plus nécessaire d’utiliser sa nano-lame ou encore certains pouvoirs complètement factices. Certaines armes sont aussi assez rares et on ne les utilisera jamais, ce qui peut créer une certaine frustration chez le joueur méticuleux qui veut tout essayer. Et je ne parle pas du boss de fin, que l’on peut arrêter en à peine quelques secondes si on a la bonne technique.

Malgré tous ces défauts, Deux Ex Mankind Divided possède tout de même quelques bons points. Déjà, son level design est soigné et plutôt intéressant. Même s’il semble improbable que dans neuf ans on vive dans un tel monde (le jeu se passe en 2029), il y a un bel effort pour fournir un Prague à deux visages, à la fois sombre et actif, doté de belles œuvres d’art mais aussi de ruelles sordides. Le fort attrait du jeu provient aussi de son côté jeu de rôle. Au fur et à mesure des enquêtes, notre héros va gagner des Praxis (points d’expérience) qui vont lui permettre de débloquer ou de faire évoluer des compétences pour devenir plus fort. Et à nous de choisir l’orientation que l’on veut pour notre personnage. Le plus intéressant sera bien évidemment d’agrandir son inventaire et de prendre de quoi résister aux ennemis, mais on peut aussi devenir un as du piratage. D’ailleurs, le piratage est une donnée très intéressante du jeu. Pour rentrer dans certaines zones, il faut pirater des portes ou des ordinateurs si l’on ne trouve pas les codes et c’est plutôt bien fichu, d’autant plus que l’on peut trouver des logiciels qui vont nous aider. La fonction bricolage demeure anecdotique et servira surtout à créer un objet multifonction qui peut pirater n’importe quel porte ou ordinateur.

Enfin, difficile de ne pas évoquer la jouabilité du jeu et ses différentes façons d’aborder les phases de tir. C’est fluide. On ne peut pas dire le contraire, le jeu est facile à prendre en main, c’est du classique, on avance, on se cache, on shoote les ennemis, on recharge, etc… La prise en main n’est pas évidente au départ, car on est lâché directement dans le bain et il faut bien écouter car la combinaison des touches n’est pas évidente et il y a beaucoup d’options. Si des raccourcis sont utilisables pour changer d’armes ou de munitions, ce n’est pas forcément instinctif et il faudra un temps pour s’y habituer. Par contre, le jeu peut s’aborder de deux manières différentes, la force ou la discrétion. Et pour cette dernière, ce ne sera pas évident car les mécanismes pour se cacher peuvent parfois ne pas fonctionner correctement et lors d’une attaque spéciale par derrière, la caméra change de place et on peut se faire très rapidement repérer. On privilégiera alors la force brute sur la quasi-totalité du jeu, sauf sur sa fin, où les possibilités se prêtent plus à de l’infiltration. Si on rajoute à cela une IA aux fraises et des réactions souvent débiles de la part des ennemis, il vaut mieux foncer dans le tas en trouvant une bonne cachette.

Au final, Deux Ex Mankind Divided est un jeu très agréable, très riche, très dense et qui ne demande qu’à être rejoué plusieurs fois. Malgré des défauts évidents et un scénario parfois un peu confus, le soft de chez Eidos Montréal demeure un bon moment même s’il ne propose pas un défi de taille. Le mélange de RPG et de FPS se marie à merveille et seule la frustration de ne pas pouvoir continuer l’aventure une fois le générique de fin arrivé se fait sentir, tant le soft semble proposer de nombreuses quêtes annexes et des lieux à explorer pour saisir toute l’ampleur du scénario.

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.