décembre 7, 2021

Le Mystère de l’Arche Sacrée – Michael Byrnes

9782714445544

Résumé :

Amit, archéologue israélien, et Julie, égyptologue française, découvrent l’existence d’une grotte abritant une jarre et trois parchemins étranges. À peine commencent-ils à en déchiffrer les hiéroglyphes qu’un inconnu tente de les tuer – et dynamite la grotte. Vatican. Charlotte Hennesey, brillante généticienne américaine, est kidnappée. Trois mois à peine après avoir analysé dans le plus grand secret un mystérieux ossuaire provenant du tombeau présumé du Christ… Tout porte à croire que derrière ces actions criminelles se cache une inquiétante organisation, la société du Temple. Un groupe qui fait tout pour hâter l’avènement d’une terrible prophétie…

Avis :

Après un premier roman remarqué et d’un intérêt certain, Michael Byrnes signe un nouveau thriller ésotérique. Suite directe du secret du dixième tombeau où l’on retrouve Charlotte Hennesey, généticienne de talent, Le mystère de l’arche sacré s’attaque à l’un des plus vieux mythes de l’humanité qui aura émerveillé une tripotée d’aventuriers en herbe, notamment avec le premier Indiana Jones : l’Arche d’Alliance. Mais ici, l’on ne se situe pas dans les années 1930, mais bel et bien à notre époque, en compagnie d’une scientifique, d’un archéologue, d’une séduisante égyptologue et d’un rabbin à moitié barjot… Alors, l’auteur transforme-t-il l’essai ?

L’intrigue débute par un secret de famille aux répercussions insoupçonnées. L’entame est loin d’être novatrice, mais a le mérite de poser l’ambiance via un style épuré, qui va droit à l’essentiel (dans l’agencement des mots), même si l’on notera de temps à autre quelques longueurs descriptives. Toujours est-il que l’on s’interroge, on se prend au jeu pour tenter de percer le mystère. L’on se demande comment l’auteur va construire son histoire pour ne pas faire une redite avec d’autres ouvrages (le sujet traité ici a été maintes fois exploité dans différents médias) ou pire, se contenter de nous ressasser des théories alambiquées pas vraiment crédibles.

Il est vrai que Michael Byrnes ressort les codes du thriller ésotérique à la lettre en bon élève qu’il est. Seulement, l’on se rendra compte qu’il ne s’écartera jamais des sentiers battus, alternant investigations, explorations archéologiques ou bien encore courses poursuites et fusillades. Le rythme se tient du début à la fin via des montées de tension subites et savamment distillées pour conserver l’attention du lecteur. Cela reste très bien fait, mais les habitués verront arriver les complications et la suite des chapitres sans le moindre mal. Malgré l’intérêt du sujet, l’ensemble demeure très prévisible pour un œil averti et rompu à ce type d’exercice.

À ce propos, la profusion de points de vue principaux rend la progression assez laborieuse. Trois, voire quatre changements d’angles peuvent permettre une variation de décor bienvenue. Toutefois, l’immersion en pâtit avec l’obligation pour le lecteur de se resituer dans le cadre temporel, mais aussi recentrer les protagonistes et leurs rôles dans l’histoire. Le constat se révèle brouillon malgré un environnement bien retranscrit. L’ampleur internationale nous fait voyager entre les États-Unis, le Vatican, Israël, la Palestine, sans oublier une petite escale à Belfast. Un tour des pays qui a de quoi donner le vertige, mais trouve finalement sa place et contribue au climat ambiant teinté d’aventures.

Quant aux personnages, il faut reconnaître qu’ils ont du mal à susciter la sympathie. Hormis Charlotte et son passé douloureux, on nous ressasse des poncifs difficilement crédibles dans leurs comportements. Sans peur et sans reproche pour les « gentils » et névrosé (à la limite de la mégalomanie) pour le bad-guy de service. On pestera devant des clichés qui n’aident pas à s’enlever de la tête des physiques trop propres et pas assez marqués par les épreuves de la vie. En somme des personnages très manichéens, sans relief et qui peine à trouver une cohérence au sein du récit. Comprenez en ce sens que l’on aurait pu les remplacer par n’importe qui.

Malheureusement, l’on notera de multiples contradictions dans leur parole ou tout simplement leur nature. Sans rentrer dans les détails, le rabbin (et la communauté juive par extension) reconnaît le pouvoir de Jésus comme le digne successeur de Moïse. De son point de vue, on le cite même de temps à autre comme le Messie ! Du côté de leur religion, une hérésie lorsque l’on sait qu’ils ne considèrent pas Jésus Christ comme le Fils de Dieu. Une affirmation tirée par les cheveux qui montre la fragilité de l’intrigue et des débordements que l’auteur n’a pas réussi à contrôler.

Au final, Le mystère de l’arche sacrée est un second roman assez décevant dans son ensemble. Malgré un postulat de départ fascinant, le retour de Charlotte et un environnement changeant plaisant (surtout synonyme d’aventures), l’on regrette les nombreuses errances du scénario. Certes, le rythme est enlevé et l’on ne s’ennuie guère. Toutefois, le récit demeure trop prévisible et chaotique dans ses affirmations pour susciter l’engouement chez le lecteur. Le style de l’auteur est toujours agréable à suivre, mais son histoire accuse 10 ans de retard tant dans les ficelles narratives que dans sa galerie de personnages à la limite du caricatural. Un thriller ésotérique en demi-teinte qui contentera les inconditionnels du genre, à défaut de ne rien avoir d’autre à se mettre sous la dent.

Note : Le mystère de l’arche sacré peut se lire indépendamment du secret du dixième tombeau, mais il est préférable de connaître ce dernier pour que certains détails ne vous échappent pas en cours de route.

Note : 11/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.