Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; VipersVideoQuicktags has a deprecated constructor in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/vipers-video-quicktags/vipers-video-quicktags.php on line 31

Notice: Constant WP_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 93

Notice: Constant WP_MAX_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 94
Critters 4 - Lavisqteam.fr
septembre 21, 2021

Critters 4

De : Rupert Harvey

Avec Don Keith Opper, Terrence Mann, Paul Whitthorne, Anders Hove

Année : 1994

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Comédie

Résumé :

Les petits monstres poilus et dévoreurs s’attaquent cette fois à l’espace intersidéral, embarqués à bord d’un vaisseau spatial…

Avis :

Rupert Harvey est un nom qui ne vous dit sûrement rien et c’est normal, puisque Rupert Harvey est avant tout un petit producteur qui n’a jamais produit d’immenses morceaux de cinéma. Travaillant depuis presque quarante ans maintenant, on trouvera dans ses productions « Le blob » de Chuck Russell, « Freddy 5 – L’enfant du cauchemar« , ou encore le premier film de Jake Scott, « Gun 1748« . Parmi ses productions, on trouve aussi la saga « Critters » et après avoir laissé la place à d’autres, Rupert Harvey décide de passer à la réalisation pour un quatrième opus, ce qui sera et restera comme sa seule réalisation à ce jour.

En 1991, Kristine Peterson réalisait l’opus de trop avec le troisième « Critters« , et ne lâchant toujours rien, les petites créatures poilues et meurtrières sont donc de retour. Un retour attendu, puisque l’opus précédent se concluait par un « To Be Continued ». Après avoir tout testé ou presque, on se demandait ce que Rupert Harvey allait bien pouvoir raconter avec ce film et il va surprendre en tournant un opus spatial. Les Krites venant de l’espace, le producteur et réalisateur a donc décidé de couper avec ce qui a été fait précédemment, et sans que ce soit un moment incroyable de cinéma, je dois dire que ce « Critters 4 » est étonnant et dans sa mesure, il arrive assez bien à se tenir et nous intéresser.

Au moment où Charlie allait détruire les derniers œufs des Krites, il reçoit un message de Ug, qui lui demande de ne pas détruire les œufs, car ils sont les derniers de leur espèce. Ug envoie alors un vaisseau pour récupérer les œufs, mais au moment où Charlie les place à l’intérieur, ce dernier se retrouve coincé à l’intérieur du vaisseau. Le vaisseau où se trouve Charlie est alors récupéré par un autre vaisseau dirigé par le Capitaine Rick. Rick et son équipage décident d’amener le vaisseau sur une station, mais une fois sur place, ne sachant pas ce qu’il y avait à l’intérieur, rien ne va se passer comme prévu…

Ce qui est pas mal, même quand c’est mauvais, c’est le fait que la saga « Critters » surprenne par ses choix et ses directions. Après nous avoir fait un huis clos qui ne savait pas où aller, voici que le quatrième opus s’essaie aux huis clos, façon, « … le huitième passager« . Franchement, qui l’avait vu arriver celle-là ? Et le pire dans cette histoire, c’est que finalement, malgré ses défauts, malgré son scénario comme toujours au ras des pâquerettes, malgré des acteurs parfois peu convaincants, ce quatrième « Critters » arrive à tirer son épingle du jeu et se pose comme un petit divertissement sympa. Alors bien sûr, on est loin du chef-d’œuvre de Ridley Scott et d’ailleurs, hormis le fait que le film nous fasse penser au film de Scott, les deux sont incomparables, mais comparé au troisième, et même au deuxième, on sent que Rupert Harvey a une ambition et une envie de surprendre.

Si le scénario fait le minimum, s’il nous offre des personnages qui sont bien souvent débiles, prenant des décisions parfois incompréhensibles, « Critters 4 » arrive pourtant à être dans une certaine mesure efficace. Naviguant entre divertissement horrifique, film de science-fiction et bien entendu, un côté fun que la saga a mis en place et ne veut lâcher, même si ici, il est clairement moins présent, ces nouvelles aventures, à la très grande surprise, arrivent à trouver leur petit charme et ça se fait plaisant. Cette idée de s’envoler vers l’espace, d’emprunter le chemin d’un « Alien« , donne un nouveau souffle à cette saga, et malgré le manque criant de budget, malgré l’intrigue dont on en connait d’avance les rebondissements et les surprises, on se dit qu’à la fin, on a passé un chouette moment, et que si cinquième il devait y avoir, on resterait curieux de voir où la saga pourrait aller.

Comme pour les précédents opus, on retrouve Don Keith Opper dans le rôle de Charlie et Terrence Mann dans celui de Ug, pour le reste, Rupert Harvey nous invite à découvrir de nouveaux personnages et si ces personnages n’ont rien de vraiment marquant, ils sont néanmoins tenus pour certains par d’excellents comédiens. Ainsi, pour notre plus grand plaisir, on retrouve Braf Dourif, Angela Basset ou encore Anders Hove.

Ce quatrième opus rehausse quelque peu le niveau et se pose comme un petit divertissement. Intéressant dans ce qu’il essaie de faire, dans la façon qu’il a de réinventer la saga et en même temps de revenir à ses origines, ayant une certaine ambition, étant plus tenu que le précédent, voire même le deuxième, « Critters 4 » se pose, dans sa limite, comme une surprise sympathique.

Note : 10/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.