octobre 18, 2021

Kabu Kabu – Nnedi Okorafor

Auteure : Nnedi Okorafor

Edition : ActuSF

Genre : Fantastique, Science-Fiction, Fantasy

Résumé :

Au bord d’un pipe-line, une jeune femme joue de la guitare pour un zombie d’un genre particulier. Dans un village nigérian, deux sœurs investissent une maison que leurs parents ont fait construire mais qui, curieusement, n’est pas meublée. Au lieu de l’amener à l’aéroport, un chauffeur de kabu kabu, ces taxis clandestins qui hantent les rues de Lagos, emmène sa cliente au cœur des légendes africaines. Sur la côte de Calabar au début du vingtième siècle ou sur l’étrange planète Ginen, Arro-yo est une coureuse de vents, obligée de se battre pour exister malgré sa chevelure qui la désigne aux autres comme maudite.

Avis :

Kabu Kabu constitue un recueil de pas moins de vingt-deux nouvelles, dont la plupart se basent au Nigéria, ou dans des régions futuristes, voire imaginaires, qui s’y apparentent. Kabu Kabu nous offre à découvrir la multitude d’univers qui peuple l’esprit aventureux et original de l’auteure Nnedi Okorafor. Mystiques, magiques, post-apocalyptiques, dystopiques, d’anticipation, historiques, réalistes, … tous les récits possèdent des identités aussi riches que variées, mais tous ne captivent pas forcément. Les chutes étonnantes se font rares dans ce recueil, alors qu’elles doivent être pourtant inhérentes au style particulier de la nouvelle. Les récits font davantage penser à de courtes histoires qu’à des nouvelles. Cela ne retire en aucun cas le plaisir de les lire.

Les éditions ActuSf ont classé les nouvelles quand cela pouvait être possible. Ainsi, certaines détaillant un univers futuriste, où la technologie a envahi le quotidien, se suivent, comme celles décrivant les esprits liés à l’air. Ces dernières possèdent en plus quelques éléments en communs, ce qui apporte une autre dimension concernant ces différentes nouvelles, qui peuvent se lire indépendamment les unes des autres, mais qui, si lues à la suite, forment un corpus aux liens très intéressants.

Grâce à ces nouvelles, le lecteur découvrira une Afrique noire qui n’est malheureusement pas souvent mise en avant dans les romans d’aventures, de fantaisie ou de science-fiction aujourd’hui. L’auteure nous emmène chez elle, dans des villes qu’elle a arpentées, sur des routes qu’elle a piétinées, dans des lieux qui l’ont marquée. Le lecteur y apprend quelques traditions ancestrales ; découvre une autre culture ; se fascine pour les malédictions diabolisant certaines couleurs d’yeux, de peaux ou certains types de cheveux ; se laisse bercer par des paysages exotiques, arides ; se représente le goût des fleurs, plantes, graines, viandes ou poissons dont il ne connaissait peut-être ni le nom ni l’existence ; se nourrit de nouveaux mots, de nouveaux vocabulaires ; et imagine la beauté de la nature dépeinte ainsi que la force des différents personnages que l’auteure a façonnés.

Chaque nouvelle est empreinte d’émotions. L’auteure prend le temps de nous décrire l’environnement, qu’il soit politique, culturel ou religieux, naturel ou social. Les personnages apparaissent devant nos yeux, riches des détails parsemés dans le texte. Les situations sont souvent poignantes, et les messages délivrés sont forts. Le lecteur ne ressort pas indemne de la lecture de ces vingt-deux nouvelles émouvantes, qui mettent en avant des héros atypiques, au cœur aussi lumineux qu’ardent.

Deux des nouvelles, Popular Mechanic et L’artiste araignée, s’intéressent à un Nigéria futuriste, où la technologie envahit le quotidien, notamment quand il s’agit d’aller récupérer du pétrole. Les relations des personnages avec les robots, ou avec les améliorations bioniques qu’ils s’injectent, soulignent à la fois une peur de l’évolution de l’humanité comme un questionnement malaisant sur l’intelligence des machines. En plus d’une réflexion prenante, l’auteure met en scène des histoires d’amitié et de familles passionnantes.

Le nègre magique constitue certainement la nouvelle avec la meilleure chute, tout en étant la plus courte et possédant un humour fracassant. L’auteure se moque de l’idée du génie, à qui l’on a tendance à toujours attribuer un rôle secondaire, alors qu’il possède des pouvoirs surpuissants. Le personnage brise le quatrième mur, défie les lecteurs et clôt l’histoire d’une manière inattendue. Le parti pris est osé, comme le ton qui est à la fois noir et cynique.

La nouvelle Séparés est poétique et romantique, tout en étant philosophique. L’auteure nous dépeint son idée de l’amour, sa vision d’une relation fusionnelle, et l’évolution d’un couple lorsqu’un enfant vient au monde. La chute véhicule un message intense, qui amène à nous remettre en question.

Kabu Kabu, la nouvelle qui a donné le titre au recueil, fait partie des histoires les plus longues. On voyage à travers un genre de taxi ésotérique, qui rappelle par moment le bus décrit dans les romans Harry Potter. On se questionne de par tous les nombreux mystères qui croisent la route de ce drôle de véhicule, tous les êtres qui y pénètrent et qui s’arrêtent à des endroits curieux. Mysticisme, tradition familiale, cycle initiatique… Kabu Kabu est un récit avant tout de quête intérieure.

La maison des difformités et Le tapis constituent des textes légèrement plus horrifiques que les autres. Mettant en scène des adolescents dans des endroits étranges, où la mort côtoie le morbide, elles nous embarquent dans une aventure sombre, emplie de magie noire, et au suspens efficace, même si les fins n’étonnent pas toujours.

Ce recueil est un savant mélange d’émotions, de partages et de réflexions, qui nous permet de rencontrer une auteure au talent indéniable.

Note : 16/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.