novembre 30, 2021

Batman Arkham Origins

batman-arkham-origins-jaquette-ME3050161811_2

Résumé :
Voici tout juste deux ans que le milliardaire Bruce Wayne est devenu Batman. Sous son costume de chevalier noir, il tente de ramener un semblant d’ordre dans la décadente ville de Gotham City. Les différents criminels commencent à parler de lui, certains pensent qu’il ne s’agit que d’une légende inventée par la police, d’autres connaissent l’ami de l’ami de l’ami qui aurait vu le Batman en personne. Du côté des forces de l’ordre, on ne sait pas vraiment que faire avec ce nouveau venu, et le commissaire Gordon ne voit en lui qu’une menace. Cependant, en cette veille de noël, le criminel connu sous le nom de Black Mask décide d’offrir 50 millions de dollars pour une nuit de chasse. C’est sur ce postulat que l’histoire de Batman Arkham Origins débute.

Batman 1

Le jeune Batman, prêt à combattre le crime

Avis :
Lorsque le studio RockSteady sortait Batman Arkham Asylum en 2009, la presse fut unanime. Enfin un jeu Batman exploitant le coté plus sombre de cet univers tel qu’on pouvait le voir dans les comics. Deux ans plus tard, la suite, nommée Batman Arkham City finissait d’imposer la licence Arkham comme une série avec laquelle il faudrait désormais compter. Aujourd’hui sort le troisième épisode, développé cette fois par Warner Bros Montréal, Rocksteady étant, a priori occupé par un épisode sur les prochaines consoles. Cependant, avec des bases aussi solides que les deux précédents volets, il était quasiment obligatoire que cet épisode soit une franche réussite. Pari tenu ? Nous allons voir ça.
Batman Arkham Origins est un jeu d’action-aventure à la troisième personne proposant deux types de gameplay que nous appellerons « combat » et « prédateur ». La partie combat occupe les deux tiers du gameplay, et se base sur un système relativement simple mais pas dénué de profondeur. On attaque avec une seule touche, et lorsqu’un indicateur apparait au-dessus de la tête d’un ennemi, une autre touche permet de contrer son attaque. On oscille donc entre attaque et contre afin de faire augmenter la jauge de combo. Cette jauge, qui augmente si on enchaine attaque et contre sans interruption et sans se faire toucher, permet, à partir d’un certain multiplicateur, d’effectuer des actions spéciales. Assommer un opposant d’un coup, désarmer et détruire l’arme de l’agresseur ou créer une tornade étourdissante. Toutefois, il est possible de ne pas utiliser de capacité afin d’augmenter encore le compteur pour rentrer en mode « déchainement » où le temps ralentit et les attaques font plus de dégâts. Ajouter à cela un coup de cape permettant d’étourdir les ennemis, une esquive, la possibilité d’utiliser les gadgets en combat (Batarang pour renverser l’adversaire, Bat-griffe pour le désarmer ou l’attirer à soi, Grenade collante pour l’immobiliser…) et on obtient un système de combat réellement profond. Une fois maitrisé, on ressent toute la puissance de Batman et enchainer les combats devient jouissif.

Batman 2

Les combats sont maitrisés comme du papier à musique

Le jeu propose également des salles « prédateurs » où il propose des séquences d’infiltration. Enfermé dans une pièce, il est nécessaire de se débarrasser de tous les ennemis présents afin de pouvoir progresser. Seulement, les opposants étant armés, l’attaque frontale devient suicidaire et il est vital de les éliminer un par un, sans se faire repérer. Pour ce faire, il est possible de se réfugier en auteur sur des points d’observations, de se cacher dans les conduits de ventilation ou encore simplement au coin d’un mur. Pour venir à bout de ses salles, il sera possible de poser des pièges explosifs, d’utiliser des batarangs soniques afin d’isoler un ennemi, de les suspendre aux points d’observation. Au fur à mesure, les adversaires seront de mieux en mieux équipés (lunettes thermiques, mines, brouilleur…) et il faudra faire preuve de patience et d’observation afin de terminer ses passages sans heurts.

Batman 3

Le mode Prédateur est toujours présent

Batman Arkham Origins prend place dans Gotham City. Libre d’évoluer dans la ville à l’aide de son grappin et de sa cape, le joueur découvrira de nombreuses quêtes annexes à effectuer. Désormais, des scènes de crimes apparaissent dans différents quartiers. Reprenant le mode détective présent dans les précédents opus, mais en l’améliorant, ces quêtes sont agréables à jouer et mettent en avant le talent de détective du chevalier noir. Il sera également possible de se mettre en chasse de divers criminels. Le chapelier fou, Deadshot, Shiva et d’autres, du beau monde est présent en cette nuit de réveillon. Malheureusement, les énigmes d’Enigma ont quant à elles disparu. On pourra également critiquer la map, bien que plus grande que celle dans Arkham City, réutilise quasiment tous les modèles 3D du précèdent épisode. Certes, c’est la même ville, mais l’impression du copier-coller est vraiment tenace. De plus, hormis les ennemis, la ville est totalement déserte. Aucun civil à sauver, aucune aide à apporter. Niveau immersion, on a vu mieux. Autre perte, les combats de boss sont nettement moins inspirés qu’auparavant. Aucune tactique particulière, ils sont devenus des combats classiques contre des ennemis plus forts. Dommage.

Batman 4

Les scènes de détective ont subi une nette amélioration

Coté graphisme, ce n’est pas l’éblouissement. Si les textures et les modèles 3D sont corrects, l’utilisation du moteur Unreal Engine fait encore des siennes en affichant trop souvent les textures avec un temps de retard. On n’est pas au niveau de Rage, mais cela n’est quand même pas agréable. De plus, le jeu accuse des difficultés de chargement lors des balades en ville. Il n’est pas rare de subir des freeze d’une ou deux secondes. Heureusement, ces soucis n’apparaissent pas lors des phases de combat. Au niveau bande son, la musique fait son office sans plus. Pas mauvaise au point d’être coupée mais pas exceptionnelle au point d’écouter l’OST en boucle. Le doublage français s’avère de bonne qualité, même si on regrettera que le Joker ait perdu son doubleur présent dans les deux anciens opus. Le nouveau rappellera des souvenirs aux cinéphiles, mais cela reste dommage quand même.
Arkham Origins se déroulant avant les événements d’Arkham Asylum et d’Arkham City, le scénario a pour fil rouge la rencontre entre Batman et le Joker. Si ce point de vue est intéressant, une question demeure. Pourquoi encore le Joker ? Le premier trailer laissait présager d’un changement dans le scénario, et après deux opus à courir aux trousses de l’ennemi numéro 1 du chevalier noir, un peu de nouveautés aurait été bienvenu. Et bien non, Deathstroke, pourtant mis en avant, fait presque office de figuration, ce qui est le cas de pratiquement tous les autres assassins. Bane apporte un peu de sang frais, mais cela reste mince. Les ennemis de Batman sont, à mon sens, assez nombreux pour laisser de côté le Joker pour un épisode. Bref, aucune surprise dans le scénario et on le suit sans plus d’implication que ça. Il faut cependant souligner que la mise en scène lors des différentes cinématiques est quant à elle vraiment maitrisée. Là-dessus, pas de soucis, c’est spectaculaire, héroïque, avec des actions de Batman épiques. Un très bon point.

Batman 5

La Bat-cave, du fan service à l’état pur.

Conclusion :
Que penser de ce nouveau Batman ? Eh bien, mes impressions sont mitigées. Le gameplay établis par Rocksteady fonctionne toujours aussi bien, l’ambiance générale est bien présente. Mais le sentiment d’être face à une copie sans ambition est tenace. On sent de bout en bout que les studios Warner Bros Montréal se sont contentés de reprendre les bases existantes sans chercher à innover de moindre mesure. Comme s’il fallait un épisode de Batman tous les deux ans, sans fautes et tant pis pour les nouveautés. Call Of Duty, Assassin’s Creed, les licences ayant succombées à cette démarche commerciale sont de plus en plus nombreuses. Il n’y a qu’à attendre, avec appréhension, le prochain épisode de Rocksteady avant de se prononcer. Bref, une copie honnête, mais peut mieux faire.
Note : 14.5/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hYAnfE8WgAo[/youtube]

Par Iscariote

MickeyNote de Mickey: 17/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.