janvier 27, 2023

En Quatrième Vitesse

blu-ray-en-quatrieme-vitesse

Titre Original: Kiss Me Deadly

De : Robert Aldrich

Avec Ralph Meeker, Marian Carr, Juano Hernandez, Albert Dekker

Année : 1955

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier

Résumé :

Le détective privé Mike Hammer enquête sur la mort d’une jeune femme qu’il a connue furtivement. Ses investigations le mènent vers des enjeux qui le dépassent.

Avis :

Les romans sont de formidables nids d’idées pour les scénaristes et réalisateurs de films. Si on regarde de plus près, les détectives privés sont vraiment très prisés dans le domaine du septième art car ils apportent plusieurs aspects très recherchés dans ce domaine. Outre une enquête qui peut être palpitante, le détective privé est souvent utilisé dans des sagas et peut être repris dans plusieurs films si les réalisations marchent. La preuve en est avec Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle par exemple et la pléthore de films qui entoure le plus célèbre détective. Mais ce n’est pas le seul. En effet, on peut parler des héros d’Agatha Christie comme hercule Poirot ou Prudence et Thomas Beresford, mais il y a aussi Hubert Bonisseur de la Bath alias OSS 117, le héros de Jean Bruce ou le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg de l’écrivaine Fred Vargas. On peut aussi citer les héros des Rivières Pourpres ou encore ceux de Dan Brown avec le Da Vinci Code et Anges et Démons. Mais ces adaptations ne datent pas d’hier, la preuve en est avec En Quatrième Vitesse, qui reprend le personnage de Mike Hammer créé en 1947 par Mickey Spillane et qui est le deuxième film à reprendre ce personnage en 1955 par Robert Aldrich. Et ça tombe bien, car Carlotta Films vient de sortir une version restaurée de toute beauté.

0

Où veux-tu aller belle pépée ?

Le scénario s’appuie sur le roman Kiss Me Deadly de Mickey Spillane, mais le scénariste, A.I Bezzerides, avec l’appui de Robert Aldrich vont complètement remanier l’histoire afin d’avoir quelque chose de plus dur et de plus angoissant. Fleuron du film noir, En Quatrième Vitesse est une histoire complexe, flirtant avec le fantastique et qui possède une mise en scène incroyable. Mike Hammer est un détective privé qui prend une jeune autostoppeuse en route. Elle lui avoue connaître un secret et lui demande que si jamais elle meurt, de se rappeler d’elle. Ils se font alors piéger par un groupe d’hommes et sont laissés pour mort sur le bord de la route. Mike en réchappe et décide de mener l’enquête malgré les réticences de la police. Ce chemin tortueux va l’emmener vers quelque chose de très obscur.

Bien entendu, nous sommes en présence d’un film noir. Le détective privé mène une enquête bizarre, évite des pièges, tisse des liens, perd des proches, trouve des indices. Bref, il n’y a rien de bien nouveau là-dedans. Sauf que le film est d’une grande clarté et ne cherche pas à faire complexe tout en gardant une grande énigme, le pourquoi du comment. En fait, le déroulement de l’enquête est limpide et il est très participatif d’un point de vue du spectateur. On ne s’ennuie pas car on est pris dans ce film et dans l’enquête en elle-même. C’est vraiment très bien foutu.

L’autre point incroyable du film et qui montre que les blockbusters d’aujourd’hui n’ont rien à envier des films des années 50, c’est qu’il y a une ambiance très puissante. Robert Aldrich possède un œil acéré et il maîtrise avec un grand talent la caméra pour fournir des plans classiques, mais vraiment classieux. Il n’hésite pas non plus à briser certains codes en montrant des moments presque gores ou du moins un peu durs, chose assez rare à l’époque, notamment dans les films noirs. On y voit aussi une critique très acide sur le nucléaire, chose qui semble faire peur à Aldrich puisqu’il remettra le couvert avec L’Ultimatum des Trois Mercenaires quelques années plus tard. Mais on y voit aussi une critique assez discrète des méthodes policières, qui semblent complètement inutiles.

L’ambiance qui se dégage du métrage est aussi très forte, perdant le spectateur dans une absence de lieu, rendant le tout très fantasmagorique, presqu’irréel. D’ailleurs, tout est fait pour perdre le spectateur dans ce film, entre des routes à n’en plus finir comme au début ou la cabane en bord de mer à la fin, on se retrouve devant des lieux isolés et le réalisateur ne donne aucun indice spatial pour mieux rendre une atmosphère angoissante.

Bien évidemment la prestation des acteurs et actrices est formidable. Ralph Meeker est parfait dans le rôle du charismatique Mike Hammer. Beau, déterminé, intelligent et malin, il incarne tout cela avec un sacré charisme. A ses côtés, Marian Carr est très étonnante dans un rôle ambigu où elle joue l’ingénue et la femme faible. On s’attachera beaucoup à certains personnages du film, dont le garagiste amoureux des voitures, dont le surnom est Va-va-voum ou encore la femme de Mike Hammer qui est très touchante. Les grands méchants du métrage sont tous très différents mais bien loin des clichés que l’on a aujourd’hui, possédant toujours un côté gentil ou innocent. Bref, le casting est formidable et tout ce petit monde se donne pour ce film.

critique-en-quatrieme-vitesse-aldrich12

En voiture Simone !

Au final, En Quatrième Vitesse est un magnifique film noir qui montre que Robert Aldrich est résolument un grand réalisateur. Tendu, participatif, beau et intrigant, ce film est un véritable chef d’œuvre dont le fin est absolument nihiliste et jusqu’auboutiste. Bref, un film dont il serait dommage de passer à côté, surtout que la galette proposée par Carlotta est d’excellente qualité et propose des bonus très intéressants dont un retour sur le film par Philippe Rouyer, critique cinéma et professeur à l’université Paris I et une fin controversée. Bref, c’est du tout bon bébé !

Note : 17/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=grVoJFnYDO8[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.