décembre 1, 2022

The Hummingbird Project

De : Kim Nguyen

Avec Jesse Eisenberg, Salma Hayek, Alexander Skarsgard, Michael Mando

Année : 2019

Pays : Canada

Genre : Drame

Résumé :

Deux cousins new-yorkais font équipe dans les affaires. Leur rêve : devenir riches grâce à la construction d’un câble de fibre optique allant du Kansas au New Jersey. Mais leur ancien patron va vouloir contrecarrer leurs plans…

Avis :

Kim Nguyen fait partie de cette nouvelle scène canadienne qui monte gentiment. Kim Nguyen s’est fait remarquer dès son premier film qui fut nommé dans beaucoup de catégories aux Jutra (l’équivalent de nos Césars), dans la catégorie meilleur film. Par la suite, le réalisateur expérimente et monte petit à petit, allant même jusqu’à la course aux Oscars en 2016 dans la catégorie meilleur film étranger pour « Two Lovers and a Bear« .

Après trois ans d’absence et un tour par la case télévision pour la série « Bellevue« , Kim Nguyen est de retour dans les salles obscures avec « The Hummingbird Project« , film au casting prestigieux, Salma Hayek, Jesse Eisenberg, Alexander Skarsgård, ou encore Johan Heldenbergh. Débarquant sur les planches de Deauville avec un sujet pour le moins atypique, Kim Nguyen va décevoir, livrant un film ennuyant au possible. Un film qui peut avoir une idée de base qui est intéressante, mais dont le réalisateur n’en fait rien et piège alors son public qui reste là, à se demander quel est l’intérêt de nous raconter une telle histoire.

Deux cousins new-yorkais font équipe dans les affaires. Leur rêve, devenir riche grâce à la construction d’un câble de fibre optique allant du Kansas au New Jersey. Un câble qui permettrait à leur client de gagner une seconde sur les marchés de la bourse. Cette entreprise va devenir difficile quand leur ancien patron va vouloir contrecarrer leur plan…

« The Hummingbird Project« , c’est un film qui va être compliqué à chroniquer tant il n’y a pas grand-chose à en tirer et c’est bien dommage, car le film de Kim Nguyen a certaines qualités qui ne sont pas négligeables. Des qualités qui renvoient même au talent du réalisateur. « The Hummingbird Project« , c’est tout d’abord un film qui est très bien filmé. Les plans sont très beaux, on sent que Kim Nguyen a travaillé son film pour qu’il soit esthétiquement magnifique. Le film tient même des séquences qui, prises seules, sont sublimes.

« The Hummingbird Project« , c’est aussi un film qui est très bien tenu par une grande partie de ses acteurs et notamment le duo que forment Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård. Si chacun d’eux trouve un rôle qui ne touche pas, il n’en reste pas moins que les acteurs, dans la composition des personnages, sont irréprochables.

Mais voilà, c’est bien tout ce que l’on peut tirer du film de Kim Nguyen, car pour le reste, non pas que ce soit réellement mauvais, mais le réalisateur peine vraiment à rendre l’ensemble intéressant. Et c’est dommage, car l’idée de base, comme ça, aurait pu être intéressante, mais rien n’y fait, on passe totalement à côté.

Les principaux défauts de « The Hummingbird Project« , c’est son écriture. En fait, Kim Nguyen n’arrive jamais à nous embarquer dans les aventures de ces deux cousins. Si, dans un sens, le film respire un certain travail pour ne pas nous perdre dans des termes très techniques, le résultat escompté échoue, car non seulement, on est totalement dépassé par les conversations et les termes qui sont divulgués dans le film, mais au-delà de ça, cette histoire de chantier pour faire passer un câble de fibre optique sur des centaines de kilomètres se fait intéressante uniquement dans son ouverture. Une fois cette dernière passée, « The Hummingbird Project » traîne et traîne en longueur. Kim Nguyen n’arrive jamais à nous emporter dans ses rebondissements, car si l’on en comprend bien le but général, on reste en dehors, et finalement, on finit par se ficher de ces personnages, qu’on enfonce à grands coups de cancer de l’estomac (qu’est-ce que ça vient faire là-dedans). Et d’ailleurs, en parlant des personnages, si ces derniers sont bien campés, du moins pour Eisenberg et Skarsgård, parce qu’en ce qui concerne Salma Hayek, on repassera, on ne peut pas dire non plus qu’ils soient attachants.

On ajoutera à cela une mise en scène qui, si elle est visuellement belle, comme je le disais, le film est très beau, le rythme, lui, est très inégal. Franchement, le tout est plat au possible et jamais Kim Nguyen n’arrive à nous emporter dans ce film. On attend en permanence que « The Hummingbird Project » décolle, mais rien n’y fait. Pourtant, le talent est là et il se voit dans quelques petites séquences ou saynètes qui sont vraiment pas mal du tout. Mais bon, sur l’ensemble, on reste sur le bord de la route et finalement, on a bien du mal à trouver un intérêt à cette histoire.

« The Hummingbird Project » est donc une déception. C’est un film qui nous ennuie très vite et qui va encore plus vite paraître interminable. Il y avait de l’idée, il y avait le talent, les comédiens, le visuel, mais rien n’y aura fait et l’on aura attendu le générique de fin comme une délivrance. C’est vraiment dommage.

Note : 04/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.