janvier 31, 2023

Thalasso – Thérapie de Couple

De : Guillaume Nicloux

Avec Gérard Depardieu, Michel Houellebecq, Maxime Lefrançois, Mathieu Nicourt

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Cinq années ont passé depuis L’Enlèvement de Michel Houellebecq. Michel et Gérard Depardieu se rencontrent en cure de Thalasso à Cabourg. Ils tentent ensemble de survivre au régime de santé que l’établissement entend leur imposer. Alors que Michel est toujours en contact avec ses anciens ravisseurs, des événements imprévus viennent perturber leur programme…

Avis :

Moins de dix mois après l’étrange et magnétique « Les confins du monde« , Guillaume Nicloux est de retour au cinéma avec un film qui s’avère être une suite. Et oui, il a cinq ans de cela, Guillaume Nicloux avait réalisé « L’évènement de Michel Houellebecq« , qui est bien souvent considéré comme l’une de ses plus belles pépites. Pourtant, personne n’attendait une suite à ce film, et voici que le réalisateur, électron libre du cinéma français, l’a fait. « Thalasso« , c’est le film qu’on n’attendait pas. « Thalasso« , c’est le film improbable qui jouit d’une jolie promo, et même d’une assez bonne distribution, ce qui est assez drôle quand on voit l’objet cinématographique que Guillaume Nicloux présente-là.

Étrange et décalé, voici deux mots qui résument bien l’expérience drôlissime qu’est « Thalasso« . Pour son nouveau film, Guillaume Nicloux part d’un concept qui est une drôlerie à lui seul. Imaginez deux éléments opposés comme Michel Houellebecq et Gérard Depardieu. Faites-les se rencontrer dans une cure de Thalasso thérapie, mettez-y un soupçon de scénario qui dans un sens relie le film au film précédent de Nicloux (voire plus). Ensuite, laissez les comédiens improviser et enfin, au milieu, placez votre caméra et filmez ces personnalités, ces personnages et ces situations tour à tour improbables, déjantés, décalés, surnaturels, fous, étranges, magnétiques… Bref, débridé, osé, drôle, tragique, Guillaume Nicloux livre là un objet de cinéma tout à fait fascinant.

Cinq années se sont écoulées depuis son enlèvement. Aujourd’hui, Michel Houellebecq est même ami avec ceux qui l’avaient enlevé. Ayant besoin de repos, Michel entre en cure de thalasso thérapie à Cabourg. Le programme, massage, cryogénisation, bain de boue, et pas d’alcool, ainsi que le moins de cigarettes possible, autant dire l’enfer sur terre. Alors qu’il s’ennuie, qu’il s’agace, Michel rencontre Gérard Depardieu, lui aussi en cure. Les deux hommes se lient d’amitié afin de combler l’ennui. Mais cet ennui va être de courte durée quand les amis ravisseurs de Michel viennent lui demander de l’aide…

Il y a des projets dont l’étrangeté attise d’emblée la curiosité, et l’idée de filmer Michel Houellebecq et Gérard Depardieu en cure de Thalasso fait clairement partie de ceux-là, et d’autant plus quand on trouve derrière la caméra un auteur comme Guillaume Nicloux.

Alors autant qu’on se le dise d’emblée, « Thalasso » est un film qui demeure assez difficile d’accès, car Guillaume Nicloux fait le choix d’un parti pris qui est très tranché, ainsi, il ne serait pas étonnant que les avis et les réactions à la découverte de cet objet de cinéma le soient tout autant. « Thalasso« , c’est le genre de film dans lequel on entre ou pas, qu’on aime ou qu’on déteste.

« Thalasso« , dans le paysage du cinéma français actuel, c’est un véritable ovni, car Guillaume Nicloux va à l’encontre de tout ce qui se fait en ce moment, et il en résulte alors un film singulier, un film qui a son caractère et son univers.

Très cérébral et méta, cette cure est tenue par un scénario très bien écrit. « Thalasso« , c’est un film bien plus profond qu’il en a l’air comme ça. Alors, c’est vrai qu’il a de gros côtés comiques, Houellebecq et Depardieu formant un duo parfait, et Nicloux s’amuse de leur image dans des dialogues ou encore des situations qui convoquent les rires d’emblée. Comment ne pas rire devant un Houellebecq qui désespère de ce qu’on lui fait faire pendant cette cure ? Comment ne pas rire face à un Depardieu qui s’en donne à cœur joie à jouer avec son image, en nous racontant tout un tas de petites anecdotes sur le cinéma et sa vie ? Mais derrière les rires et la comédie, « Thalasso » est un film qui est aussi parcouru par les regrets et la mort. Guillaume Nicloux et ses deux comédiens convoquent énormément ces deux thèmes et si « Thalasso » part dans l’étrangeté, voire le surnaturel mystique vers sa fin, il se fait au travers des différentes péripéties et des différentes conversations de plus en plus touchantes et ça, on ne l’avait vraiment pas vu venir, ce qui encore une fois, démontre le talent de Guillaume Nicloux.

Autre élément du scénario, il faut savoir que « Thalasso » est une suite directe de « L’enlèvement de Michel Houellebecq« , mais il n’est pas non plus indispensable d’avoir vu le premier (même si c’est toujours mieux), pour suivre les évènements de ce second film. Événements qui transforment un peu le film, et le fait partir dans un tout autre sens, ce qui peut parfois sur certains instants laisser perplexe. Perplexe certes, mais jamais inintéressant.

Côté mise en scène, il faut savoir que « Thalasso » est un film qui se repose presque uniquement sur ses acteurs. Plus haut, j’évoquais un caractère fort, mais aussi étrange, car Guillaume Nicloux donne presque l’impression de s’effacer derrière sa caméra, donnant un côté presque amateur à son film, un peu comme si rien n’était préparé et qu’il avait simplement suivi et filmé ces acteurs au gré de ce qui pouvait se passer entre les murs de cet hôtel. Ainsi, avec ces choix, on trouvera dans « Thalasso » une photographie étrange, dont on ne sait que penser, tant elle dégage quelque chose et rien du tout à la fois. Ce sentiment étrange, on le retrouvera aussi dans le montage et la mise en scène, qui pourraient enchaîner les longueurs, on en est vraiment pas loin, tant le rythme de ce film est particulier et pourtant, rarement on s’ennuie, Guillaume Nicloux convoquant toujours quelque chose d’amusant ou de touchant à l’intérieur de son cadre. Si le scénario risque fort bien d’en étonner plus d’un, il ne serait pas étonnant que ce soit sur la mise en scène que le cinéaste perde une petite partie de son public.

Enfin, côté casting, « Thalasso« , c’est que du bon, voire même du jubilatoire. Depardieu et Houellebecq sont absolument géniaux dans la peau de Depardieu et Houellebecq. Quand Depardieu fait rire, vous ressortez avec le sentiment de tout savoir sur lui, Houellebecq étonne et touche dans un rôle terriblement mélancolique. Puis derrière ces deux monstres, on trouvera des habitués du cinéma de Guillaume Nicloux, Maxime Lefrançois, Mathieu Nicourt, Luc Schwartz, qui avaient enlevé Houellebecq dans le précédent film, mais pour ceux qui ont encore plus l’œil, c’est aussi eux qui enlevaient Vanessa Paradis et Guillaume Canet dans « La clef« .

Étrange, décalé, doté d’un soupçon de fantastique, le tout servi entre rire et mélancolie, « Thalasso » de Guillaume Nicloux est un bon cru qui démontre encore une fois que Guillaume Nicloux est un réalisateur à part dans le paysage du cinéma français. Radical, loin de tout ce que l’on peut voir en salle ces derniers mois, « Thalasso » demeure néanmoins assez difficile d’accès, et il ne serait pas étrange de voir que le film divise grandement les spectateurs qui osent s’y aventurer. Pour ma part, le moment fut très bon, entre rire et émotion, étonnement constant et l’intérêt piqué à vif. Bref, décidément, Guillaume Nicloux ne cessera jamais de surprendre.

Note : 13,5/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.