novembre 30, 2021

Agent Trouble

De : Jean-Pierre Mocky

Avec Richard Bohringer, Catherine Deneuve, Tom Novembre, Dominique Lavanant

Année: 1987

Pays: France

Genre: Policier

Résumé:

Un beau matin d’hiver, un autocar transportant des vacanciers tombe dans un lac des Pyrénées. Bilan: cinquante morts. Il ne s’agit pas d’un banal accident de la route, c’est une affaire commandée « d’en haut » au nom de la sécurité nationale. Victorien, témoin de l’accident, en profite pour détrousser les cadavres. Il comprend vite qu’il est tombe sur une grosse affaire et tente de trouver les instigateurs pour les faire chanter. Mal lui en prend, il est aussitôt supprimé. Sa tante, Amanda Weber, la quarantaine fringante, décide de venger son neveu…

Avis:

Il y a quelques jours de cela nous quittait Jean-Pierre Mocky, la grande gueule du cinéma français. Cinéaste à part, l’homme laisse derrière lui une grande filmographie qui regorge de films qui ne demandent qu’à être découvert. De manière plus personnelle, je ne connais pas vraiment le cinéma du cinéaste. Pour l’instant, je n’ai vu que deux films, celui dont on va parler aujourd’hui et « La saison des plaisirs« . Bien sûr, je connais aussi quelques scènes célèbres, des titres par-ci par-là et évidemment ses coups gueules, ses coups sang, qui demeureront à jamais des petits best of d’émissions, tournages et autres making of.

Cela faisait un bon moment que je voulais découvrir les films de Mocky, et pour rendre hommage à cet homme pour lequel j’avais beaucoup de sympathie, je me suis donc lancé dans « Agent trouble« . Pourquoi celui-là et pas « A mort l’arbitre« , « Les dragueurs« , ou encore « Le miraculé » ? La réponse est simple, c’est le seul que j’avais chez moi.

Je ne connaissais rien de ce film, je peux même dire que je n’en avais jamais entendu parler avant de mettre les yeux dessus et finalement est-ce que ma séance valait le coup ? Et bien entre des personnages décalés, des répliques qui fusent et un sentiment de joyeux petit bordel dans son final, cette deuxième incursion dans le cinéma de Jean-Pierre Mocky fut une découverte intéressante. Une de celles dont on ressort certes partagé, mais en aucun cas, on a le regret de s’y être arrêté.

Victorien faisait du stop quelque part dans le nord de la France. C’est là qu’il va détrousser tout un car de touristes. Un car dont la particularité est que tous ses passagers sont morts. Quelques jours après, le car est retrouvé par les autorités dans un lac. La conclusion, un banal accident de la route. Victorien sait bien que ce n’est pas vrai, et qu’il y a bien plus que ça derrière. Très vite, le jeune homme est recherché par un homme…

« Agent trouble« , voilà un film qui porte très bien son nom finalement, car si sur une très grande partie, le film de Jean-Pierre Mocky se tient, arrivant plutôt bien à nous entraîner dans son mystère et son intrigue, je dois dire que son final a tendance à nous laisser perplexe.

Partant sur une idée originale, Mocky tisse un drame aux allures de polar anxiogène. Bien tenu, le cinéaste, nous donne en permanence l’envie d’aller plus loin dans cette intrigue, même si parfois, il faut aussi dire que le film a de petits coups de mou. Il nous donne l’envie de percer à jour ce mystère et ce pourquoi. De plus, si sur la plupart de sa ligne directrice, le film est bien écrit, il est aussi renforcé par les dialogues cinglants et bien trouvés que Jean-Pierre Mocky s’amuse à faire balancer çà et là par certains de ses personnages. « Agent trouble » est un drame, mais il a aussi des allures de comédie qui font du bien et peuvent permettre de décompresser. D’ailleurs, de ce côté-là, il est impossible de ne pas mentionner Richard Bohringer, génial dans son rôle. Plus largement encore, Richard Bohringer est la sève de ce film. L’acteur tient le piquant de l’intrigue et finalement son rôle est plus complexe qu’il n’en a l’air à première vue. Si l’on reste sur le casting, alors il faut aussi noter une Catherine Deneuve qui s’amuse avec un personnage assez différent de ce que l’on peut lui connaître. On notera aussi un Tom Novembre épatant où encore une Kristin Scott-Thomas dans un rôle aux antipodes de ce qu’elle fait habituellement.

Mais voilà, si la séance est sympathique et intéressante, il faut aussi avouer qu’elle est quelque peu abîmée par ce final. Un final qui arrive comme un cheveu sur la soupe, qui laisse pas mal de questions en suspens et plus largement qui ne fonctionne pas.

Je ressors donc de ce Jean-Pierre Mocky amusé par des répliques et des situations bien tordues. Je ressors séduit par ses acteurs, Richard Bohringer en tête. Malgré les petits coups de mou, les égarements et ce final comme évoqué plus haut, peut-être est-ce mon côté optimiste qui prend le dessus, mais malgré tout, je ne regrette pas de m’être arrêté sur « Agent trouble« . Je ne pense pas que ce soit un essentiel de la filmographie de Jean-Pierre Mocky, mais tout en sachant où l’on met les yeux, ce petit Mocky vaut son petit coup d’œil.

Note : 11/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.