mars 3, 2024

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg: Crossover

feffs-1102-1108

Crossovers :

Les crossovers (« mélange ») sont des films présentés hors-compétition car d’un autre genre que fantastique et par conséquent ne pouvant participer à la compétition.

-Cheap thrills E. L. Katz, USA, 2013

Avec : Pat Healy, Ethan Embry, Sara Paxton, David Koechner

Craig un père de famille en galère, vient d’être licencié, a une femme sans emploi et un nouveau-né. Un soir, en allant au bar, il rencontre son meilleur ami de lycée Vince, lui aussi mal loti dans sa vie, alternant les boulots minables et ayant fait de la prison. Dans ce même bar ils vont rencontrer un couple, Colin et Violet, eux très à l’aise financièrement. Colin va leur payer quelques verres et pour pimenter la soirée va lancer des défis aux gains de plus en plus importants !

003

En utilisant cette idée toute simple des paris, E. L. Katz veut que les gens se posent des questions : jusqu’où iriez-vous ? Que seriez-vous prêts à perdre pour tant ou tant d’argent (ou même autre chose, mais pour une certaine récompense) ? Reflet d’une société qui s’embourbe et s’affiche pour un peu de gloire ou de l’argent sans raisons très souvent. Ici encore, les protagonistes qui acceptent les défis ont des motivations compréhensibles.

C’est évident dès le début, le mécanisme est compris et on imagine très bien le final de cette comédie noire somme toute sans surprise. Néanmoins cette accumulation de « frissons bon marché » se regarde avec une vraie curiosité et du plaisir.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=BLiWbTn1RpE[/youtube]

-7 cajas (7 boxes) Juan Carlos Maneglia, Tana Schembori, Paraguay, 2012

Avec : Celso Franco, Victor Sosa, Lali Gonzalez, Nico Garcia

Victor a 17 ans et pour gagner sa vie fait des livraisons en brouette dans un immense marché. Un jour, il a une proposition assez inhabituelle, transporter 7 boîtes d’un point A à un point B sans connaissance du contenu et sans poser aucune question contre 100 $, la moitié du billet de suite l’autre une fois la livraison effectuée. Il va accepter, seulement un autre qui a plus que jamais besoin de cette somme va le poursuivre.

20536189.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les idées concernant le contenu des boîtes paraissent évidentes et sans surprises, d’ailleurs on le découvrira assez tôt. Mais là où le film tient en haleine d’assez bonne manière c’est dans sa course-poursuite bien rythmée dans le marché labyrinthique avec une succession d’évènements imprévus venant faire d’une simple formalité un calvaire.

Rien d’extraordinaire cependant, simplement divertissant.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=AfNos-RT0Kc[/youtube]

-Proxy Zack Parker, USA, 2013

Avec : Alexia Rasmussen, Alexa Havins, Kristina Klebe, Joe Swanberg

Esther, une femme enceinte, se fait agresser par un inconnu à capuche. Pour s’en remettre, elle va essayer un groupe d’entraide dans lequel elle se fait une nouvelle amie. Mais les apparences cachent parfois de lourds troubles émotifs. De plus Anika, la petite amie d’Esther, devient jalouse.

L’année dernière lors de la 5è édition du FEFFS était présenté le précédent film de Zack Parker, Scalene, narrant une histoire tragique sous trois points de vue différents (comme le triangle scalène), qui n’était déjà pas terrible. Proxy reprend un peu cette conception avec un triangle de femme dont le réalisateur peint des portraits tourmentés, Esther étant le cœur.

Le film est plombant, fade comme son image de téléfilm au montage à l’opposé du rythme, les personnages ne suscitent aucune émotion, dès les premières minutes on devine leurs faces cachées …

Assommant !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=R-0FOeaLjGA[/youtube]

-Tore Tanzt Katrin Gebbe, Allemagne, 2013

Avec : Julius Feldmeier, Sascha Alexander Gersak, Annika Kuhl

Tore viens de rentrer chez les « Jesus Freaks », un groupe de punk-chrétiens contre l’ordre religieux établi, suivant tout de même les préceptes de l’amour enseignés par Jésus. Il va rencontrer Benno en l’aidant à redémarrer sa voiture de manière quasi miraculeuse. Après un malaise survenu lors d’une soirée, Benno va le recueillir au sein de sa famille, devenant un membre à part. Seulement Benno n’est pas si bon qu’il n’y paraît, les deux vont vite se faire opposition, chacun à sa façon.

Tore-tanzt

On retrouve le thème du patriarche tyrannique, dominateur et machiste aux apparences de bon samaritain face à un jeune qui se sent impliqué dans une mission divine, souhaitant sauver la fille du mécréant de l’enfer sur terre où elle vit. Tour à tour, Benno va faire parler son cœur usant de la force physique et psychologique par des humiliations incessantes dans le but de malmener la foi de Tore. Une sorte de combat entre le bien et le mal dont le spectateur est témoin, impuissant, forcé de subir.

Subir car si cela pouvait être intéressant ça en devient franchement pénible face à la passivité excessive/poussive du pseudo-Christ. En même temps c’est bien dans la bible qu’il est dit d’aimer son prochain et de tendre l’autre joue, donc logique dans la démarche. Or c’est lourd, ici ça ressemble à une crise fanatique aux longueurs inutiles, le montage du film aurait au moins mérité des cuts.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YMUYS5n3DO4[/youtube]

– Nos héros sont morts ce soir David Perrault, France, 2013

Avec : Denis Ménochet, Jean-Pierre Martins, Philippe Nahon

France, début des années 60. Simon est catcheur, porte un masque blanc, il est « Le Spectre ». Victor est de retour de la guerre et un peu paumé. Il ne sait que faire pour reprendre sa vie. Les deux étant amis, Simon va lui proposer de devenir son adversaire « L’équarriseur de Belleville » au masque noir. Victor étant encore très fragile, il ne supporte pas de jouer les méchants et veut être la personne acclamée par la foule, Simon lui propose un échange de masque. Cependant tout ne se passe pas comme prévu…

Premier film du réalisateur français David Perrault, Nos héros sont morts ce soir est à mon avis le plus intéressant, le meilleur des films (vus) diffusés lors de cette édition, hors rétrospective bien entendu.

21001489_20130425110149472.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est un drame, un film noir, aux allures fantasmagoriques par instants, tourné dans un scope N&B avec une mise en scène de qualité. On y voit une certaine réflexion sur l’acteur, la recherche d’une identité. Avec des personnages vivants ayant du vécu et bien typés sans tomber dans la caricature grossière, qui prennent vie grâce à d’excellents acteurs, à l’aise, que ce soit Jean-Pierre Martins (Ouessem dans La Horde, 2010), Denis Ménochet (le capitaine Lucas de Forces spéciales, 2011), Pascal Demolon (Lefèvre/Emmanuelle, le drag queen de Dobermann , 1997) qui joue un finlandais taré assez savoureux, ou encore le formidable Philippe Nahon. Des dialogues efficaces et parfois excellents. Une bande son qui n’est pas en reste, la plus percutante et originale entendue dans tous ces films.

On peut noter un défaut majeur, le trop plein de références, non désagréables, mais souvent très appuyées et parfois faisant perdre le fil principal en amenant dans une autre direction assez inutile.

Un film qu’il serait dommage de manquer. Sortie Cinéma le 23 octobre prochain.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=h3k4L0absDs[/youtube]

-Graceland  Ron Morales, Canada-Philippines, 2012

Avec : Arnold Reyes, Mengie Cobarrubias, Dido de la Paz

Marlon est chauffeur pour un homme philippin corrompu ayant des penchants pour les jeunes fillettes. Un jour, pendant qu’il amène sa fille et celle de son patron à l’école, il est pris dans une embuscade qui tourne mal, la fille de son boss est tuée et la sienne kidnappée. Si Marlon veut la revoir, il va devoir faire croire à son patron que les ravisseurs ont la sienne et tromper la police.

Ron Morales réalise un thriller tourné en 17 jours avec peu de moyens et parfois sans autorisation qui se révèle correct, sans concession en montrant bien la pauvreté ambiante, le besoin permanent de lutter pour survivre dans un univers sale où règne, l’insécurité, la prostitution enfantine, la corruption, les trafics etc… du moins c’est un ressenti.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=zK0IlWbZ-Q8[/youtube]

-Wrong Cops Quentin Dupieux, USA-France, 2013

Avec : Marc Burnham, Eric Judor, Steve Little, Marilyn Manson, Eric Wareheim, Grace Zabriskie, Arden Myrin, Ray Wise

Fresque comique on l’on suit les destins d’une bandes de flics aux comportements malsains et dérangés.

Malheureusement nous n’avons pas pu voir le nouveau délire de Quentin Dupieux.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=nybO3XmAUNk[/youtube]

Par Serval

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.