novembre 30, 2021

Red Dead Redemption II

Résumé :

Red Dead Redemption II nous permettra de nous replonger dans une ambiance western synonyme de vastes espaces sauvages et de villes malfamées. Duels sous un soleil de plomb et grande aventure se partageront la vedette.

Avis :

Tout comme le cinéma ou les séries, le domaine du jeu vidéo est marqué par différentes évolutions et cela se fait grâce à des productions qui marquent durablement. Si on peut parler de révolution du numérique dans le cinoche ou d’un basculement vers une qualité cinéma dans les séries télés, cela est à chaque fois jalonné par des productions qui sortent du lot et instaurent une sorte de révolution. Dans le jeu vidéo, c’est sensiblement la même chose, puisque qu’à chaque nouvelle console, on a droit à notre lot de jeux qui poussent un peu plus loin les prouesses des machines et demandent toujours plus de puissance. Cela se fait grâce à des créateurs qui ont beaucoup d’idées et qui ont envie que le jeu vidéo devienne un véritable art à part entière, tout comme l’est le cinéma ou encore la littérature. Cette année fut d’ailleurs une année très riche pour le jeu vidéo car elle fut marquée par la sortie de deux gros titres, à savoir God of War et Red Dead Redemption 2. Et si on pensait avoir touché la grâce avec Kratos, on est encore un niveau au-dessus avec Arthur Morgan et John Marston.

Avec Red Dead Redemption 2, Rockstar est allé très loin dans le réalisme, mais aussi et surtout dans la projection vidéoludique. C’est-à-dire qu’au-delà de l’aspect ludique de la chose, on va avoir une véritable histoire, une grande épopée et que l’on va passer par tous les stades émotionnels possibles. Vous aviez été touché par le fils de Kratos dans God of War, ce n’est rien comparé à l’humanité que dégage Arthur Morgan, ce cowboy qui se cherche dans un monde qui ne cesse d’évoluer. D’un point de vue purement narratif, le dernier né de chez Rockstar est très intéressant. On va incarner un hors-la-loi qui va devoir survivre et entretenir une bande de nomades dans un univers qui se sédentarise de plus en plus. Coincé entre une volonté de rester le même homme et d’évoluer en même temps que la civilisation, Arthur Morgan est un humain comme un autre, avec ses contradictions et son passif. Ainsi donc, Rockstar nous propose d’incarner un vrai personnage, un homme qui possède déjà un background et qui ne va faire qu’évoluer en fonction de nos choix. En effet, on peut le rendre bon en faisant des choix altruistes, comme on peut le rendre mauvais en faisant des choix égoïstes ou mauvais. Encore une fois, rien n’est linéaire et d’un point de vue histoire, le jeu tient la baraque et se veut carrément épique.

Ce qui nous pousse à parler bien évidemment des graphismes, de la mise en scène ou encore des décors. Parce que là aussi, Red Dead Redemption écrase toute la concurrence et il va falloir se lever tôt pour trouver quelque chose d’aussi grand. D’un point de vue esthétique, c’est tout simplement à tomber par terre. Si on retrouvera parfois des bugs de collision ou une caméra un poil capricieuse, le jeu est sublime. Les décors sont magnifiques, variés et sont dans la logique du jeu, partagé entre montagnes sauvages et grandes villes. Mais le plus important, c’est qu’à chaque fois, c’est beau. Saint-Denis, qui est la plus grosse ville du jeu, est magnifique avec ses rues pavés, son immense gare, ses magasins ou encore ses maisons coloniales. A côté de ça, les montagnes enneigées sont incroyables de réalisme (les traces de pas dans la neige) avec une faune opulente qui gravite constamment autour de nous. IL y a une réelle richesse dans ce jeu, dans ses décors, qui se veulent en plus de cela évolutifs. C’est-à-dire qu’au début du jeu, dans la petite bourgade de Valentine, des maisons sont en construction, et lorsque l’on y retourne quelques temps plus tard, ces maisons sont terminées. Le jeu prend réellement en compte le temps qui passe et c’est tout bonnement excellent. Cela peut paraître comme un détail, mais c’est surtout une rigueur de travail qui force le respect et renforce l’immersion.

Une immersion encore plus grande quand on voit la qualité des dialogues, mais aussi et surtout des personnages secondaires, qui sont tous attachants ou très agaçants. Le plus fou, c’est que ces personnages ne prennent jamais le pas sur la narration ou sur notre personnage, mais ils sont constamment présents et on ne se rend compte de l’attachement qu’on leur porte que dans l’épilogue du jeu, qui est remarquable et d’une tension rare. On rit, on s’inquiète, on pleure même parfois pour des personnages que l’on côtoyait durant tout le jeu mais qui prennent une importance à la toute fin. C’est toute la force de ce jeu qui prend des allures de film interactif, mais ne laissant jamais la technologie prendre le pas sur les émotions ou la mise en scène. Certaines séquences sont tout simplement sublimes, notamment lors de l’attaque d’une maison coloniale qui est un passage qui reste imprimé un long moment.

Difficile ensuite de ne pas aborder le gameplay du jeu, qui n’est pas novateur mais qui demeure assez instinctif. Il faut savoir que Red Dead Redemption 2 est un jeu assez exigeant dans sa simulation. Il faudra nourrir notre personnage, le faire dormir, nettoyer son cheval, créer des liens avec, chasser, pêcher, etc… Bref, il y a un côté survie qui est assez poussé, mais qui reste très accessible. Le plus compliqué, c’est que pour accéder à cela, il faut activer une roue avec un bouton, choisir ce que l’on veut avec les gâchettes et l’autre joystick, pour ensuite tout relâcher lorsque l’on a sélectionné ce qui nous intéresse. C’est assez complexe et quand on est dans le feu de l’action, c’est parfois mission impossible. Fort heureusement, au bout de quelques heures de jeu, on s’y fait parfaitement et l’ensemble roule au doigt et à l’œil. En ce qui concerne les gunfights, qui sont nombreux, il y a une visée automatique sur les méchants, mais si on veut les tuer d’une balle dans la tête, il faudra jouer de précision et même si cela est assez facile, il y a notre capacité de sang-froid qui joue un rôle primordial pour la stabilisation de la visée. Sans compter aussi sur l’état de nos armes, qu’il faudra entretenir régulièrement pour qu’elles restent efficaces. Comme on peut le voir, le gameplay est lui aussi très riche, les possibilités de jeu sont infinies et c’est ce qui définit vraiment Red Dead Redemption 2.

Une infinité qui se retrouve dans les missions secondaires, les objectifs annexes, les collections et les réussites à obtenir. Certaines personnes en sont à plus de 150 heures de jeu et n’ont toujours pas platiné le soft. Entre les dreamcatchers, les os de dinosaures, les gravures dans la pierre à trouver, les animaux et les plantes à étudier, les bandits à retrouver, etc… il y en a pour tous les goûts et le challenge est relativement relevé. Rajoutons à cela les animaux légendaires à retrouver et à capturer ou chasser, les différentes tenues à débloquer ou encore les tables de jeux qui permettent de faire du poker ou du black jack comme si nous étions autour d’une table. Et il y a aussi le mode en ligne… En gros, Red Dead Redemption 2 est un jeu sur lequel on peut passer un temps infini, prenant plaisir à simplement se balader à dos de cheval et à admirer les paysages splendides.

Au final, Red Dead Redemption 2 est une véritable tuerie, un énorme phénomène dans le jeu vidéo. Non seulement nous faisons face à une vraie révolution technologique avec un monde ouvert grandiloquent et évolutif, mais en plus de cela, la narration et l’histoire sont parfaitement maîtrisées, offrant au joueur un scénario digne des plus grands westerns, à la fois touchant et épique. Et c’est peut-être là que se trouve le futur du jeu vidéo, dans une histoire très cinégique, qui prend aux tripes grâce à une osmose parfaite entre histoire, narration et dynamique de jeu. Quoi qu’il en soit, Red Dead Redemption 2 est clairement le jeu de l’année.

Note : 20/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.