juillet 15, 2024

Force Noire

Titre Original : Die Brut des Bösen

De : Christian Anders

Avec Christian Anders, Maribel Martin, Dunja Rajter, Deep Roy

Année: 1979

Pays: Allemagne, Espagne

Genre: Nanar

Résumé:

Bien décidé à régner en maître sur le monde des arts martiaux, l’ignoble Van Bullock rachète tous les dojos d’Espagne pour les transformer en usines à fric. Seul l’incorruptible Frank Martens et sa petite école d’arts martiaux résistent à ce triste sire au nom de la pureté du karaté. La situation dégénère bientôt en une guerre ouverte où tous les coups même les plus vils vont être permis.

Avis:

Christian Anders est un chanteur autrichien qui a connu son heure de gloire dans les années 70. Sorte de Patrick Juvet germanique, Christian Anders a joui d’un joli statut de chanteur à midinettes. Mais ce statut ne lui convenait guère finalement et c’est à corps perdu qu’il s’est lancé dans une autre passion, celle des art-martiaux. Et alors que le bonhomme a acquis de l’expérience, une idée farfelue et bien égocentrique lui est venue en tête, et s’il produisait, scénarisait et réalisait sur le sujet et dans lequel il serait bien évidemment l’acteur principal.

Ce film, c’est « Die Brut des Bösen« , rebaptisé chez nous « Force noire« . Imaginez donc un peu Patrick Juvet qui du jour au lendemain se lance dans le film d’art-martiaux, avec en bonus, un méchant aux plans totalement démoniaques, qui est interprété par Deep Roy, les Oumpas Loumpas du « Charlie et la chocolaterie » de Tim Burton

Débarquant sur les écrans, « Force noire » est donc un film qui offre une belle définition au n’importe quoi. Et oui, entre son intrigue à dormir debout, les plans incompréhensibles de son grand méchant et Patrick Juvet, euh excusez-moi, Christian Anders qui fait des cabrioles, « Force noire » nous offre de quoi nous fendre quelque peu la gueule.

Van Bullock trafique de la cocaïne, mais depuis peu, ce millionnaire s’est rendu compte que les cours de karaté pourrait lui rapporter plus. Pour se faire plein de fric, il a jeté son dévolu sur une maison d’un quartier résidentiel. Le souci, c’est qu’en face de son futur temple à karaté, il y a l’école de Frank Martens, un homme d’une trentaine d’années qui a repris l’école de son maître après que celui-ci fut mystérieusement assassiné, voilà un an maintenant. Quand Frank reçoit la proposition de Van Bullock de déplacer son école, celui-ci refuse et c’est ainsi qu’une terrible guerre entre le magnat de la cocaïne et le « maître » d’école éclate…

Pour commencer, qu’est-ce que c’est que ce scénario ? Sérieux, il y a vraiment quelqu’un, un jour, qui a validé ça. Bon après, c’est pour notre plus grand plaisir, puisque ça nous laisse un film plutôt drôle à découvrir. Oui, je dis plutôt drôle, car même si « Force noire » c’est du grand n’importe quoi, dans le domaine du nanar, il est vrai qu’on a déjà vu mieux. On a déjà vu plus fou, plus dantesque et plus égocentrique.

Mais bon, malgré cette petite déception (en même temps, passer après le merveilleux film de Jean-Marie Pallardy à la nuit Nanarland, c’était compliqué), je n’ai pas boudé mon plaisir devant le film de Christian Anders. Et malgré ce côté moins drôle et moins fun que prévu, « Force noire » remplit le cahier des charges imposé au style du nanar. Comme vous l’aurez compris, le scénario, c’est du grand n’importe quoi qui ne tient absolument pas la route. On croit rêver tant l’intrigue est totalement improbable et tant le film n’a finalement aucune direction. Incohérences, incompréhensions, malaises et néant absolu sont au programme de ce film.

On ajoutera à cela que « Force noire« , c’est une sorte d’éloge de son réalisateur à son comédien principal, c’est-à-dire lui-même. Le personnage, c’est le meilleur, c’est le gentil, c’est celui qui défend la veuve et l’orphelin, c’est celui qui a des blessures et des failles, puis c’est celui qui se tape toutes les plus jolies femmes, et ça malgré une coupe merveilleuse… Bref, Frank Martens, c’est le meilleur et Christian Anders donne de sa personne pour faire naître ce personnage aussi amusant qu’il est haut en couleurs.

On ajoutera à cela que le film est parcouru de machisme, de sexisme et de racisme, d’ailleurs les Asiatiques en prennent pour leur grade ! Bref que du bon goût.

Pour son premier film, Christian Anders nous a sorti l’artillerie lourde et le résultat n’est ni plus ni moins qu’un bon nanar. On s’amuse, on pouffe, on est même parfois catastrophé devant tant de n’importe quoi et de vide. Et finalement, même si l’on est quelque peu déçu par ce manque de folie, « Force noire » donne envie de voir le deuxième et dernier film de son réalisateur.

Note Nanar : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=k7f8YE8noNA[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.