décembre 3, 2021

Dangerous Women – Partie 2

Auteures : Megan Abbott, Cecelia Holland, Melinda Snodgrass, Carrie Vaughn, Megan Lindholm, Sharon Kay Penman, Nancy Kress, Diana Rowland, Diana Gabaldon, Sherrilyn Kenyon, Pat Cadigan, Caroline Spector

Editeur: J’ai Lu

Genre: Fantasy, Urban Fantasy, Western, Thriller

Résumé:

Qu’elles soient héroïnes d’une bataille, souveraines d’un territoire, sorcières, muses, conspiratrices, valeureuses cavalières, ou intrigantes de cour, toutes les femmes que vous rencontrerez dans ces nouvelles ont un point commun : elles sont dangereuses…

Avis :

Les anthologies sont le meilleur moyen de trouver des auteurs que l’on ne connait pas et qui pourtant, en une seule nouvelle, nous donne envie d’en connaître plus sur leur œuvre. De ce fait, il est assez intéressant de lire des recueils qui varient les auteurs et les genres afin de trouver la perle rare, ou tout du moins un auteur qui nous titille le cervelet. Elue comme la meilleure anthologie de 2014 dans le domaine de la fantasy, Dangerous Women possède une jolie particularité, celle de mettre en avant des héroïnes et non pas des héros. Et histoire de ne pas faire les choses à moitié, l’anthologie a été scindée en deux parties, la première avec les auteurs hommes et la seconde avec les auteures femmes. Ici, il ne sera pas question de comparer les écrits entre homme et femme puisque le genre n’a absolument rien à faire dans le talent et cette critique va se focaliser uniquement sur les différentes histoires, ce qu’elles ont de bien et ce qu’elles ont de mal.

Néanmoins, la première chose qui frappe quand on a fini sa lecture et que l’on regarde les genres brassés, on se rend vite compte que chez les femmes, il y a peu de place pour la fantasy et énormément pour les récits historiques. Bien entendu, c’est le fait du hasard et du choix des auteurs, mais on compte pas moins de trois nouvelles historiques, dont une qui se déroule dans l’univers de Outlander, et aucune histoire de fantasy, ce qui est un peu un comble pour une anthologie qui se veut « Fantasy ». Dans ce recueil, nous aurons droit en plus à trois thrillers, un récit de science-fiction, deux histoires horrifiques et une nouvelle qui se passe dans le monde de Wild Cards, donc avec des super-héroïnes. Une variété assez intéressante qui va avoir des défauts comme d’immenses qualités.

Au rayon des déceptions, on peut dire que certaines nouvelles ne marquent pas vraiment. Et dans cette case-là on pourrait y inclure les trois récits historiques. Le premier se porte sur la Seconde Guerre Mondiale avec une aviatrice de l’armée russe. Si le style est fluide et que globalement, on ne s’ennuie pas un seul instant, force est de constater que cette histoire ne reste pas vraiment en tête et surtout, elle manque de poigne émotionnelle. Ce sera sensiblement la même chose avec la nouvelle sur Aliénor d’Aquitaine. L’histoire tient la route, mais elle manque de mordant et du coup, ne reste pas vraiment dans les mémoires, ce qui est bien dommage. La plus réussie reste celle qui se déroule dans l’univers de Outlander, mais là aussi, il y a un petit défaut, il vaut mieux connaître le contexte pour mieux saisir l’histoire. Là, on a la sensation de prendre le train en route et c’est assez déroutant. Néanmoins, l’histoire est plaisante et ne place pas forcément la femme comme héroïne, mais plutôt comme méchante et cela change un peu.

Fort heureusement, d’autres nouvelles seront bien plus plaisantes et notamment la dernière qui se déroule dans l’univers des Wild Cards. Alors c’est assez étrange car on la sensation là-aussi de prendre une histoire dans un monde que l’on ne connait pas (sauf si vous avez lu les romans de Wild Cards) et pourtant ça marche du tonnerre car on a les explications de l’univers qui sont intégrées dans l’histoire. On va donc suivre Bubulles, une super-héroïne qui peut faire des bulles explosives avec sa graisse et Adesina, sa fille qui peut lire dans les pensées mais qui a un corps d’insecte. Elles vont venir en aide à Hoodoo Mama, dont le pouvoir est de contrôler les morts, mais qui s’est fait voler son pouvoir par quelqu’un. Le récit est dynamique, drôle, et surtout, il donne envie de se plonger dans la série, qui en est à neuf tomes en ce moment. Une réussite donc, mais ce n’est pas la seule nouvelle à avoir nos faveurs.

Les différents thrillers sont assez bons, si l’on excepte le premier qui reste abracadabrant et manque de logique sur la psychologie des mères. Heureusement, on peut compter sur La Ville Lazare, un récit court mais dense et qui implante une excellente ambiance dans la Nouvelle-Orléans, ou encore Les Aides-Soignantes qui se focalisent sur ces femmes tueuses en série dans un hôpital pour vieux. Mais les histoires les plus réussies restent les deux moments horrifiques. Le premier récit, Les Voisines, s’inspire grandement de Silent Hill pour mettre en avant deux grands-mères qui se perdent dans un brouillard. On remarquera l’intelligence de l’auteure qui met en parallèle cet univers ténébreux avec la maladie d’Alzheimer et c’est très bon. Le deuxième récit horrifique est plus classique, avec une médium et un fantôme, mais il résonne comme un petit épisode de série, efficace et sans chichi. On restera plus circonspect sur l’histoire post-apocalyptique et son message pour sauvegarder la beauté ou encore sur l’histoire de science-fiction, sympathique sans plus.

Au final, Dangerous Women Partie 2 est un recueil qui est exactement du même acabit que le premier, c’est-à-dire des histoires assez courtes mais efficaces, mais qui manquent parfois de profondeur ou d’impact. On sera surpris par la qualité d’écriture des histoires horrifiques, mais un peu déçu par la prolifération de récits historiques pas toujours accrocheurs ou encore par des nouvelles qui s’inscrivent dans d’autres sagas et qui peuvent perdre le lecteur non averti. Bref, une anthologie variée et plaisante et qui, malgré ses défauts, reste de bon aloi pour qui veut connaître certaines plumes par trop méconnues chez nous.

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.