décembre 4, 2021

Fées, Weed et Guillotines – Karim Berrouka

Auteur : Karim Berrouka

Editeur : J’ai Lu

Genre : Urban Fantasy

Résumé :

La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud. La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Mais à force de remuer ciel et terre, c’est sur une conspiration bien plus grande que la fée et l’enquêteur vont tomber.

Avis :

Ce titre décalé, ça fait rêver ! De la magie, du féerique, du contemporain, de la drogue et des armes létales datant d’un autre temps… On s’attend à un roman déjanté, drôle et original et malheureusement ce n’est pas vraiment le cas, même si l’on n’est pas complètement déçus. L’implantation des fées dans notre monde amène effectivement des sujets de discussions plutôt cocasses, l’univers et les mœurs des fées apportent des situations et comportements singuliers, les personnages ont un langage fleuri sympathique et les scènes d’action sont parfois riches en rebondissements comiques. Cependant, il manque quelque chose. Le roman semble se prendre assez au sérieux et suit les étapes classiques d’une enquête policière, ce qui enlève au récit une part d’inattendu et de surprenant.

Ce ne sont pas les personnages qui apportent du comique mais les situations et les codes féeriques qui sont carrément tordus pour le coup. Commençons d’abord par les personnages. Les humains principaux sont des enquêteurs doués, très terre à terre, qui s’acharnent dans leur tâches respectives. Ils ont du mal à comprendre ce qui se passe quand les fées se montrent enfin sous leur vrai jour. Ils feront pourtant tout pour les aider, même si c’est synonyme d’ennuis qui peuvent être mortels. Marc-Aurèle est intelligent et cherche toujours la petite bête. Sa capacité d’analyse est remarquable, contrairement à celle de son camarade Étienne qui n’est pas mise en valeur dans ce roman, alors qu’ils ont suivi les mêmes études et qu’ils font presque le même métier (l’un a son cabinet privé, l’autre non). Le troisième humain, appelé Premier de la classe, porte bien son nom, étant donné qu’il semble tout savoir sur tout et toujours au bon moment. Il est une personne exaspérante aux yeux des autres personnages, et ennuie par ses diatribes et monologues à rallonge. Le lecteur a du mal à ressentir cela. Ce personnage est particulier car il étonne beaucoup par son comportement très changeant, ce qui exaspère d’ailleurs les fées.

Dans l’histoire, ces dernières sont exclusivement des femmes. Jaspucine est la première que l’on rencontre. C’est elle qui se rend chez les humains pour retrouver plusieurs êtres nuisibles et qui a l’idée d’embaucher un enquêteur pour l’aider dans sa mission. Peu habituée à la société moderne et aux mœurs contemporaines, la fée s’exprime par des expressions imagées et le lecteur sourit devant son incapacité à se servir d’un téléphone ou d’un ascenseur. Jaspucine est attachante, contrairement aux deux autres que l’on rencontre plus tard. Myosotelle et Zhellébore détestent les humains et sont prêtes à trahir n’importe lequel d’entre eux pour sauver leur peau. La première est très autoritaire et carrément insupportable, quand la seconde est énigmatique et menteuse. Elles n’attirent clairement pas la sympathie.

Les mœurs féeriques sont parfois absurdes, parfois trop procédurières. Ce voyage entre ces deux extrêmes est intéressant. Entre échanges de bébés parce que les fées n’aiment pas les éduquer, voyages dans le temps inexplicables, manipulations mentales, corps figés par le métal ou états indescriptibles à cause de la drogue, le lecteur se fera souvent surprendre par des réactions et explications insoupçonnées. Le comique de situation est celui qui est clairement le plus présent et le mieux mis en valeur. Il ne fait pourtant pas vraiment rire, ou de rares fois. On est loin des idées farfelues trouvables dans les romans de Douglas Adams, l’auteur du Guide du voyageur intergalactique. La réaction des personnages n’aide pas à se plonger dans l’absurdité de certaines révélations ou situations : les enquêteurs sont trop souvent désabusés ou blasés par ce qu’ils apprennent, ce qui nous ramène vite à la réalité.

L’intrigue est très mystérieuse au départ et se complexifie au fur et à mesure. Elle est intéressante, prenante et se bonifie jusqu’à une fin clairement bâclée. Des éléments ne sont pas expliqués : on ne sait pas ce qu’il advient de plusieurs personnages, certains faits de l’intrigue sont laissés en suspend et la résolution reste même quelque peu incompréhensible. L’attente du déchaînement de grande puissance n’arrive pas. De plus, on n’entre pas dans le monde des fées et c’est bien dommage. Quelques scènes nous en offrent un aperçu et celui-ci étonne tout de même beaucoup.

Le rythme de l’intrigue est bien tenu jusqu’au passage où l’équipe de sépare en deux pour une exploration souterraine. L’avancée est longue, et en devient vraiment ennuyeuse quand on arrive à la fin décevante. L’enquête est bien menée et deux chapitres sont originaux : l’un est un flash-back détaillé de la vie de Jaspucine pendant la Terreur au XVIIIe siècle, et l’autre est le résumé du journal intime d’un des ennemis. La reconstitution historique est bien faite, on s’y croirait vraiment ! Le début de la révolution, la fin de la royauté, l’apocalypse… une époque mouvementée qui nous est résumée de belle manière.

Ce roman recèle de bonnes idées et de personnages plaisants. L’écriture manque de fantaisie et la fin gâche l’intrigue policière qui avait fait tout tenir jusque-là.

Note : 12,5/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.