décembre 6, 2021

Et les Mistrals Gagnants

De : Anne-Dauphine Julliand

Année : 2017

Pays : France

Genre : Documentaire

Résumé :

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Ils vivent dans l’instant. Avec humour et surtout l’énergie optimiste de l’enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie.  Avec beaucoup de sérénité et d’amour ces cinq petits bouts d’Homme nous montrent le chemin du bonheur. Un film à hauteur d’enfant, sur la vie tout simplement.

Avis :

Anne-Dauphine Julliand est une jeune femme qui fut tout d’abord journaliste. Elle a écrit pour la presse avant de se diriger vers l’immobilier. Dans sa vie privée, Anne-Dauphine Julliand est maman de quatre enfants, dont deux seront gravement malade et succomberont de leur maladie. De cette triste expérience de vie, Anne-Dauphine Julliand écrira deux essais qui raconteront son quotidien, celui de sa famille et bien sûr de ses enfants.

Poussant le désir de mettre en lumière le courage d’enfants face à la maladie, Anne-Dauphine Julliand se lance alors dans un documentaire. Ce doc, ce sera « Et les mistrals gagnants« , un très joli documentaire touchant et intéressant. Un documentaire tout en émotion, qui suit le quotidien d’Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual, cinq enfants bourrés de vie, tous atteints de maladies lourdes. Leçon de vie et d’espoir, « Et les mistrals gagnants » demeure toutefois un film devant lequel il est très difficile de se faire une véritable opinion, tant on est attendri, et même bouleversé, devant ces petits bouts de choux, adorables, dont certains ne guériront pas.

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont tous entre six et dix ans et sont tous atteints de maladie grave. Ces cinq petits bouts nous entraîne alors avec joie et optimisme dans leur monde, dans les couleurs des hôpitaux. Ils partagent leurs rêves, leurs espoirs, et évidemment le combat face à la maladie.

Hypertension artérielle pulmonaire, neuroblastome, épidermolyse bulleuse, insuffisance rénale, situs inversus… Voilà le nom des maladies qui frappent de plein fouet ces enfants et ces familles.

Film magnifique filmé à hauteur d’enfant, avec « Et les mistrals gagnants« , Anne-Dauphine Julliand nous entraîne au plus près de ces petits bouts, et il est impossible de ne pas être bouleversé par ces destins et surtout cette envie de vivre que dégagent ces gamins. Loin de tout misérabilisme, loin de tout voyeurisme, en toute intimité, la réalisatrice, qui connaît que trop bien son sujet, filme et suit ces gamins avec beaucoup de bonne humeur et c’est une grande leçon de vie qu’elle met en lumière. Si le sujet est triste et dur, le film, lui, ne l’est absolument pas. D’ailleurs, Anne-Dauphine Julliand ne montre pas les plus dures épreuves que doivent endurer ces enfants. Elle reste discrète sur ce sujet-là, ne montrant que le minimum, ce qui est très bien. Elle respecte la douleur de ces enfants et de leur famille.

« Et les mistrals gagnants« , c’est donc un film bourré de rires d’enfants, de jeux, d’amitiés et de courage. Un courage incroyable, parcouru de paroles qui laissent une boule au ventre. Comment ne pas être touché par un gamin qui évoque sa propre mort ? Bref, ce film ramène à l’essentiel et ces gamins nous mettent une véritable claque.

Mais pourtant, malgré toute la beauté et les incroyables parcours de ces enfants que ce film met en lumière, malgré les subtilités de la réalisatrice pour ne pas tomber dans le tire-larme, je reste assez mal à l’aise avec ce film. « Et les mistrals gagnants« , c’est touchant, pour ne pas dire déchirant, mais comment ne pas être déchiré par cette souffrance qui s’entrechoque à cette joie de vivre et cette vitalité ? Et à partir d’ici, ce n’est que personnel. Mais je suis resté devant ce film à me demander si j’étais bouleversé parce que les destins de ces enfants et ces enfants eux-mêmes sont bouleversants, ou alors parce que je n’avais aucune autre alternative que d’être bouleversé par ce qui m’était si magnifiquement montré et raconté. J’ai eu la vague sensation d’avoir eu mes émotions prises en otage devant ce film, et qu’il n’y avait aucune autre échappatoire. Un sentiment qui est d’autant plus confus en moi, car je savais très bien ce que j’allais voir.

Film magnifique et bouleversant, véritable leçon de vie, portraits superbes, Anne-Dauphine Julliand a réalisé avec « Et les mistrals gagnants » un film magnifique qui est aussi lumineux qu’il est dur. Mais malgré ça, malgré les émotions et les sourires, je quitte la salle confus et partagé.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Fd8X4n_Ki0E[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.