juin 25, 2024

Crimes de Guerre

Titre Original : Emperor

De : Peter Webber

Avec Matthew Fox, Tommy Lee Jones, Eriko Hatsune, Toshiyuki Nishida

Année : 2012

Pays : Etats-Unis

Genre : Historique

Résumé :

Après la capitulation japonaise, et tandis qu’il tente de retrouver son amour de jeunesse dans un pays dévasté, un général de l’équipe MacArthur est chargé de décider s’il faut juger et condamner l’empereur Hirohito pour crimes de guerre.

Avis :

La Seconde Guerre Mondiale au cinéma, c’est une grande histoire d’amour. Outre le fait qu’on l’ai vu sous toutes les coutures et dans quasiment toutes les formes, ce conflit continue encore et toujours à faire fantasmer les gens et les réalisateurs. Il faut dire qu’il y a matière à faire et les angles de vue sous souvent différents. On peut se focaliser sur une bataille en particulier, hisser bien haut le drapeau du patriotisme exacerbé ou encore montrer la résistance et ses sabotages. Peter Webber est un réalisateur britannique assez discret qui possède seulement deux films assez connus à ce jour, à savoir La Jeune Fille à la Perle et le très mauvais Hannibal Lecter – Les Origines. Après le flop de ce dernier, il décide de revenir à quelque chose de plus sobre avec Crimes de Guerre qui va mettre en évidence un sujet méconnu de la résultante de cette guerre. En effet, à la fin de la guerre, les américains sont au Japon et un général doit mener une enquête pour savoir l’implication de l’empereur sur l’attaque de Pearl Harbor. Une histoire vraie donc, qui va se focaliser sur les rapports entre américains et japonais.

Ce qui peut surprendre de prime abord avec ce film, c’est que ce n’est pas un film de guerre. Il n’y a pas de combats, pas de fusillades, puisqu’on se place à la toute fin du conflit, alors que les deux bombes nucléaires furent lâchées. Crimes de Guerre est un film d’enquête, d’investigation dans un pays qui se retrouve dominé par des inconnus ayant une culture totalement différente. Et c’est cette relation dominé/dominant qui sera mise en avant, au détour de quelques scènes où l’on peut voir le général en charge de l’enquête se perdre dans tout un tas de protocole, de manigance et de regards en coin de la part des japonais. En ce sens, le film est assez réussi puisqu’il montre avec justesse la rigueur des japonais, notamment lors des rendez-vous ou des demandes de visite. Les américains ont beau avoir gagné la guerre, ils doivent se plier aux règles du pays. Cela va complexifier la tâche du général lors de son enquête et le film essaye de ménager son suspens en alternant les personnages énigmatiques, non coopératifs et au contraire, ceux qui veulent voir leur pays s’en sortir sans soulèvement de peuple.

Le problème, c’est que le film accumule un peu trop les personnages, notamment dans l’entourage proche de l’empereur du Japon, et on va rapidement se perdre. On ne sait plus qui est qui, quel est son rôle dans la hiérarchie et va vite se lasser de chercher les identités de chacun. D’autant plus que les rôles sont peu travaillés et que pour certains, on ne les aperçoit que quelques minutes à l’écran, renvoyant à une autre personne, comme un récit de randonnée. Du côté américain, c’est à peu de chose près la même chose. Outre le personnage de Tommy Lee Jones qui peut paraître un poil dichotomique au début, le reste est assez lisse et hormis le général joué par Matthew Fox, tous les autres protagonistes ne servent pas à grand-chose. Alors oui, les acteurs jouent bien et sont convaincants, mais ils manquent tous de consistance. Ce manque d’épaisseur va aussi jouer en défaveur de l’ambiance générale. On ne sentira jamais vraiment le danger de la situation, ce soulèvement de peuple qui peut survenir en fonction du choix des américains et c’est dommage car le film manque vraiment d’élan dramatique. On ne ressentira aucune tension, aucun réel enjeu et il n’y aura pas de surprise pour ceux qui connaissent plus ou moins la finalité de cette période peu connue de l’histoire.

Enfin, il y a un autre point qui peut chagriner, c’est la sous-intrigue du général responsable de l’enquête (Matthew Fox). Pour donner plus de background à son personnage et à l’histoire en elle-même, on va découvrir que l’homme est un amoureux du Japon et d’une japonaise. Il va alors passer une partie du film à la chercher et pour créer de l’empathie, on aura droit à des flashbacks plus ou moins inutiles. Des flashbacks qui montrent l’idylle naissante entre les deux tourtereaux et cela ralentit énormément le rythme du film. D’autant plus que finalement, ces instants n’apportent rien à l’intrigue globale, si ce n’est qu’en parallèle, un soldat zélé va mener une enquête sur le général pour voir son intégrité concernant le Japon. On aura donc quelques petits doutes sur la réaction du grand chef en charge de la décision, mais cela va vite être balayé d’un revers de main, ce qui est encore une fois dommage car toute tension disparait assez vite et le film perd en intérêt et en consistance. Si on rajoute à cela une mise en scène classique et sans génie…

Au final, Crimes de Guerre n’est pas un mauvais film historique en soi et il a le mérite de mettre en évidence une période de la Seconde Guerre Mondiale que l’on connait assez mal. Mais adapter un livre japonais par un européen n’est pas une chose facile et il manque vraiment des sentiments et de la finesse dans ce métrage pour qu’il puisse passionner. En l’état, on obtient un sympathique petit métrage instructif mais mou du genou et qui aura du mal à convaincre sur le long terme.

Note : 11/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=X-Is8hvLPHk[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.