novembre 30, 2021

Ce Qui Nous Lie

De : Cédric Klapisch

Avec Pio Marmaï, Ana Girardot, François Civil, Jean-Marc Roulot

Année : 2017

Pays : France

Genre : Drame, Comédie

Résumé :

Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

Avis :

Cédric Klapisch est l’un des réalisateurs incontournables de la scène française. Il faut dire que cela fait désormais presque trente ans maintenant que le cinéma de Klapisch inonde nos écrans et que bien souvent le cinéaste nous offre de petites merveilles, quand les dites merveilles ne deviennent pas cultes comme « Le Péril Jeune« , « L’Auberge Espagnol« .

Après nous avoir fait encore une fois partager les aventures de Xavier dans « Le casse-tête chinois« , et s’être aussi évadé avec la série « Dix pour cent« , Cédric Klapisch nous revient avec ce qui est sûrement l’un de ses plus beaux films.

Très joli coup de cœur, « Ce qui nous lie » est une petite merveille, aussi touchante que ces saisons qui défilent à l’écran, sans qu’on ne les voit passer. Entre nostalgie, famille et émotion, Cédric Klapisch nous séduit, nous fait rire et nous fait pleurer. Bref, ce cru Klapischien 2017 est un très beau millésime, qui en plus de faire du bien, donne aussi l’envie de très vite s’y replonger.

Jean a quitté sa Bourgogne il y a dix ans de cela pour faire le tour du monde. Aujourd’hui, Jean est de retour, parce que son père est mourant. Ce retour sur les terres et le domaine de son enfance est plus complexe qu’il n’y parait. Aujourd’hui, sa sœur gère l’exploitation familiale comme elle le peut et son petit frère, quant à lui, est marié, a un enfant et n’est pas si à l’aise que ça avec le vin. Ce retour pour Jean, qui ne devait durer que quelques semaines, va alors s’éterniser et c’est au fil des saisons qui passent, entouré de cette famille qu’il a voulu fuir, que certaines de ses blessures de l’enfance pourraient, alors qu’il est aujourd’hui adulte, cicatriser.

Ce douzième film pour Cédric Klapisch s’est révélé mieux que ce qu’il ne le laissait penser. Très beau film sur la famille, les origines, la transmission, l’héritage, avec ce film Cédric Klapisch retrouve les honneurs et c’est avec énormément de justesse qu’il nous plonge au plus près de ce personnage, qui va finalement se retrouver.

Doté d’un scénario solide et riche, « Ce qui nous lie » aborde avec beaucoup de finesse, l’amour, la fratrie, la terre, le travail, l’accomplissement de soi, l’amour d’un lieu et d’un souvenir. Pendant presque deux heures, Cédric Klapisch nous entraîne dans un parcours initiatique que le héros de son film ne soupçonne même pas. Lui qui a voulu fuir pour se trouver, va finalement se retrouver dans tout ce à quoi il a voulu échapper. Il y a quelque chose de très nostalgique qui découle de cette histoire et de ces personnages. Quelque chose dans laquelle on peut tous se reconnaître. Cette histoire est universelle, et c’est ce qui en fait sa force. Puis ce qui est bien, aussi, c’est que Cédric Klapsich ne se focalise que sur les sentiments et le parcours de son ou ses personnages. Ici, on ne trouvera pas de messages sociaux derrière, on ne trouvera pas de lourdeur politique. Ici, il est juste question d’amour, de famille, de passé, d’enfance, d’avenir et surtout de retrouvaille et ça fait du bien.

« Ce qui nous lie« , c’est aussi le parfait équilibre entre le drame et la comédie, entre l’amour et les douleurs, entre les remises en question et les évidences. C’est une mise en scène raffinée, qui possède un charme fou et une très belle authenticité. « Ce qui nous lie« , c’est une mise en bouche qui scène après scène, laisse éclater tout un tas de sentiments et d’émotions, tels les parfums et les arômes d’un vin, qui ne paraissaient, au départ, pas si surprenants que ça.

On appréciera aussi l’amour évident du réalisateur, qui filme la Bourgogne de manière magnifique au fil des saisons. Avec « Ce qui nous lie« , on sent l’amour du terroir, on sent l’amour des vignes, du métier, des petits gestes.

Porté par un très beau casting, Pio Marmai en tête, le dernier film en date de Cédric Klapisch est donc l’un de ses plus beaux, en plus d’être l’un des plus beaux films français de l’année. Ces retrouvailles pleines de tendresse, de nostalgie, de compréhension et d’incompréhension ont un goût et un arôme, comme on adorerait en voir bien plus souvent.

Note : 16,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=h8V6mRX6PwA[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.