septembre 27, 2022

The Showdown

Titre Original : Hyultoo

De : Park Hoon-Jung

Avec Park Hee-Soon, Jin Goo, Ko Chang-Seok, Kim Kap-Soo

Année: 2011

Pays: Corée du Sud

Genre: Guerre

Résumé :

Au 17ème siècle, alors qu’une guerre fait rage entre la Chine et la Corée, trois soldats coréens se réfugient dans une taverne complètement abandonnée. Mais graduellement, la tension monte entre les survivants. Autrefois amis, deux d’entre eux veulent définitivement régler leurs comptes. Déserteur et condamné à mort, le 3ème homme, simple soldat, décide de les éliminer. Pendant qu’ils s’entre-déchirent, une patrouille chinoise approche de la taverne…

Avis :

Park Hoon-jung, c’est le petit génie qui nous vient tout droit de Corée. Inconnu, le monsieur écrit l’une des plus grosses bombes de la décennie qui sera réalisée par un autre génie, Kim Jee-woon. Cette bombe inoubliable, c’est « J’ai rencontré le diable« . Impressionnante, furieuse, sans limite, « J’ai rencontré le diable » lui a donc permis de pouvoir passer par la case réalisation quasi immédiatement.

« The Showdown » est donc son premier film. Depuis, Park Hoon-jung a réalisé trois autres films, qui l’ont élevé parmi les meilleurs, pour ne pas dire les plus grands réalisateurs de Corée. Mais bon, revenons à ce premier film, qui est lui aussi une belle bombe. Si, Park Hoon-jung manie l’écriture à la perfection, avec « The Showdown« , il démontre en un film que la réalisation n’a pas de secret non plus. Très différent de ce à quoi on pouvait s’attendre, surtout au vu du visuel assez putassier de la jaquette qui nous vend une fresque épique à la Zhang Yimou, « The Showdown » est bien loin de ça. Quasi huis-clos, ce premier film est une confrontation jusqu’au-boutiste entre deux amis détruits par un secret. Passionnant et sans temps mort, on sera surpris par la maîtrise du bonhomme, ainsi que par ses acteurs, dont il tire bien évidemment le meilleur.

Au XVIIe siècle, la guerre entre la Chine et la Corée fait rage. Après une bataille perdue, trois coréens survivants se réfugient dans une vieillie taverne dévastée afin de s’abriter de la tempête de neige qui pourrait les tuer. Alors qu’ils avaient échappé à la mort miraculeusement sur le champ de bataille, un secret, en forme de trahison, va alors peu à peu les pousser à la destruction. Autrefois amis, pour deux d’entre eux, aujourd’hui, la haine, la vengeance et la manipulation sont les maîtres-mots…

Comme je le disais plus haut, « The Showdown« , avec ce visuel complètement hors sujet, laisse attendre une épopée équipe à la « Les trois royaumes » ou « Le secret des poignards volants« , et c’est à notre plus grande surprise qu’il n’en sera rien. La bataille ici, c’est celle qui va se passer entre trois hommes coincés dans une vieille taverne à l’abandon. Une bataille Shakespearienne, que certains pourront lui reprocher d’être un peu longue à se mettre en place (ce qui n’est pas mon cas), impressionnante dans sa forme, son fond et son originalité. La bataille de début est épique, l’échappée sur fond de tempête de neige est tragique et passionnante.

Bijou de mise en scène et d’écriture, ce qui va être puissant avec « The Showdown« , ce sont les flashbacks qui vont peupler le film au fur et à mesure que l’intrigue avance. Parfaitement tenu et monté, « The Showdown« , c’est deux sentiments qui se confrontent dans sa mise en scène, puisque Park Hoon-jung a décidé de nous montrer dans le présent une amitié qui se détruit jusqu’à la haine, alors que dans ses flashbacks, sans que l’on y découvre la rencontre des personnages, le réalisateur nous laisse voir cette amitié dans ce qu’elle a de plus beau et de plus complice. Bien sûr, pendant ces flashbacks, Park Hoon-jung éclaircira aussi le problème qui amènera à la trahison et à ce qui se passera presque fatalement dans cette taverne. Il y a une fatalité incontrôlable qui se dégage de cette histoire, qui fait que l’on est pris comme en otage des évènements et c’est ce qui rend le récit aussi touchant. Un récit qui de par la complexité de son intrigue, sait se rendre totalement imprévisible aussi. On reste totalement accroché à cette intrigue et il est bien impossible de ne pas aller jusqu’au bout, perdu et tiraillé entre les personnages, les destins et ce final, magnifique de sens et de tragédie.

Puis derrière cette histoire presque fratricide, tant les deux hommes s’estimaient, Park Hoon-jung en profite pour aborder des thèmes qui résonnent encore aujourd’hui. Décisions et manipulation politiques, lutte des classes, survie, ou encore l’amour des siens. Plus ou moins développés, ses sujets donnent à « The Showdown » une véritable toile de fond qui enrichit le film, allant jusqu’à être bouleversant quand il s’attaque au troisième de la « bande ».

Cette histoire est portée par trois comédiens incroyables. Trois comédiens bluffants, totalement pris par leurs rôles. Park Hee-soon (« V.I.P« , « Hansel et Gretel« ) est incroyable en traître malgré lui. Jin Goo (« A Bittersweet Life « ) est parfait en ami brisé empli de haine et d’amour. Quant à Ko Chang-Seok, le troisième de la bande, c’est une sacrée belle découverte. Drôle et bouleversant, cette pièce rapportée qui se trouve au milieu de ce règlement de compte est bien plus important qu’il n’y paraît.

Bref, que ce soit dans son fond, dans sa forme, ce premier film est un petit bijou qui est le début d’un grand cinéaste qui depuis n’a fait que convaincre de tout le talent qui se cache en lui. Alors qu’il n’a pas encore la trentaine, on dirait bien qu’il a tout compris au cinéma ! « The Showdown » est un film à voir absolument, au même titre que ses productions suivantes.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7HYmeXEDMaw[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.