décembre 1, 2022

The Poet and the Boy

Titre Original : Si-e-Nui Sa-Rang

De : Yang-Hee Kim

Avec Ik-June Yang, Jeon Hye-Jin, Ga-Ram Jung

Année: 2017

Pays: Corée du Sud

Genre: Comédie, Drame

Résumé :

Taek-gi vit sur l’île de Jeju. Il aspire à être reconnu comme poète, mais doit se contenter de donner quelques cours du soir de poésie à des élèves de primaire. Depuis peu, la femme de Taek-gi veut un enfant, à son grand désarroi lui qui n’est pas sûr du tout de vouloir être père. D’autant qu’après consultation, le couple apprend que les spermatozoïdes de monsieur sont rares et flemmards. Taek-gi va alors faire la rencontre d’un garçon qui va chambouler sa vie.  

Avis :

Kim Yang-hee est une jeune réalisatrice coréenne qui s’est très vite faite remarquer dans son pays. Force de travail, elle présente plusieurs courts-métrages au prestigieux festival de Busan. Festival où elle repartira avec le prix de la mise en scène pour son premier court. « The poet and the boy » est son premier long-métrage.

Délicieusement envoûtant, « The poet and the boy« , c’est deux films pour le prix d’un seul. Avec ce premier film, Kim Yang-hee arrive avec le ton de la mélancolie et nous présente un personnage adorable.

Cocasse et étonnant, « The poet and the boy » se présente comme le portait doux et amer d’un artiste qui se cherche, mais très vite l’on va se rendre compte que le film est bien plus que ça et c’est avec émotion et intérêt qu’on se surprend à se suspendre à l’intrigue et la délicatesse de cette triste histoire.

Taek-gi vit sur une petite île où jamais rien ne se passe. Poète, il gagne sa vie en donnant des cours particuliers une fois par semaine. Marié, il essaie d’avoir un enfant avec sa femme. Mais un jour, alors qu’il ne s’y attendait absolument pas, Taek-gi fait la connaissance d’un jeune homme et cette rencontre hasardeuse va alors bouleverser sa vie à jamais.

« The poet and the boy« , un titre pour le moins poétique qui a tendance à piquer la curiosité, surtout quand ce dernier nous vient tout droit du cinéma asiatique auquel on envie à en crever sa poésie. Avec ce film, la réalisatrice Kim Yang-hee nous invite à découvrir le quotidien d’un homme ordinaire et quelque peu perdu. Poète sur une petite île, « The poet and the boy » laisse alors penser que l’on se trouve en présence d’un film qui va mettre l’accent sur le travail du poète, sur ce qui l’inspire. Et c’est ce qu’il va faire, en plus de nous inviter à découvrir la vie de l’homme au sein de son couple. Comment il gère sa passion et son amour pour sa femme, avec qui il essaie de faire un enfant, sans pour autant qu’il soit vraiment sûr que ce soit une bonne idée. Avec ce film, on découvre aussi la vie de ce petit village où tout le monde ou presque se connaît, et où tout se sait très vite, trop vite. Bref, on a là tous les ingrédients d’un portrait juste et tendre, qu’on avait déjà très hâte de découvrir.

Oui mais voilà, si ce que je viens de présenter est une belle partie du film, « The poet and the boy« , c’est aussi le mot « Boy » dans son titre et c’est ce mot qui va changer tout le film et nous emporter vers un métrage d’une grande tristesse. Un film où le personnage est étouffé par le regard des autres et le sien. Au gré du scénario, notre poète qui s’ennuie dans sa vie, est amené à rencontrer un jeune garçon, serveur et tout aussi paumé que notre personnage. Ne sachant comment l’expliquer, notre poète se sent attiré par le jeune homme. Une attirance réciproque ? Seul l’avenir le lui dira. Avec cette nouvelle intrigue, le film change radicalement de ton et devient surprenant. Surprenant aussi bien dans l’intrigue qu’on nous propose de suivre, que dans sa justesse. Kim Yang-hee, à tout instant, sait trouver les mots et les images justes. « The poet and the boy » est touchant sans être lourd, c’est une comédie dramatique comme on les aime, qui tirera vers la fin sur un très beau drame. « The poet and the boy« , c’est aussi un film profond qui pose de bonnes questions, sans pour autant se prendre trop au sérieux. Oui, la réalisatrice a réussi à garder une touche d’humour qui fait du bien et permet de souffler régulièrement entre deux réflexions et tortures intérieures pour ses personnages (torture qu’on ressent vraiment sur certains passages).

« The poet and the boy« , c’est aussi une très belle mise en scène, qui si parfois tire un peu en longueur, reste d’une grande poésie. Kim Yang-hee a su rendre les silences sublimes, travaillant beaucoup le regard de ses comédiens, afin de faire passer au mieux ce que l’on n’ose ou l’on ne peut dire.

« The poet and the boy » est donc une belle surprise. Une surprise qui étonne par la tournure que prend son intrigue. On rit beaucoup, tout comme on est beaucoup touché par cette histoire étouffée. Puis comment ne pas être ému par ces deux personnages sublimes, délicats, aussi tendres qu’ils sont capables de grande cruauté, pour éviter de se regarder en face. Bref, pour son premier film, Kim Yang-hee s’offre une belle petite réussite et on attend avec curiosité un deuxième film.

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wOPTTDHXsA8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.