septembre 27, 2022

Comment Tuer le Chien de ses Voisins

Titre Original : How to Kill Your Neighbor’s Dog

De: Michael Kalesniko

Avec Kenneth Branagh, Robin Wright, Suzi Hofritcher, Lynn Redgrave

Année: 2003

Pays: Etats-Unis, Allemagne

Genre: Comédie

Résumé:

A Los Angeles, Peter McGowan, un écrivain frustré, traverse une période difficile qui le rend de plus en plus anxieux. Il aime sa tranquillité et ne se sent pas prêt à devenir père, comme le souhaiterait son épouse Melanie. Mais ce qui l’insupporte le plus au monde, c’est le chien bruyant du voisin qui ne cesse d’aboyer…

Avis:

Scénariste canadien à qui l’on doit notamment les deux scénarios de « Iron Sky« , ainsi que celui du film de John Wells « A vif » avec Bradley Cooper, on ne peut pas dire que Michael Kalesniko soit vraiment connu de nos contrées. Comme pour pas mal de scénaristes, Michael Kalesniko a aussi tenté sa chance en passant à la réalisation et « Comment tuer le chien de son voisin » sorti en 2003 et oublié depuis, reste aujourd’hui son seul et unique film.

Un film qui réunit le Shakespeare Kenneth Branagh et la grande et trop sous-estimée Robin Wright forcément. Si dans le fond le film se laisse regarder, développant une jolie petite histoire tenue par un excellent Kenneth Branagh dans un personnage imbuvable au possible, « Comment tuer le chien de son voisin » reste aussi un film plus que dispensable et surtout très oubliable, tant finalement, il est insignifiant, d’où peut-être le fait qu’on ait pratiquement plus jamais entendu parler de Michael Kalesniko et de ce film.

Los Angeles, Peter McGowan est un écrivain frustré qui ne traverse pas la meilleure période de sa vie. Marié, sa femme désire un enfant, et Peter essaie de lui faire à contre cœur. De plus, il travaille en ce moment sur sa nouvelle pièce de théâtre, dont le metteur en scène est assez chiant et on ne parlera même pas des acteurs dont il va être difficile de tirer quelque chose. On ajoutera à cela des voisins qui ont une petite fille bien trop intrusive à son goût, et un homme qui se fait passer pour lui dans le quartier. Alors quand d’autres voisins achètent un chien et que ce dernier aboie toute la nuit sous les fenêtres de Peter, la dépression n’est vraiment pas loin.

Bonheur, cynisme et emploi des mots, voilà la recette de cette petite comédie dramatique sans « prétention », qui vaut surtout le coup d’être vu pour ses acteurs.

Plongée dans la vie d’un couple atypique, « Comment tuer le chien de son voisin« , c’est avant tout un film où les mots sont mis en avant. En même temps avec Kenneth Branagh en dramaturge, on n’en attendait pas moins.

Sur un scénario convenu et déjà vu, Micheal Kalesniko nous livre-là un film qui dans ses grandes lignes reste plutôt sympathique à suivre. Son personnage principal et surtout son mauvais caractère faisant tout le film.

Le scénario prend des routes qu’on connaît, mais finalement, malgré ce côté « oui, on sait ce qui va se passer… », on se laisse doucement attendrir par la relation entre cet homme et cette petite fille handicapée qui se laisse totalement manger par sa mère. Tout comme on se laisse attendrir par la relation très vraie qui règne entre Branagh et Robin Wright.

Ce film, c’est aussi l’occasion pour le réalisateur et ses acteurs de s’amuser avec le système hollywoodien et la vie à Los Angeles. Ainsi, on peut y voir une critique aussi bien de la création que du monde de la presse (D’ailleurs, on aura le droit à une savoureuse interview du personnage de Branagh, qui est le point le plus drôle et décomplexé du film. Un pétage de plomb dans les règles).

Avec ce film, le réalisateur en profite pour aborder tout un tas de sujets. Ainsi, il parle de la vie de couple, des enfants, de la parentalité, du désir d’enfant, ou encore de l’égoïsme ou non de faire un enfant. Il parle aussi des célébrités et leurs admirateurs. Ou encore du handicap et du regard des autres, ou bien des limites qu’on se fixe par rapport à ce regard de l’autre. Bref, tout un tas de sujets qui font que le film est riche et divers. Mais voilà, tous ces sujets sont aussi le défaut de ce « Comment tuer le chien de son voisin« , car aucun d’eux n’est vraiment développé. Avec ce film, on a l’impression que le réalisateur à plein d’idées, qu’il s’intéresse et veut parler de tout, mais s’embrouille les méninges et finalement ne parle de rien et part dans tous les sens. À la place de s’évaser comme ça, Michael Kalesniko aurait mieux fait de se concentrer sur un ou deux sujets et bien les développer, que de faire un « fourre-tout » comme il le fait. Car en plus d’avoir une réalisation banale qui n’apporte rien de neuf, le film finit par se regarder comme on regarderait n’importe quoi d’autre et c’est dommage pour sa jolie petite histoire.

On ressort donc déçu de ce seul et unique film signé Michael Kalesniko. « Comment tuer le chien de son voisin » se laisse regarder, peut divertir parfois, car Kenneth Branagh en odieux connard, c’est toujours sympa à voir, surtout que le comédien manie les mots et le langage à la perfection, mais pour le reste, on peut dire que le film sera très vite oublié.

Note : 09/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=4-Q90TQB70M[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.