janvier 27, 2022

Entre Deux Rives – Piège en Eaux Troubles

Titre Original : Geumul

De : Kim Ki-Duk

Avec Ryoo Seung-Bum, Lee Won-Geun, Young-Min Kim, Gwi-Hwa Choi

Année: 2017

Pays: Corée du Sud

Genre: Drame

Résumé:

Sur les eaux d’un lac marquant la frontière entre les deux Corées, l’hélice du bateau d’un modeste pêcheur nord-coréen se retrouve coincée dans un filet. Il n’a pas d’autre choix que de se laisser dériver vers les eaux sud-coréennes, où la police aux frontières l’arrête pour espionnage. Il va devoir lutter pour retrouver sa famille…

Avis:

Dans le cinéma coréen, il y a un cas à part, celui de Kim Ki-duk, réalisateur bien plus adulé à l’étranger que dans son pays. Réalisateur au parcours hors normes, puisque sur sa route, il a été ouvrier, puis c’est engagé dans l’armée, il a fait un temps des études pour devenir prêtre, et c’est pendant une année d’exil en France qu’il tombe amoureux du cinéma et finalement devient réalisateur.

Le cinéma de Kim Ki-duk est particulier, car alors que le cinéma coréen et les grosses productions coréennes sont en plein boom depuis une bonne dizaine d’années maintenant, Kim Ki-duk est un hors système, tournant avec de très petits budgets qu’il autofinance avec les recettes de son film précédent. Tournant au rythme d’un film par an depuis ses débuts, Kim Ki-duk nous revient avec son 21ème film, et pas n’importe lequel, puisque « entre deux rives » pourrait bien être un tournant dans la carrière de Kim Ki-duk.

Oubliez l’onirisme de ses précédents films, ici, le réalisateur revient avec un film politique, dur et injuste. Un film dénonciateur, qui met en lumière la tension extrême qui existe entre les deux Corées. Prenant, bouleversant, tendu et même choquant, on ressort de « Entre deux rives » ému, avec des réflexions plein la tête. Bref, avec son nouveau cru, Kim Ki-duk réalise un film important, qui pourrait bien aspirer au rang de chef-d’œuvre !

Corée du Nord, Nam Chul-woo est un modeste pêcheur qui n’a que son bateau pour faire vivre sa famille. Un matin, alors qu’il part faire la remontée de ses filets sur un lac dont le centre est la ligne de démarcation des deux Corées, ses filets s’enroulent dans l’hélice dans son bateau et celui-ci dérive alors jusqu’au côté de la Corée du Sud. Arrivé en Corée du Sud, il est arrêté et emmené pour un interrogatoire. Nam Chul-woo est soupçonné d’être un espion et il va falloir qu’il prouve le contraire…

Avec « Entre deux rives« , kim Ki-duk nous livre là l’un des films les plus osés de l’année. L’un des plus ludiques, courageux et importants, tant sa portée traverse bien plus que les conflits des coréens, pour finalement être universel dans les thèmes qu’il traite, et même la morale qu’il laisse libre d’interprétation pour son public.

« Entre deux rives« , c’est un accident anodin qui vire au drame et à la souffrance. Un accident anodin qui va dépasser un homme. Avec ce nouveau film, le cinéaste a décidé de parler des tensions et des méfiances de plus en plus lourdes au vu de l’actualité. Partant d’un petit accident, kim Ki-duk nous plonge dans l’enfer du doute et des haines. Loin des clichés, le scénario que le réalisateur a écrit est une petite bombe atomique de réflexion, d’amour, de haine et de tristesse. Autant vous le dire tout de suite, on ne rigole pas devant « Entre deux rives« , ce serait même déplacé, tant le film finit par faire froid dans le dos, face à une réalité que l’on imagine tout aussi puissante et injuste.

« Entre deux rives« , c’est un film parfaitement imaginé aussi bien dans ce qu’il raconte que dans sa réalisation. Ici, tout fait l’effet d’un miroir, et même si le réalisateur n’est pas tendre avec la Corée du Nord, il ne sera pas tendre non plus avec son pays, filmant et montrant la réception de la Corée du Nord, sortie involontairement (ou non) de l’enfer de la dictature. Ainsi, à travers son film, il aborde la question de l’espionnage, de la prise de renseignement et les méthodes douteuses pour arriver à extirper des informations. Il aborde le sentiment et le devoir de sauver aussi des gens de la dictature, ne voulant pas rendre un homme innocent à sa famille. Le film aborde la et les libertés de l’individu et de l’état. Il aborde les devoirs de l’état aussi. Il parle de la guerre de Corée, du poids du passé, mais aussi des relations avec la Chine. Il parle du patriotisme nord-coréen, du parti, de la corruption. Ou encore plus touchant, de la découverte de la Corée du Sud à travers les yeux d’un homme venant de la Corée du Nord. Un choc de deux mondes qui se ressent de très forte manière et les réflexions qui suivront vont faire partie des plus importantes réflexions de l’année.

Bref, dans ce qu’il transmet, avec un poil de jugement toutefois dans ce qu’il aborde et comment il l’aborde et en parle, « Entre deux rives » a tout bon. Mais le film de Kim Ki-duk ne s’arrête pas là, puisqu’il jouit d’une mise en scène qui n’est que spontanéité. C’est plus vrai que nature et on a l’impression que kim Ki-duk a posé sa caméra dans une véritable salle d’interrogatoire et la distance entre personnage et réel finit même pas se faire invisible.

De plus, sa mise en scène est d’une intelligence remarquable, se trouvant être comme un effet miroir. Chaque acte, chaque évènement est presque à l’identique de part et d’autre de la frontière. Un choix de mise en scène qui appuie encore plus la réflexion engendrée par le scénario et le destin de cet homme.

D’ailleurs en parlant de l’homme, on ne peut pas passer à côté de son acteur principal, Ryoo Seung-bum, véritable star en son pays, qui est une pure révélation-là, chez nous. Le reste du casting est tout aussi impeccable que lui, et même les plus salauds finissent par être touchants, même si c’est involontaire.

On savait kim Ki-duk excellent réalisateur, mais avec ce film, il nous bluffe en se réinventant et en osant aborder de plein front cette relation explosive qui tient à peu de chose. On a l’impression que de part et d’autre de ce lac, chacun s’observe et chacun n’attend qu’un prétexte pour tout embraser.

Bref, d’une dureté effroyable, d’une justesse tristement passionnante, « Entre deux rives » est l’un des plus grands films qui sortira en salle cette année, et peut être même le plus important dans son contenu.

Note : 18,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=24Ac1ISJpK0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.