novembre 29, 2021

Green Lantern Vs Aliens

Auteurs : Ron Marz et Rick Leonardi

Editeur : Wetta

Genre : Super-Héros, Science-Fiction, Horreur

Résumé :

Mission suicide dans l’univers horrifique des Aliens- Un escadron de Green Lanterns, mené par Kyle Rainer, tente de réparer l’erreur commise il y a une décennie par Hal Jordan : avoir épargné la vie d’une colonie de xénomorphes…

Avis :

Le crossover est une méthode qui consiste à mélanger deux univers différents pour donner un coup de boost à l’une ou l’autre des sagas. A titre d’exemple, on peut citer le juteux mélange de Predator avec Alien ou encore le comics Alien Vs Predator Vs The Terminator. Les univers horrifiques sont aussi à l’honneur avec des films comme Freddy Vs Jason ou encore les idées saugrenues comme de mettre Ash de Evil Dead dans plusieurs licences. Et il semblerait que les xénomorphes si cher à Ridley Scott soient à l’honneur dans les différents crossovers puisqu’on les retrouve dans de nombreuses adaptations et même face à des super-héros comme Green Lantern avec le comics qui nous préoccupe aujourd’hui. Un mélange qui peut paraître surprenant, puisque Aliens n’a rien à voir avec DC, mais après tout, entre un super-héros intergalactique et une espèce extraterrestre, il n’y a qu’un pas que les scénaristes n’ont pas hésité à faire afin de donner un coup de fouet aux deux licences. Le résultat est-il probant ?

Oui et non. S’il n’est pas mémorable dans les grandes lignes, ce one-shot qui met en scène Kyle Rayner en tant que seul Green Lantern (une introduction rapide nous apprend pourquoi le corps des Green Lantern a été dissous) demeure assez sympathique. Il faut dire qu’il se lit relativement vite et que l’action est toujours au rendez-vous, ne laissant que peu de temps au lecteur pour souffler. Si le départ est assez rapide avec la mission de mettre les aliens sur une planète inhabitée, les péripéties vont s’enchainer vitesse grand V lorsque dix ans plus tard un vaisseau s’écrase sur cette planète et qu’une mission de sauvetage est lancée. Une action qui se traduit par des combats incessants et une arrivée surprenante d’hordes de xénomorphes qui ressemblent à des animaux sauvages. On peut clairement dire que les deux licences sont respectées et notamment celle de Ridley Scott, puisque le comics se permet même de mettre en avant une reine en double-page. On repensera bien évidemment aux films, mais le comics tient cette particularité que finalement, ce sont les humains qui vont chez les Aliens et non pas le contraire. Ainsi donc, on se retrouve face à une histoire respectueuse des univers et qui fonctionne assez bien dans sa globalité.

On dit dans sa globalité car il ne faut trop s’attarder sur le fond de ce one-shot. Pourquoi ? Parce qu’au final, il n’y a pas grand-chose à raconter. En effet, l’histoire consiste en une succession de saynètes d’action bourrine sans vraiment d’âme. D’ailleurs, dès le départ les personnages sont vite expédiés et présentés de façon minimale. Sous Hal Jordan, on nomme juste les quelques Green Lantern qui vont aider à l’extradition, et sous Kyle Rayner, on cale quelques personnages secondaires qui ne serviront que de chair à canon et un personnage féminin qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Et si les auteurs vont essayer de sauver les meubles en créant une amourette fictive et sans intérêt entre le Green Lantern et ce personnage, cela n’apporte strictement rien à l’histoire et à ce sauvetage. Et c’est bien là tout le problème de ce comics, c’est qu’il n’a pas assez de temps et d’espace pour créer une réelle empathie avec ses personnages. On suit les mésaventures des héros, on sera peut-être un poil surpris par le destin de certains (ou tout du moins de leurs origines), mais globalement, c’est un peu le vide abyssal.

Enfin, on peut parler des dessins. Le trait est relativement énergique et il n’y a aucun souci dans les séquences nerveuses. Cependant, le trait est relativement épais et cela donne un aspect très cartoon à l’ensemble, ce qui ne sied pas du tout avec l’univers voulu. Aliens rappelle l’horreur et la peur, or, avec de tels dessins, on se retrouve face à quelque chose de joli, et le côté gore est complètement occulté, ce qui est dommage. Néanmoins, l’ensemble reste de bonne facture et la nervosité des traits pourrait faire penser au Aliens de James Cameron.

Au final, Green Lantern Vs Aliens est un one-shot assez agréable mais qui ne marquera jamais les annales du chevalier vert. Si le croisement des deux univers est respecté et que l’on retrouve de nombreux clins d’œil aux deux licences, le mélange des deux ne marche qu’à moitié, la faute à un manque de place et d’ampleur dans l’intrigue. Bref, sans être mauvais, on ne peut qu’être déçu en imaginant ce qu’aurait pu être le crossover avec plus d’amplitude.

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.