décembre 8, 2022

Uncharted 3 – L’Illusion de Drake

Résumé :

Vous dirigez Nathan Drake, descendant du célèbre explorateur Sir Francis Drake. Du désert Rub’ al Khali à Iram, la cité des piliers en passant par la France, une chose est sûre, ce troisième épisode d’Uncharted vous fait voir du pays.

Avis :

C’est en 2009 que l’univers de la Playstation 3 va se retrouver chambouler avec un jeu, Uncharted 2 Among Thieves. Deuxième volet des aventures de Nathan Drake, le jeu était un chef d’œuvre vidéoludique et tout le monde s’accorde à dire que cet épisode était vraiment une tuerie. Se référant immédiatement aux films d’aventure à la Indiana Jones, la console de Sony s’était trouvée une nouvelle mascotte proposant dès lors des jeux d’une qualité indéniable. C’est deux ans plus tard que sort alors une suite, le troisième épisode intitulé L’Illusion de Drake. Et toutes les questions se sont alors posées à l’époque. Le jeu allait-il être à la hauteur de nos attentes ? Est-ce que cela va faire comme au cinéma, en proposant un troisième épisode en deçà des autres ? De nombreuses questions auxquelles Naughty Dog va s’empêcher de répondre, car dès le départ, ce troisième épisode annonce du lourd et propose quelque chose qui est à la fois similaire et différent des deux précédents opus. A l’occasion de sa remasterisation, revenons alors sur ce jeu phénomène.

Le début est relativement tonitruant, mettant Drake et Sullivan dans une position délicate au sein d’un bar dans le centre de Londres. Dès lors, bagarre de bar et combats à mains nues seront de mise, rompant volontairement avec les épisodes précédents qui préféraient les gunfights bien nerveux. Et c’est tout d’abord en ce sens que le jeu sera un poil différent des autres. En effet, si les fusillades seront toujours nombreuses et savamment orchestrées (et plus dures aussi), il y aura une propension à la bagarre à mains nues. Bien évidemment pour prendre des armes, mais aussi pour se débarrasser de certains ennemis qui n’hésiteront pas à faire du corps pour nous achever ou nous surprendre. On notera ainsi une amélioration de l’intelligence artificielle, avec des ennemis plus roublards, plus difficile à tuer aussi, en atteste ce combat à bord d’un bateau en pleine tempête avec un golgoth en armure.

Cependant, ce n’est pas pour autant que le jeu sera plus difficile. En effet, hormis quelques passages plus ardus que d’autres à cause d’ennemis coriaces ou encore d’un nombre impressionnants de méchants, le reste demeure assez enfantin, même si on trouve des énigmes un peu plus complexes que dans les aventures précédentes, comme un jeu de placement où il faut trouver les bonnes cases en reflétant la lumière de sa torche sur des dalles au sol. Par contre, on pourra apprécier l’absence de boss final un poil trop redondant, pour un combat à main nues plus crédible et une résolution finale plus terre à terre par rapport aux deux autres aventures. Si djinns il y a, on ne sera jamais vraiment si c’est dans un trip si c’est pour de vrai. D’ailleurs, le jeu aura plusieurs passages dans un milieu éthéré et fantasmé, la faute à plusieurs drogues que nous délivrent les malfrats. Des passages parfois pénibles mais qui se révèlent essentiel à la narration afin de donner l’opportunité de faire des twists.

Le jeu s’inspire fortement du septième art et encore une fois c’est une belle réussite. L’alternance des séquences plateforme et des gunfights est fort appréciable et surtout, les quelques QTE qui parsèment le jeu offrent un dynamisme remarquable, à l’image de cette course-poursuite à cheval dans le désert où il faut sauter de voiture en voiture pour retrouver notre ami. Ce dynamisme, on le retrouve dans les cinématiques et bien entendu dans cette histoire qui raconte l’enfance de Drake. On apprendra plus de choses sur le personnage, ainsi que sur Victor Sullivan et c’est une très bonne idée d’avoir inclut des passages comme celui-ci, permettant de donner plus de vie au héros et ainsi de ressentir une plus forte empathie.

Au niveau du gameplay, Uncharted 3 s’en sort avec les honneurs, reprenant tout ce qui faisait le succès des deux premiers, gommant quelques scories et rajoutant des actions fort plaisantes, à l’image de ce renvoi de grenades. Véritable fléau dans les deux premiers, qui forçait le joueur à sortir de sa planque, dans ce troisième opus il est possible de renvoyer les bombes ennemies en ayant le bon tempo. On trouvera aussi de nouvelles armes et la seule chose qui manque vraiment, c’est de prendre en main une tourelle pour décimer de l’ennemi par dizaine. Le jeu est aussi plus fluide, notamment avec des graphismes plus lissés et le désert a rarement été aussi beau dans un jeu vidéo. Si on pourra toujours pester sur les cheveux de Héléna et sa coupe un peu trop pixelisée, c’est certainement le personnage le moins bien modélisé mais cela reste un détail complètement absurde. Là aussi, les rapports entre Héléna et Nathan sont intéressants, offrant plus d’humanité à ces personnages. La seule grosse faiblesse que l’on peut voir avec ce jeu, c’est qu’il est un poil trop court. Nanti de 22 chapitres, il semble plus court que les autres opus et se finit bien trop vite sans pour autant proposer du contenu additionnel vraiment intéressant.

Au final, Uncharted 3 L’Illusion de Drake est un véritable petit bijou vidéoludique. Nerveux, beau, s’inspirant grandement du cinéma, le jeu a tout pour plaire et s’avère être un plaisir immédiat. Gommant les imperfections des épisodes précédents en termes de gameplay et d’une beauté sidérante, le troisième épisode des aventures de Nathan Drake est un tuerie à côté de laquelle il serait dommage de passer, même s’il ne dépasse son aîné, qui reste la référence du genre.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=DHHcM6aHPnE&t=23s[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.