février 9, 2023

La Cinquième Colonne

Titre Original : Saboteur

De : Alfred Hitchcock

Avec Robert Cummings, Priscilla Lane, Otto Kruger, Alan Baxter

Année : 1949

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier, Espionnage

Résumé :

En 1940, un ouvrier américain est accusé d’avoir saboté une usine d’armements. Aidé d’une jeune femme, il parcourt les Etats-Unis pour démasquer le véritable coupable, un agent nazi.

Avis :

« La cinquième colonne » est le film de transition pour Alfred Hitchcock qui vient de quitter son Angleterre natale pour le pays de l’oncle Sam trois ans plus tôt. Si le cinéaste est au sommet de son art et de sa popularité dans son pays, à Hollywood et plus généralement en Amérique, le réalisateur intéresse et intrigue, mais n’est pas encore reconnu à sa juste valeur. C’est l’immense producteur David O. Selznick qui fera venir Hitchcock en Amérique et ensemble, ils feront quatre films, dont « Rebecca » en 1940, moins d’un an après son arrivée. Film qui remportera d’ailleurs l’Oscar du meilleur film, seule récompense dans ce domaine pour le réalisateur.

Si « Rebecca » connaît un succès relatif, c’est bien avec ce film qu’Alfred Hitchcock va connaître le succès en Amérique. « La cinquième colonne » est bien souvent cité parmi les meilleurs films de son réalisateur et à la découverte de ce dernier, il y a vraiment de quoi, tant le film est excellent et tout à fait Hitchcockien dans sa trame.

Parfait dans son intrigue et dans son suspens, Alfred Hitchcock nous offre une très bonne enquête, et c’est avec plaisir qu’on retrouve la sève qui tient tant à cœur au réalisateur… Un homme ordinaire est accusé à tort et doit fuir pour prouver son innocence.

Barry Kane est un homme tout ce qu’il y a de plus normal. Travaillant dans une usine d’aéronautique, il va être accusé à tort d’avoir mis le feu à cette dernière et ainsi avoir tué son meilleur ami. Barry, qui est innocent, pense savoir qui a fait le coup. L’homme en question s’appelle Frank Fry et Barry arrive, tout en échappant à la police, à remonter sa piste jusqu’au ranch de Monsieur Tobin, un homme riche. Mais ce que Barry ne sait pas, c’est qu’il vient de mettre les pieds dans une affaire qui le dépasse, et de très loin, et pour prouver son innocence, il va falloir qu’il fasse profil bas…

Ce qui est terrible avec ce film, c’est qu’Alfred Hitchcock arrive à rendre une histoire passionnante, alors même que si on s’arrête sur le scénario, la trame de ce dernier est quelque peu tirée par les cheveux. Et c’est bien là qu’est le génie d’Hitchcock. Qu’importe que l’histoire ne soit pas si crédible que ça, puisque le film fonctionne parfaitement et qu’il est terriblement efficace. Commençant comme une fuite, il va peu à peu évoluer en une enquête étonnante et se conclut par une véritable traque. Une traque qui amènera à un final des plus excellents, soutenu par un suspens terrible et des idées de mise en scène terriblement ambitieuses.

Ce qui est très bien vu et étonnant à la fois, c’est les rôles inversés qu’Hitchcock nous présente ici. On adorera l’idée que les pourris dans l’histoire, fréquentant la haute société, se cachent derrière de belles images. Et oui, derrière les ranchs luxueux ou les œuvres de charité, se trouve là les ennemis de la nation, alors que le héros en fuite trouvera de l’aide auprès de créatures étranges, tel le « Freaks » de Tod Browning, l’espace d’une scène absolument géniale.

Le scénario de « La cinquième colonne« , c’est aussi une histoire de confiance. Le film démontre aussi, avec la relation qu’entretiennent Barry Kane et Patricia Martin, que l’opinion publique et les avis en grands nombres ne sont pas forcément les plus véridiques. L’évolution de leur relation, même si elle tire un peu dans le cliché, est pourtant très agréable et on se laisse là encore prendre au jeu.

Enfin, avec « La cinquième colonne » et ses sabotages, alors que l’Amérique vient d’entrer dans la Seconde Guerre mondiale, on peut évidemment voir un parallèle fait, puisque les saboteurs dans le film s’en prennent au matériel militaire du pays. Ainsi, le film, en plus d’un très bon divertissement qui alliera aussi bien le suspens que l’humour et la romance, peut se voir comme un film d’espionnage et dans un plus grand parallèle, servir de publicité pour inciter les hommes à partir se battre pour défendre le monde et les valeurs américaines.

Ce film, c’est aussi une mise en scène pleine de rebondissements et en permanence en évolution de la part d’Hitchcock. Très efficace, à aucun moment le réalisateur ne faiblit, le rythme offrant en permanence quelque chose d’intéressant, que ce soit dans son histoire ou dans son visuel. « La cinquième colonne » détient des idées remarquables et des plus sublimes. Puis c’est aussi un film riche en trucages et autres effets spéciaux qui donnent beaucoup de cachet à l’œuvre.

Cet homme accusé à tort, c’est Robert Cummings et l’acteur arrive parfaitement à nous emporter dans cette fuite, qui se transforme en traque. Attachant, parfois un peu naïf, son personnage est excellent et il forme un très bon duo avec la belle Priscilla Lane qui trouve un rôle assez drôle malgré elle. Mention spéciale à tous les comédiens qui interviennent dans la scène de la caravane du cirque.

« La cinquième colonne » est donc bel et bien un excellent film d’Hitchcock. Tour à tour polar, film d’espionnage, comédie ou même romance, le réalisateur réussit parfaitement à nous faire entrer dans son film, dans son intrigue et les presque deux heures que dure le film ne se voient pas passer. Mieux encore, malgré cette intrigue tirée par les cheveux, ces deux heures se dégustent. Bref, encore une très bon Hitchcock à découvrir.

Note : 15,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=K4ELyvwPTTk[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.