janvier 21, 2022

Soundgarden – King Animal

kingduty

Avis :

Soundgarden fait partie de ces groupes mythiques que l’on attendait plus. Vous rendez vous compte ? Plus de 12 ans d’absence, deux tubes qui tournaient en rond sur Youtube, Black Hole Sun et Spoonman, le projet énorme Audioslave réunissant Chris Cornell, le chanteur de Soundgarden et les musiciens de Rage Against the Machine, toutes ces anecdotes laissaient présager la mort des fondateurs du grunge. Car oui, Soundgarden, c’est grandiloquent, le groupe fait partie des quatre groupes fondateurs d’un nouveau genre dans les années 90, le grunge, avec Nirvana, Pearl Jam et Alice in Chains. Quelles étaient les chances de les revoir une dernière fois sur scène ? Et mieux, de refaire un skeud ? C’est en novembre 2012 que sort enfin King Animal, le dernier album de Soundgarden, 16 ans après Down on the Upside et c’est une vraie nouvelle. Mais comme on le sait, quand les années passent, de l’eau coule sous les ponts et on s’assagit, on devient moins révolutionnaire, on est plus calme. Est-ce ce qui se passe avec King Animal ? Ou l’album est-il nerveux et dans la ligne grunge que l’on a perdue de vu ? Allons écouter ça d’une bonne oreille et voyons de quoi il en retourne !

Les rois du grunge reviennent donc avec un album complet qui comprend 13 pistes et dont la durée avoisine presque l’heure d’écoute. Chose très appréciable quand on voit que la moindre petite starlette française sort un skeud avec seulement 10 morceaux pour une durée d’à peine 30 minutes. Cela tant dit, il vaut mieux une grosse demi-heure de bonheur qu’une heure pénible. Quand on écoute l’album dans sa totalité, on remarque qu’aucun morceau ne se détache vraiment de la playlist. Pas de hits en puissance donc, mais on ressent une grande maîtrise et une certaine sagesse dans tous les morceaux. C’est très structuré, parfois assez complexe, mais on reste dans un très haut niveau de technicité. L’album commence très fort avec deux pièces très rock, Been Away Too Long et Non-State Actor, qui annonce un skeud rapide et efficace. On déchante rapidement, car les deux autres morceaux, By Crooked Steps et surtout A Thousand Days Before, sont beaucoup plus calme, dans une ambiance très zen. Néanmoins, on remontera rapidement à la surface avec des morceaux hyper efficaces comme Bones of Bird, très sombre alors qu’elle demeure plutôt calme ou encore Taree et son final explosif. On aura aussi des morceaux qui vont plus vers quelque chose de plus acoustique, de plus grunge et donc de moins rock, comme Black Saturday ou encore Halfway There. Tout cela contribue à donner un album varié et très appréciable. L’album se clôture sur un morceau dantesque, non pas dans sa violence, mais dans sa structure et son montée vers quelque de chose de beau et de puissant. Ainsi Rowing termine admirablement l’album. Bien évidemment, la maîtrise des instruments est parfaite, comme on pourra l’entendre dans By Crooked Steps ou encore dans le solo très grunge posé de Halfway There. Bref, au niveau des mélodies, on est dans un album complexe, profond et bien mûri. Seulement, l’absence de hit comme Black Hole Sun est dommageable et l’album risque de ne pas passer sur toutes les radios et les fans risquent d’être déboussolés par ce skeud assez éloigné de l’esprit grunge. On est plus dans un groupe de rock et parfois Hard rock, qu’un groupe grunge.

2012soundgardenpresscreditmichaellavine051112

Au niveau de la voix, tout le monde maintenant connait le timbre si particulier de Chris Cornell. Entre ses projets solos et son groupe avec les musiciens de Rage Against the Machine, Audioslave, tout le monde ou presque sait que le monsieur possède un organe très efficace. Il l’utilise encore une fois à bon escient, notamment sur les morceaux où il faut être calme puis lâcher d’un coup la puissance vocale, comme on peut l’entendre dans Rowing ou encore dans la fin de Taree. Pas une seule fausse note dans tout l’album et on ressent une profonde implication dans son travail et dans la remise en forme du groupe. Néanmoins, on ressentira certaines influences puisées dans ses autres groupes, comme l’en atteste Eyelid’s Mouth qui ressemble à s’y méprendre à un morceau d’Audioslave. Cela n’est pas très grave quand on connait la qualité du groupe précité, mais cela peut faire redondance.

Au final, King Animal, le dernier album de Soundgarden sonne comme un album mature et très varié, mais bien loin des succès d’antan. Il faut dire que l’on est en face un album taillé pour la scène avec des morceaux puissants et complexes et d’autres plus doux et calmes. Si l’absence de hits se fait ressentir, on reste quand même dans quelque chose de bon et cela fait plaisir de revoir un groupe mythique après 16 ans d’absence. Bref, certainement pas le meilleur Soundgarden, mais purée que ça fait du bien de les revoir et de les réentendre sur quelque chose de neuf !

  1. Been Away Too Long
  2. Non-State Actor
  3. By Crooked Steps
  4. A Thousand Days Before
  5. Blood in the Valley Floor
  6. Bones of Bird
  7. Taree
  8. Attrition
  9. Black Saturday
  10. Halfway There
  11. Worse Dreams
  12. Eyelid’s Mouth
  13. Rowing

Note : 15/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NeBjhpw_Ee0[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.