décembre 8, 2022

Conversations Nocturnes

13956823_1383948088285263_291631652_n

Titre Original : Talk Radio

De : Oliver Stone

Avec Eric Bogosian, Ellen Greene, Alec Baldwin, Leslie Hope

Année: 1988

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Depuis son studio de la station KGAB, Barry Champlain, animateur cynique, déchaîne les passions et les haines de ses auditeurs qui se confessent à lui, et qu’il pousse dans leurs retranchements avec son art de la provocation…

Avis:

Dans le paysage du cinéma, Oliver Stone est quelque peu la grande gueule, le faiseur de trouble. Son cinéma dégage quelque chose de radical et le cinéaste n’a pas peur de s’attaquer à des sujets brûlants. Il n’a pas peur de peindre des portraits glaçants et fascinants à la fois. Il n’a pas peur non plus de montrer du doigt le visage d’une Amérique peu reluisante. Bref, Oliver Stone, au cours de ses quarante années de carrière, a toujours su faire des films qui ouvrent des débats et créent des polémiques.

Entre « Wall Street » et « Né un quatre Juillet« , Oliver Stone a réalisé « Talk Radio » un film bien moins connu que les deux précédemment cités et qui pourtant mérite amplement le coup. Tiré d’un fait réel, avec ce film, Oliver Stone en profite pour dresser le portrait incroyable d’un homme et de la société elle-même. Film noir, violent, arrogant, parfois glauque, Oliver Stone n’hésite à aucun moment et part loin, très loin dans sa critique. Très injustement méconnu, « Talk Radio » fait pourtant partie des plus grands films d’Oliver Stone.

13933303_1383948278285244_1904077922_n

Barry Champlain est un animateur radio qui officie tous les soirs sur la station de KGAB. Le principe de son émission est simple : des gens appellent pour lui raconter ce qu’ils veulent. Aucun sujet n’est interdit ou tabou. Barry les écoute, réagit en conséquence avec une liberté de ton infini et si jamais la personne n’est pas intéressante, Barry lui raccroche au nez et passe à un autre auditeur. Barry n’est pas là pour dire ce que les gens ont envie d’entendre et parfois, sa liberté de ton agace terriblement, si bien qu’il attire aussi toutes les haines. Mais son émission polémique attire l’œil et les oreilles d’une grande station qui souhaiterait pouvoir diffuser Barry dans le pays.

Bluffant, du grand art, avec « Talk Radio« , Oliver Stone nous tient pendant presque deux heures dans un film qui bien souvent se trouve être un huis-clos avec des conversations radios. Filmant une tranche de vie d’un animateur radio qui n’a pas la langue dans sa poche, qui tient une émission à succès principalement composée d’auditeurs frustrés qui le haïssent, Oliver Stone livre un film sans concession qui va aborder de plein front une multitude de sujets tels que la haine, le racisme, l’homophobie, l’argent, le paraître, la bêtise d’une société en manque de sensation, la jeunesse, les drogues ou encore la liberté de parole et de penser. « Talk Radio » est un film incroyable riche qui peut avoir tendance à partir dans tous les sens et qui pourtant se trouve être maîtrisé à la perfection dans son bordel organisé.

La haine appelle la haine… C’est l’une des réflexions que l’on peut se faire en sortant de ce film.

Avec ce film, Oliver Stone livre là l’un de ses films les plus virulents qui laisse transparaître toute la bêtise d’une société qui part à la dérive. Le principe même de l’émission résonne comme une immense critique qui démontre bien les contradictions de l’être humain. Comment et surtout pourquoi écouter un homme qui tient des propos pareils ? Pourquoi appeler si c’est pour se faire raccrocher au nez ? D’ailleurs, les dernières voix off que l’on pourra entendre dans le film sont édifiantes de bêtise. Cette émission est donc animée par un homme détestable au possible, arrogant, prétentieux, un homme qui ne respecte rien ni personne, hormis sa propre liberté de parler. Un homme et un personnage que nous-même, spectateur, on déteste profondément, et pourtant, un peu comme les auditeurs de son émission, on ne peut s’empêcher d’être littéralement pendu à ses lèvres. Et c’est là la grande réussite du film de Stone, car le réalisateur, dans un sens, nous met à la place de l’auditeur et parfois, devant les propos tenus par Barry Champlain, on se verrait bien appeler afin de pouvoir le remettre en place, même si l’on sait parfaitement qu’il s’en fout.

Puis ce qui est terrible avec ce film, c’est qu’il en devient totalement imprévisible. Chaque coup de fil auquel répond le personnage peut partir sur n’importe quoi. On a l’impression d’assister à une guerre terrible entre les auditeurs, le présentateur, mais aussi son staff qui l’entoure. Et c’est à coup sûr aussi pour ça qu’Oliver Stone arrive à nous tenir en haleine face à ce mec qui nous irrite.

« Talk Radio », c’est aussi une réalisation sans faille de là par d’Oliver Stone. Le montage est incroyable, d’une fluidité hallucinante. Ce montage apporte tant au sentiment de guerre que peu être ce studio de radio. Oliver Stone arrive a créer une tension palpitante avec trois fois rien, offrant parfois à son film de véritables allures de thriller.

Enfin, « Talk Radio« , c’est Eric Bogosian. L’acteur qui n’est pas spécialement connu, qui n’a plus jamais connu de rôle aussi important, est pourtant une véritable révélation. Il tient ce rôle avec tant de conviction, et livre une performance hallucinante, n’hésitant à aucun moment pour être détestable. Son personnage et sa performance sont assez bluffants dans le sens où il arrivera à ce qu’on s’attache à lui, tout en le détestant parfaitement. C’est assez étrange et totalement fascinant comme réaction qu’il nous offre. « Talk Radio« , c’est aussi le plaisir de découvrir des acteurs de renom dans de bons rôles ici, comme Michael Wincott qui est assez perturbant ou Alec Baldwin en patron de radio. On trouvera aussi John C. McGinley (le Dr Cox, pour les fans de « Scrubs« ), ou bien la belle Ellen Greene.

13936564_1383948238285248_635293695_n.png

Injustement oublié, quasiment inconnu, « Talk Radio » est pourtant, et de loin, l’un des meilleurs films d’Oliver Stone. Fascinant, percutant, haletant, imprévisible, ces « Conversations nocturnes » sont bluffantes, révoltantes, amusantes parfois et sur l’ensemble, malgré la « haine » que l’on peut avoir contre son personnage principal, le tout sera aussi très touchant. Bref, « Talk Radio« , c’est du grand Oliver Stone.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=M5E9RV9TyEo[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.