juillet 18, 2024

L’Aigle et l’Enfant

13652756_1360924130587659_1639021917_n

Titre Original : Brothers of the Wind

De: Gerardo Olivares et Otmar Penker

Avec Jean Reno, Tobias Moretti, Manuel Camacho, Eva Kuen

Année : 2016

Pays : Autriche, Espagne

Genre : Aventure

Résumé :

L’histoire époustouflante de l’amitié entre un garçon nommé Lukas, son aigle Abel et Danzer, le garde forestier. Lukas, un jeune garçon élevé par un père autoritaire, recueille un aiglon tombé du nid. Il nomme son nouveau compagnon Abel et s’en occupe en secret avec l’aide de Danzer. L’aigle et l’enfant s’apprivoisent et grandissent ensemble. Mais, lorsque vient le jour pour Abel de prendre son envol, Lukas parviendra-t-il, lui aussi, à prendre le sien ?

Avis :

Gerardo Olivares est un réalisateur espagnol dont on connaît peu le travail. Et pourtant le cinéaste n’en est pas à son coup d’essai, puisque « L’aigle et l’enfant » est son cinquième film. Avant ce film, Gerardo Olivares avait réalisé « 14 kilomètres » ou encore « L’Enfant loup » qui sont tous deux arrivés jusqu’à chez nous, le premier au cinéma, et le second en direct to DVD. Pour son cinquième film, Gerardo Olivares a fait le choix d’une coréalisation qu’il a partagée avec Otmar Penker, un réalisateur de documentaires principalement.

Avec ce film, une surprise pouvait être au rendez-vous. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Aucune surprise au rendez-vous et malgré de jolies images et un beau dépaysement, « L’aigle et l’enfant » est un film qui n’est ni passionnant, ni touchant. A force d’hésiter entre les différents styles, les deux réalisateurs se sont piégés et leur film, si bon soit-il visuellement, est franchement long, lent et plat.

13644262_1360924160587656_1485815816_n

Lukas est un jeune garçon qui a perdu sa mère quelques mois plus tôt dans un incendie. Depuis cet accident, Lukas s’est retiré dans le silence. N’ayant d’yeux que pour la nature qui l’entoure, un matin Lukas découvre un jeune aiglon que son frère a poussé hors du nid. Échoué en bas de la falaise, Lukas recueille le jeune aigle. Il le soigne, le nourrit et l’aide à prendre son envol. À travers cette relation, Lukas, sans s’en rendre compte, va mûrir et grandir.

Des histoires d’amitié entre un animal et un enfant, le cinéma en a connu à toutes les sauces et l’on peut dire que chaque génération peut avoir son histoire. Si certains films ont marqué le public et sont sortis du lot, il est vrai la plupart de ses films qui plaisent aux plus petits, comme parfois aux grands, sont rarement mauvais. Certes, les histoires finissent par se ressembler, mais ces films-là sont une petite denrée impérissable, qui malgré tout font du bien.

« L’aigle et l’enfant » aurait pu être l’un de ses films qui se regarde, qui divertit et qui aurait pu se révéler être même touchant, sans être marquant. Mais voilà, ici, ce ne sera pas le cas, car « L’aigle et l’enfant » ressemble bien plus à un documentaire animalier qu’à un vrai film avec une intrigue prenante. Si l’histoire que nous racontent les deux réalisateurs est mignonne dans le fond, elle reste cousue de fil blanc et se trouve être sans aucune surprise. Pire encore, et c’est là le plus triste, c’est que l’intrigue se révèle être bien maigre et elle ne tient pas sur la durée, car sur une heure trente de film environ, l’intrigue, ses enjeux et ses personnages, s’avère bien trop mince. Sur toute la durée du film, cette intrigue, mise bout à bout, fait peut-être moins de la moitié du métrage. Et ce qui est d’autant plus dommage, car cette moitié est terriblement convenue. Très vite, on devine les scènes suivantes et les futurs arcs narratifs. Ici, on se retrouve devant un film qui est certes magnifique visuellement, mais d’un calme plat qui n’arrive jamais vraiment à accrocher celui qui suit cette minuscule intrigue.

Car le problème du film, c’est le choix de sa mise en scène. « L’aigle et l’enfant » hésite tout le temps dans le genre qu’il doit choisir. Drame familial et film sur une amitié ? Ou alors docu-fiction ? Il semble que les deux réalisateurs aient une préférence pour le second choix, mais ils ont bien trop étiré les scènes de faune et de flore ambiante. « L’aigle et l’enfant » est parcouru par des plans ô combien magnifiques sur cet aigle en plein vol, sur cet aigle qui chasse, ou encore des plans sublimes sur la montagne et tous les petits êtres qui l’habitent. Les deux réalisateurs s’attardent, soutenus par la voix off de Jean Reno, pour montrer à quel point la nature est belle, radieuse, luxuriante, mais aussi sauvage, cruelle, dangereuse et injuste. Si les images que les deux réalisateurs ont mises en boite sont extraordinaires, parfois même impressionnantes, on ne peut s’empêcher d’attendre et de revenir à l’histoire, mais face aux divergences et aux hésitations du réalisateur, l’intrigue se retrouve superficielle.

« L’aigle et l’enfant« , c’est aussi trois comédiens, mais là, le visuel et le style documentaire animalier finit par les écraser. Manuel Camacho n’arrive pas convaincre plus que ça. Pourtant, il a la bonne bouille qu’il faut, mais comme l’intrigue ne lui donne jamais vraiment le temps d’approfondir son personnage, on finira par suivre ses aventures sans réel frisson. Quant à Jean Reno, on peut clairement parler d’une déception, car l’acteur a peu de scène. Et bien souvent, il est le témoin souriant de ce qui se passe.

13650437_1360924193920986_242913073_n

« L’aigle et l’enfant » est donc une déception. Une déception qui a un très beau ton, car il est clair que les deux réalisateurs ont filmé des images incroyables, dignes des plus beaux documentaires animaliers. Mais voilà, l’histoire que raconte le film est bien trop maigre sur son ensemble et cette façon de passer de la petite intrigue à toutes ces scènes de nature est clairement ennuyant. Entre la fiction et le documentaire, il fallait choisir…

Note : 09/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WTQeLovbPM8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.