mai 26, 2024

La Nuit des Extraterrestres

0001784

Titre Original : The UFO Incident

De : Richard A. Colla

Avec James Earl Jones, Estelle Parsons, Barnard Hugues, Dick O’Neill

Année : 1975

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction

Résumé :

En 1962, Betty et Barney Hill, un couple mixte, souffrent de troubles psychologiques et de cauchemars après un étrange incident survenu au retour d’un voyage au Canada. Ils consultent finalement le docteur Simon qui, sous hypnose, leur fait revivre leur enlèvement par des extraterrestres.

Avis :

La science-fiction a ça de passionnante qu’elle fait toujours preuve d’inventivité et demeure l’un des seuls domaines où l’imagination peut être sans limite. Cependant, il arrive que parfois, la Science-Fiction se fait anticipation et pose un regard accusateur sur notre société moderne, montrant les dérives d’un système et à quoi il peut aboutir. Mais encore plus loin, la science-fiction peut prendre des allures de reportages, surtout lorsque cela concerne les soucoupes volantes et la présence d’extraterrestres sur notre belle planète bleue. Qu’il soit menaçant, gentil ou déjà parmi nous, l’alien propose une vision acerbe de l’être humain, montrant ses propres faiblesses et que finalement, il n’est rien dans l’espace infini. Et alors que le Space opéra bat son plein dans les années 70 avec notamment les Star Wars et Star Trek, un petit téléfilm va faire parler de lui, car il aborde un fait divers connu, celui d’un couple assurant s’être fait kidnapper par des extraterrestres.

original_theufoincident3

Phénomène qui a défrayé la chronique aux Etats-Unis, cette histoire de kidnapping ou d’hallucination collective va mettre dans un pays en émoi, par son penchant fantastique, mais aussi par son étrangéité et ses rapports qui se complètent. C’est en 1962 que Barney et Betty Hill jurent s’être fait enlever par des extraterrestres, dans une clairière, alors qu’ils rentraient chez eux. Hantés par des flashs mémoriels, le couple va alors en parler autour de lui et va suivre une psychanalyse sous hypnose pour démêler le vrai du faux. Et c’est assez étrange de découvrir ce téléfilm juste aujourd’hui car dans le fond il reste assez contemporain malgré un budget famélique et une mise en scène souvent douteuse. C’est bien simple, on a plus l’impression de regarder un épisode d’une vieille série qu’un vrai téléfilm dépassant l’heure. Cependant, le plus intéressant dans ce métrage (qui n’a connu qu’une diffusion en France en 1987 sur M6), c’est sa narration éclatée et le rapport entre ce qui est dit et ce qu’il se passe. En utilisant ce procédé, le cinéaste brouille les pistes et le spectateur restera toujours dans le doute, ne sachant vraiment si ce qu’il s’est passé est vrai ou faux. Et c’est là-dessus que le film tient tout son intérêt, en plus de la prestation touchante et dramatique de James Earl Jones.

D’ailleurs, le film essaye aussi, malgré son sujet, de parler de racisme et critiquer une société américaine très terre à terre et en proie aux clichés. La vie du couple sera mise à rude épreuve de par la couleur de peau du mari, un black intégré qui a réussi dans la vie et une femme d’âge mûre dont c’est le deuxième mari. Cela va sans dire que le film essaye d’aborder une notion plus sociétale au lieu de parler de façon frontale des extraterrestres et de leur expérience. Mais c’est peut-être là le point faible du film qui se résume à une interrogation de plus d’une heure autour des faits. Et ce n’est pas la narration éclatée ou encore la distance prise entre ce qui est dit et que qui se passe qui va changer quelque chose, on s’ennuie ferme devant ce métrage. D’autant plus qu’il a pris un sacré coup de vieux avec une réalisation minimale (faut dire que le budget d’un téléfilm de l’époque ne devait pas voler bien haut) et surtout des effets visuels complètement à la masse.

Si on reste étonnés par la prise de risque sur les expériences menées, avec des passages parfois glaçants, suggérant plus que montrant avec une certaine lucidité, on sera aussi mort de rire face aux faciès des extraterrestres. Dotés d’une cagoule grise mimant un visage glabre et de lunettes grossissants les yeux, on devine très vite la supercherie et cela fait tomber le film à plat, n’effrayant jamais et ne dérangeant presque pas. Et même en recontextualisant le film, on restera de marbre tant d’autres bestioles vont hanter notre esprit comme le xénomorphe de Ginger ou encore les personnages cultes de Star Wars.

original_theufoincident6

Au final, La Nuit des Extraterrestre n’est pas un mauvais téléfilm, mais il demeure un objet filmique mineur et qui n’arrive pas à trouver le bon ton pour passionner. Il faut dire que si filmer des palabres peut être intéressant, il faut aussi mettre en avant des tensions et des faits prenants pour tenir le spectateur Or, là, c’est clairement ce qu’il manque au film, passant pour un mauvais épisode de la saga X-Files, les agents fédéraux en moins. Bref, un petit téléfilm qui remet au gout du jour une affaire étrange et la possibilité que des aliens soient déjà parmi nous.

Note : 11/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=0AdMMtyheVA[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.