mars 3, 2024

No Land’s Song

12966283_1295498457130227_1707904058_n

De : Ayat Najafi

Avec Sara Najafi, Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi, Elise Caron

Année : 2016

Pays : Allemagne, France

Genre : Documentaire

Résumé :

En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n’ont plus le droit de chanter en public en tant que solistes. Une jeune compositrice, Sara Najafi, avec l’aide de trois artistes venues de France (Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), va braver censure et tabous pour tenter d’organiser un concert de chanteuses solo.

Avis :

Réalisateur iranien de documentaires, Ayat Najafi a plusieurs cordes à son arc, puisqu’il est aussi comédien et producteur, mais c’est vraiment dans la réalisation qu’il est le plus impliqué. Ayant choisi de parler de la condition des femmes, son précédent et premier film abordait le football féminin en Iran. Un documentaire passé inaperçu, qui n’a même pas réussi à franchir notre frontière.

Pour son nouveau film, le réalisateur a décidé de s’attaquer cette fois-ci à une injustice. Depuis 1979, une loi en Iran interdit à toutes les femmes de chanter en solo sur scène. Elles peuvent chanter, mais seulement pour accompagner les hommes. La sœur de Ayat Najafi, qui est chanteuse, à décider d’organiser un concert au féminin à Téhéran. Son frère a donc filmé les multiples épreuves qu’elle a dû traverser, elle et son équipe, pour que la voix des femmes puisse s’entendre après plus de trente années de silence. Et avec « No land’s song« , Ayat Najafi nous offre un documentaire courageux, émouvant, difficile et d’une injustice terrible !

12991822_1295498513796888_1476032725_o

Porté par un excellent bouche à oreille, « No land’s song » est le documentaire à voir de ce début d’année. Un documentaire exceptionnel et nécessaire sur un projet fou et courageux. Dur et engagé, Ayat Najafi a choisi de raconter une histoire qui pourrait paraitre des plus banales dans beaucoup d’autres pays, mais qui devient un véritable chemin de croix pour les héroïnes de son film. Car oui, Sara Najafi et ses sœurs de combat nous apparaissent comme de véritables héroïnes des temps modernes et ce documentaire est une véritable épopée qui malheureusement, véhicule avec lui son lot d’injustices, de révoltes, d’émotions, mais surtout de suspens et de tensions, car pour organiser ce concert, Sara Najafi et son équipe vont mettre pas loin de trois années. Trois années d’espoir et rêve que le réalisateur nous fait partager au plus près des personnes que sa sœur va réunir.

« No land’s song » est donc un très beau portrait de femmes. De femmes au pluriel, le film présentant aussi les autres femmes (et trois hommes) qui vont aussi monter avec Sara Najafi sur scène pour dire non à cette débilité, cette injustice incompréhensible qui rabaisse aussi bien la femme que l’homme en général. Le réalisateur filme ces femmes de manière lumineuse, toutes pleines d’entrains, de joies, malgré la tristesse de la situation. Elles sont toutes extrêmement touchantes à chaque instant, même dans les moments les plus simples, car le principe même de l’idée qu’elles veulent chanter face à un public peut leur valoir la prison.

Parfaitement monté, le film est prenant et l’on navigue entre la nostalgie d’une veille femme qui se souvient d’une époque où la voix des femmes d’Iran n’était pas interdite et l’espoir d’une plus jeune qui va braver l’interdit, allant de refus en refus, sans jamais perdre de son énergie et de son envie de changer quelque peu les choses dans un pays renfermé sur lui-même.

Filmé et monté avec beaucoup d’intelligence, on remarquera que le but ici est d’essayer de faire avancer les choses. Le réalisateur et sa sœur dénoncent l’injustice religieuse de la chose, mais à aucun moment leur film ne tombe dans une haine. Certes, le film véhicule beaucoup de tristesses et d’incompréhensions. Certes, il se révolte contre le système en place, mais à aucun moment, il ne va basculer dans la colère. « No land’s song » est politique et engagé, mais il est, avant toute chose, pacifique.

Puis enfin, l’autre élément du film, auquel on ne peut pas passer à côté, c’est bien entendu son ambiance musicale. Si « No land’s song » est un documentaire, c’est aussi un magnifique film musical où des voix s’élèvent avec une poésie puissante. On est souvent pris à la gorge à l’écoute des paroles des chansons que ces femmes ont décidées de chanter avec tant de sincérité et de vérité. Elles sont merveilleuses, elles nous font frissonner, elle nous bouleversantes et armées de leurs seules voix, l’on ne peut imaginer l’émotion qui les traverse quand, après tant de batailles avec l’administration, elles ont enfin pu « se libérer » et chanter face à ce public.

12991951_1295498483796891_679010349_o

« No land’s song » est donc un documentaire rare et courageux. Ayat Najafi et Sara Najafi, ainsi que tous les protagonistes qui apparaissent dans ce film, se sont battus pour que ce concert se fasse et que ce documentaire existe et maintenant, c’est à nous de prolonger leur combat. Et comme le film est malheureusement et tristement une merveille, on incite donc le plus grand nombre à aller voir ce film en salle, car en plus de mettre en lumière ces combats, « No land’s song » reste un documentaire révoltant, mais aussi très plaisant et divertissant, dans le sens où le film garde une certaine bonne humeur et où vous allez en prendre plein les oreilles, et les frissons, comme les émotions, seront garantis !

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=BWHEY6vV5ig[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.