février 7, 2023

Au-Delà des Montagnes

12507038_1223947834285290_1445995165_n

Titre Original : Shan He Gu Ren

De: Zhang-Ke Jia

Avec Zhao Tao, Sylvia Chang, Dong Zijian, Zhang Yi

Année : 2015

Pays : Chine, Japon, France

Genre : Drame, Romance

Résumé :

Chine, fin 1999. Tao, une jeune  fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

Avis :

« Au-delà des montagnes » est le premier film que je vois de Zhang-ke Jia, réalisateur chinois à la carrière qui donne très envie. Le réalisateur a débuté sa carrière en 2001 avec « Platform » un film qui relatait le parcours d’une troupe de théâtre dans la Chine de la fin des années 70. Depuis ce premier film, le réalisateur n’a pas chômé puisque « Au-delà des montagnes » est son dixième long métrage et je ne compte pas les plusieurs courts-métrages qu’il a fait.

Pour son nouveau film, le réalisateur chinois a décidé de filmer une odyssée de la vie normale et de son évolution, portant son histoire sur plusieurs générations, un peu comme un fleuve qui avance doucement, un peu comme un cercle de la vie et le résultat sera un très beau film à la poésie et à la nostalgie touchantes. Faisant s’entrelacer son épopée tranquille, Zhang-ke Jia touche avec justesse celui qui le regarde.

12483475_1223947897618617_565935626_n

Chine, 1999, Tao est une jeune femme insouciante qui profite de ce que lui offre la vie. Elle a pour ami Zhang, un jeune homme fortuné et ambitieux,et Liangzi, un simple employé de mine. Une mine que s’est offert Zhang. Les deux hommes ont tous les deux des caractères opposés, ils ne se ressemblent en rien, mais se rejoignent sur un point. Un point crucial, puisque chacun est follement amoureux de Tao. Quant à la jeune femme, elle est séduite par les deux hommes. Mais un choix va finir par lui être imposé. Un choix difficile, mais qu’elle finira par faire. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

Plus qu’un film sur l’amour ou le temps qui passe, c’est un film sur la vie que nous présente le réalisateur. Un film universel qui peut toucher tout le monde tant les personnages sonnent vrai et leur vie est filmée de manière simple et pleine d’humanité.

« Au-delà des montagnes » est avant tout un scénario d’une richesse incroyable. Avec ce film, Zhang-ke Jia va aborder sur vingt-six ans une multitude de sujets, tous plus beaux et intéressants les uns que les autres. L’amour, l’argent, la famille, le regret, l’espoir, les racines, l’évolution, les répétitions, la solitude, le doute, les joies et les peines, bref, tant de sujets et d’émotions que le réalisateur traite avec une simplicité magnifique. Avec ce film, on se laisse emporter loin et l’on en ressort heureux, apaisé, souriant, avec la sensation d’avoir partagé une délicatesse pleine de poésie et de suspension. C’est bien simple, grâce à cette authenticité, grâce au ton donné par son réalisateur ou encore ces acteurs, grâce à cette intrigue émouvante qui se balade sur plusieurs décennies, emportant avec elle la jeunesse et la naïveté des personnages, « Au-delà des montagnes » est tout à fait le genre de film simple qu’on ne voit pas passer. Et une fois le générique levé, on regrette que cette fenêtre sur de nouvelles cultures n’ait pas duré plus longtemps. Puis derrière ces sujets parfaitement tenus, « Au-delà des montagnes » nous parlera aussi de la Chine de 1999 et de son évolution à travers les décennies à venir. Le film fait s’affronter le communisme au capitalisme. Sans vraiment le dire, de manière discrète et pourtant évidente, sans émettre de jugement de valeur ou impliquer un quelconque avis du réalisateur, Zhang-ke Jia insuffle ça entre les lignes, ce qui rend son film encore plus riche qu’il ne l’est déjà.

C’est sur un rythme assez lent que Zhang-ke Jia propose de nous laisser regarder ses personnages évoluer. Tour à tour amusant, triste, drôle, ou encore émerveillé, la mise en scène du cinéaste est superbe. À aucun moment on ne s’ennuie, aucun moment est en trop ou sort du tableau que Zhang-ke Jia peint avec une très belle assurance et générosité.

Une très grande partie du film est portée par l’excellente fraîcheur de Zhao Tao. L’actrice est vraiment touchante du début à la fin. D’une scène à l’autre et avec un talent fou, elle sera vous faire sourire, puis vous bouleverser par ses regrets et ses remords. Si tous les comédiens sont bons, ils ne sont que dans son ombre, car quand elle est à l’écran, on ne voit qu’elle. Et pour trouver d’autres personnages aussi beaux et touchants, il va falloir attendre la partie en 2025, pour que le film s’envole vers une magnifique histoire d’amour, tenue par deux acteurs, Sylvia Chang et Dong Zijian, absolument bouleversants et très loin des clichés habituels.

12490310_1223947967618610_611882884_o

Jouissant d’un jolie bouche à oreille, « Au-delà des montagnes » résiste bien à la concurrence et près de trois semaines après sa sortie, il est toujours projeté dans plus d’une centaine de salles et on ne serait que trop vous conseiller ce moment de poésie, où la vie et l’amour sont parfaitement mis en valeur dans une fable moderne, qui en plus de vous faire découvrir de nouvelles cultures, ne devrait pas vous laisser indifférent.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=42kwiZwusVo[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.