janvier 27, 2022

Médaka-Box

Médaka-Box 1

Résumé :

Medaka Kurokami, jeune élève du lycée Hakoniwa, considère être née pour venir en aide aux autres. Sa première décision en tant que présidente nouvellement élue du Conseil Étudiant est d’installer une boîte à suggestions dans laquelle les élèves pourront exprimer leurs malheurs et demander de l’aide. Investie des pouvoirs du Conseil et armée d’une détermination sans faille, Medaka peut enfin accomplir son destin au bénéfice des autres. Elle ne restera pas longtemps seule au sein du Conseil car son ami d’enfance Zenkichi Hitoyoshi, sans doute le seul à la comprendre vraiment, restera à ses côtés pour la protéger, même s’il lui faudra faire avec la personnalité originale de Medaka. Les requêtes présentées par les élèves seront diverses et ne manqueront pas d’originalité : remettre des voyous dans le droit chemin, résoudre une enquête criminelle, retrouver un chien égaré et même écrire une lettre d’amour. Le Conseil pourrait bien avoir besoin de nouvelles recrues pour soutenir ce rythme effréné.

Avis :

Nishio Ishin, auteur de Bakemonogatari ou Nekomonogatari entre autre, nous livre un shônen déluré sans grandes ambitions face aux blockbusters du genre (One Piece, Naruto,…). Cependant l’humour omniprésent, les personnages haut en couleur et une histoire se dévoilant petit à petit, tout cela nous scotche dès le premier tome. Tout ceci soutenu par le dessin à la limite du parfait dans le genre de Akira Akatsuki (Angel Agent, Contractor M&Y).

L’histoire commence après l’élection de Medaka au poste de présidente du conseil des étudiants avec un score de 98% des votes, sa première décision étant d’instaurer la fameuse Medakabox, cette boîte à suggestions qui est l’élément central du manga. Cependant cette nouvelle présidente fait peur ou rend jaloux, en effet depuis sa plus tendre enfance Medaka réussi tout ce qu’elle entreprend avec une facilité déconcertante, maîtrisant des techniques de kendo en quelques jours alors qu’il faudrait des années ou encore devenir ceinture rouge de judo en à peine quelques mois, mais tout ceci n’est que la partie immergée de l’iceberg. Qui est réellement Médaka et où peut aller tout son potentiel.

Médaka nichons

Du boobs et du gros en plus, un autre attrait du manga !!

L’histoire ce concentre aussi sur l’ami d’enfance de Médaka, Zenkichi Hitoyoshi. Un garçon tout à fait normal, à ceci près qu’il connaît Médaka depuis toujours. Ces deux personnages seront les éléments centraux du manga, se courant mutuellement après sans jamais s’attraper. Zenkichi se laisse embarquer dans cette histoire par Médaka, et malgré le mal qu’il a pour protégé son amie il ne renonce. Bien que Médaka soit très forte, voir anormal, Zenkichi lui est tout ce qu’il y a de plus normal. De cette ambivalence naît toute la finesse du scénario, lui essayant de la protéger alors que le seul à devoir être protégé n’est autre que lui.

médaka costard

Dans ce manga on ne se prend pas la tête, ici, l’auteur et le dessinateur veulent donner du plaisir au lecteur un plaisir simple, il n’y a pas à réfléchir pour comprendre les tenants et les aboutissants de la trame scénaristique même si celle-ci prend de l’ampleur au fil des tomes et ne se limite plus à une banale boite de doléances (ce qui n’est pas plus mal). Là, les objectifs sont simples, faire rire d’une part, même si l’humour est parfois absurde on se surprend à sourire alors que le gag est parfaitement minable, et d’autre part donner de la baston en veux tu en voilà, on regrettera que cette deuxième chose n’apparaisse que tard dans l’histoire. Et bien sur tout ceci saupoudré de filles bien en forme et qui ne rechigne pas à se déshabiller, ça fait plaisir et ça ne mange pas de pain comme qui dirait.

En conclusion, un shônen sans grandes ambitions malgré des qualités indiscutables, on regrettera le début de l’histoire qui traîne en longueur et qui pourrait rebuter beaucoup d’entre nous. C’est un manga à surveiller dans les prochaines années, car il pourrait faire son entrée parmi les hits du genre à l’instar de Beelzebud ou encore Fairy Tail. Pour l’instant seulement 5 tomes sont sortis en France le sixième étant prévu pour le 10 avril, et 18 tomes sortis au Japon. La série étant toujours en cours cela nous laisse présager une bonne espérance de vie pour ce manga, car rares sont ceux à atteindre ce nombre de tomes au pays du soleil levant.

Note : 16/20

Par Dogrin

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.