octobre 5, 2022

Litvinenko: Empoisonnement d’un Ex Agent du KGB

12231360_1191629897517084_2084480035_n

Titre Original : Rebellion : The Litvinenko Case

De: Andreï Nekrassov

Avec Anna Politkovskaïa, André Glucksmann, Alexandre Litvinenko, Marina Litvinenko

Année : 2007

Pays : Russie

Genre : Documentaire

Résumé :

A Londres, le 23 novembre 2006, Alexandre litvinenko, nom de code : Sasha, ex-agent du KGB, est empoisonné au Polonium 210. Dès 1998, il est connu en Russie pour ses interventions télévisées où il accuse les services secrets de commanditer des assassinats.

Avis :

Andreï Nekrassov est un réalisateur de documentaire assez controversé puisque ses films sont bien souvent accompagnés de polémique. Au fil de sa carrière, Andreï Nekrassov n’a pas hésité à s’attaquer à des sujets qui dérangent, des sujets que certains plus haut placés auraient préférés qu’on laisse aux oubliettes comme les agissements de son pays pendant les années 90 par rapport à la Tchétchénie, peignant un portrait de Lenine ou encore s’attaquant directement à Vladimir Poutine.

On peut dire que le réalisateur et journaliste n’a pas la langue dans sa poche et ce n’est pas ce Litvinenko qui va démontrer le contraire. Ce documentaire au nom difficilement prononçable va suivre avec minutie le parcours d’Alexandre Valtérovich Litvinenko, un ancien agent du KGB et du FSB, qui avait trouvé refuge en Angleterre après avoir fui la Russie. Si Litvinenko avait déjà fait parler de lui à la fin des années 90, c’est en 2006 que le monde entier va entendre son nom, puisque l’homme, alors âgé de quarante-quatre ans, fut empoissé au Polonium 210, un poison hautement radioactif, qui le fit agonir lentement et douloureusement pendant près de vingt jours.

D’emblée, la presse s’empara de l’affaire. Tout et n’importe quoi est alors dit sur Litvinenko, allant même jusqu’à lancer l’hypothèse d’un suicide de la part de l’agent secret afin de jeter le discrédit sur Vladimir Poutine. Plusieurs spéculations circulent sur le ou les commanditaires de la mort de Litvinenko, mais le mystère subsiste encore aujourd’hui.

Andreï Nekrassov a toujours été fasciné et intrigué par le cas de l’agent secret et c’est bien avant sa mort qu’il avait commencé à enquêter sur sa fuite, sur sa soi-disant traîtrise envers la Russie. Il avait même réussi à retrouver sa trace en Angleterre et construit une relation d’amitié avec Alexandre Litvinenko.

12243654_1191629910850416_1175296467_n

Alors quand ce dernier est mort dans ces circonstances plus que troublantes, Andreï Nekrassov décida de regrouper les images qu’il avait de l’espion ainsi que les différents témoignages qu’il avait recueillis afin d’en faire un film qui, s’il ne résoudra jamais le mystère de la mort d’Alexandre Litvinenko, poserait au moins certaines questions et jetterait le doute et le trouble sur cette affaire et les différents gouvernement liés à celle-ci.

Par un travail de recherche assez hallucinant, (mais assez brouillon du point de vue de la qualité d’image, le réalisateur a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait), le réalisateur russe va essayer de remonter au « début du conflit » et ainsi éclairer le public sur l’affaire Litvinenko. Si cette dernière est bien plus complexe que ces quelques lignes, pour comprendre l’affaire Litvinenko, il faut remonter sept ans avant sa mort.

De cette histoire, Andreï Nekrassov livre un documentaire choc (il n’est vraiment pas à mettre sous tous les yeux, il y a beaucoup d’images du front tchétchène qui sont très dures à regarder), intéressant, argumenté, spontané, où règne les faux-semblants et les troubles. Un documentaire hommage à son ami, qu’on pourrait presque qualifier de vérité. Un documentaire qui sera aussi très touchant puisque le réalisateur a filmé son ami jusqu’à ses dernières heures sur son lit d’hôpital, tout en évitant le voyeurisme.

« Litvinenko« , en plus d’être un documentaire sur le meurtre d’un homme, va être aussi une longue analyse de son pays, ses valeurs et ses affaires troublantes. Le film ne s’intéresse pas qu’à l’affaire Litvinenko et va plus loin mélangeant d’autres meurtres et mystères liés plus ou moins au Kremlin. Le tout donne un film assez maladroit et très brouillon à plusieurs moments. On se demande même où l’on a mis les pieds au départ puisque des bouts d’éléments s’entremêlent. Mais parfois, malgré ses défauts et son ennui, car il manque de rythme, dans son fond, on reste pris par le destin tragique de cet opposant au régime de Poutine. Andreï Nekrassov, de par son envie de vérité et son audace dans les interrogations qu’il soulève, arrive à maintenir notre attention et l’on en ressort avec une sensation d’instruction.

Après, le film manque peut-être d’objectivité, appuyant là où ça fait mal, le réalisateur ne nous laisse que sa propre vision, c’est peut-être ce qui dérange dans ce film puisqu’il nous demande d’accepter ses dires, de les prendre pour acquis. Peut-être est-ce la vérité d’ailleurs, on en est presque convaincu à la sortie du documentaire, mais un regard plus éloigné aurait été peut-être plus juste.

Le film d’Andreï Nekrassov offre un nouveau regard, que ce soit sur ce meurtre en lui-même ou sur le parcours de cet homme engagé ou encore sur la politique de la Russie, sur ses magouilles ou ses dirigeants. Et malgré le côté trop appuyé et proche, ce film reste intéressant et nécessaire et il vaut le coup d’être vu, ne serait-ce que pour les risques que le réalisateur prend à pointer du doigt certains éléments qui restent plus que troublants.

Enfin, et c’est peut-être la plus belle réussite du film, c’est qu’à la fin de celui-là, on a envie de creuser l’affaire et d’aller se documenter sur le net afin de nous faire un peu notre avis. Et quand on se documente un peu, on peut se dire que l’affaire « Litvinenko » n’a peut-être pas fini de faire couler toute son encre.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=RB3PSEgkiq0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.