janvier 16, 2022

Coast Guards

11938953_1152148194798588_1967160226_n

Titre Original : The Guardian

De : Andrew Davis

Avec Kevin Costner, Ashton Kutcher, Sela Ward, Melissa Sagemiller

Année: 2006

Pays: Etats-Unis

Genre : Action, Aventure, Drame

Résumé :

Depuis qu’une tempête a décimé son équipe de sauveteurs en mer, Ben Randall s’est retiré et se consacre désormais à la formation des jeunes recrues. Sa réputation de bravoure et ses méthodes d’enseignement peu orthodoxes ont fait de lui une légende. Pourtant, il reste hanté par la mort de ses coéquipiers…
Parmi ses élèves, Randall remarque un jeune champion de natation insolent et frimeur, Jake Fischer. Il reconnaît aussitôt le potentiel du jeune homme et tente de lui inculquer tout ce qui pourrait faire de lui un grand sauveteur. Randall espère aussi lui épargner les erreurs qu’il a lui-même commises.
Son diplôme obtenu, Jake suit Randall à Kodiak, en Alaska, où ils affrontent l’une des pires zones maritimes du globe, la mer de Bering. Lors de sa première opération de secours, Jake va véritablement découvrir tout ce que sa mission implique…

Avis :

Andrew Davis est un réalisateur qui est capable d’offrir du bon, voire même du très bon avec le cultissime « Le fugitif« , et puis d’un coup aller dans les bas-fonds de la médiocrité (j’avoue, je ne me suis jamais vraiment remis de  » La Morsure du lézard« ). « Coast Guards« , qui ne pas tarder à fêter ses dix ans, est le dernier film du réalisateur.

J’ai toujours un peu tendance à me méfier des films d’Andrew Davis, mais j’ai toujours eu envie de voir celui-ci, car même si je m’attendais à un film très convenu, la bande-annonce, surtout dans ses images, dégageait quelque chose de très plaisant. Puis l’idée de voir Kevin Costner en vieux « loup de mer » était des plus alléchantes. Et je dois dire que j’ai pris un certain plaisir à découvrir ce film, même si comme je l’imaginais, tout, absolument tout, est convenu à l’avance.

11908207_1152148288131912_1879420741_n

Dans le milieu des secouristes, Ben Randall est une légende vivante. L’homme a presque toujours réussi à secourir les victimes que l’océan se faisait un plaisir d’emporter. Mais une nuit, tout va déraper et Ben est le seul survivant de l’équipe de sauvetage. Son chef, le jugeant trop affecté, décide alors de l’envoyer comme instructeur dans l’école qui forme les futurs sauveteurs en mer. L’orgueil de Ben en a pris un coup, mais il se plie aux ordres et se voit donc enseigner les gestes et les techniques qui permettront aux plus déterminés des jeunes recrues de passer leur diplôme et devenir sauveteur en haute mer. Parmi les jeunes recrues, Ben remarque très vite Jake Fischer. Un ancien champion de natation, beau gosse et frimeur. Ben remarque le potentiel du jeune et c’est sans vraiment se l’avouer qu’il se reconnaît en lui…

Il y a des fois comme ça, où l’on a juste envie de voir un film simple devant lequel on est sûr de ne pas se prendre la tête et de trouver un film qui ne sera pas trop mauvais voire même plaisant. C’est donc dans cet état d’esprit que je me suis lancé dans ce « Coast Guards« , un film qui rend hommage à ces hommes et femmes qui prennent des risques pour venir sauver la vie des autres et j’ai apprécié le spectacle dans le fond, même s’il reste quand même pas mal de choses à redire.

La première chose qui ressort et qui est bien souvent le cas dans ce genre de film, c’est qu’il n’y aura aucune surprise, rien, nada… Tout est joué d’avance et le final est plus que facile à deviner, tant c’est convenu. Alors c’est vrai que c’est chiant, car on se dit que les scénaristes ne vont pas chercher bien loin et comme tous les films de ce genre, en dehors du concept dans lequel il évolue (ici la garde côte, un sujet qu’on ne voit jamais au cinéma, ce qui est original en soit), le tout sent un peu le réchauffé. Alors pour apprécier le film à sa « juste valeur », il faudra accepter ce fait. Et une fois accepté, on ne peut pas dire que « Coast Guards » soit mauvais. J’ai passé un moment relativement bon. L’histoire est loin d’être passionnante, mais elle se tient quand même et nous emmène avec elle jusqu’à sa fin sans ennui. A la rigueur, ce qui m’a le plus dérangé, c’est le discours trop appuyé des formateurs sur le don de soi, la patrie et l’Amérique, mais je savais aussi où je mettais les pieds. Le film offre ce qu’on a l’habitude de voir aussi dans les formations et les écoles. Les différents rôles obligatoires sont un peu clichés, mais pas si dérangeants que ça.

Comme tout divertissement hollywoodien du genre, il faut donc un acteur dont la carrière est en baisse de régime et le petit jeunot à la mode, qui cherche autre chose comme rôle et qui va prendre le vieux comme mentor, tout en s’opposant à lui et dans ce schéma, le film excelle, puisqu’il oppose pour finalement se soutenir, le grand Kevin Costner, dont on ne peut pas louer la carrière à cette époque et Ashton Kutcher dont les comédies cartonnent. Un état de fait qu’il faut donc accepter, surtout que là aussi, on ne peut pas dire que les acteurs soient mauvais. On les a connus plus réactifs, plus impliqués, ici, ils se contentent du minimum, mais le minimum est bon. Je dois dire que j’ai quand même pris plaisir à voir Neal McDonough gueuler sur ces petits jeunes à longueur de scènes. Et je me suis bien pris d’affection pour le personnage joué par Brian Geraghty, un jeune qui veut à tout prix devenir sauveteur en mer et qui échoue à chaque fois. D’ailleurs, c’est peut-être le personnage que j’ai trouvé le plus intéressant.

11938906_1152148321465242_1495882067_n

J’ai donc passé un moment sympa devant ce film. Pas extraordinaire, juste sympa et c’est ce que je lui demandais. Bien sûr, le film avait matière à être mieux et il tombe allègrement dans la facilité, mais Andrew Davies offre de bonnes scènes, des personnages clichés mais pourtant sympathiques et un bon rythme. Alors ce n’est pas un immense film, je dirais même que je risque de vite l’oublier, mais sur l’instant, je ne suis pas mécontent de l’avoir vu.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=LTGvyQawsWs[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.