novembre 30, 2021

Ecrit sur du Vent

475750

Titre Original : Written in the Wind

De: Douglas Sirk

Avec Rock Hudson, Lauren Bacall, Robert Stack, Dorothy Malone

Année: 1956

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Fils d’un roi du pétrole texan, Kyle Hadley a versé dans l’ivrognerie. Un jour, il tombe amoureux de Lucie Moore, que lui présente le géologue Mitch Wayne, son meilleur ami. Avec l’espoir de le guérir de son vice, Lucie accepte d’épouser Kyle, ce qui navre Mitch, également amoureux d’elle. Entre Kyle et Lucie, tout se passe bien dans un premier temps. Mais Kyle apprend par le médecin de famille qu’il ne pourra jamais avoir d’enfant. Or Lucie est enceinte. Alors qu’il la frappe violemment, un coup part et Kyle est mortellement blessé. Mitch est accusé du meurtre…

Avis:

Considéré comme un maître et une référence par un grand nombre de cinéaste dont Steven Spielberg ou Rainer Werner Fassbinder, Douglas Sirk est pourtant un réalisateur un peu trop oublié de nos jours. Surnommé le roi du mélodrame durant les années 50, ce cinéaste d’origine allemande a réussi à conquérir Hollywood en quelques films. C’est alors que vers la fin de sa carrière, il signe un contrat avec Universal pour faire cinq films, qui seront certainement les points d’orgue de sa carrière. Alors qu’il s’attaque aux différences de classe et d’âge dans Tout ce que le Ciel Permet, alors qu’il parle du racisme dans les années 50 avec son Mirage de la Vie, alors qu’il s’essaye de façon terne au film historique avec Le Signe du Païen, en 1956, il va aborder la stérilité et le triangle amoureux dans un film d’une beauté classique et efficace.

ECRIT+SUR+DU+VENT+PHOTO1

Ecrit sur du Vent raconte la vie de trois personnages qui ont vécu ensemble quand ils étaient enfant. On y retrouve un frère, fils du roi du pétrole, un peu trop fougueux, sa sœur qui se laisse vivre et qui ne souhaite qu’une chose, conquérir Mitch, le géologue de la firme mais qui est aussi son frère de cœur, celui qui a vécu avec la famille. Au milieu de tout ça, une jeune secrétaire va s’attirer les faveurs de Mitch, mais aussi de son ami. Il va alors naître un triangle amoureux (on pourrait même dire un quatuor) dont un bouleversement va tout changer, attisant la haine et les rancœurs. Avec ce film, Douglas Sirk va aborder trois thèmes qui lui tiennent à cœur et que l’on retrouve souvent dans ses métrages. En premier lieu, et c’est ce qui tire le plus vers le mélodrame, le cinéaste parle de l’amour. Il aborde ainsi la question de l’argent, de la sensibilité et des différentes strates d’amour. Il montre que l’on ne peut aimer ce que l’on considère comme une sœur comme on aime une autre femme. Il montre aussi que les amours de jeunesse ne sont pas souvent ceux des adultes. A partir de là, le réalisateur va tisser une intrigue simple mais efficace sur l’évolution des sentiments et ceux qui restent bloquer dans un rêve passé.

Cependant, ce n’est pas le seul sujet abordé. Le film parle aussi de l’alcoolisme, car le personnage du fils du magnat du pétrole est sujet à la bouteille et c’est l’amour qui va le faire changer. Un amour passionnel qui va être bouleversé par une nouvelle l’empêchant d’avoir des enfants. A ce moment-là, le film se transforme presque en thriller, où chaque personnage va soupçonner l’autre, où chaque partie va voir le mal partout. Avec une mise en scène ingénieuse et prenante, Douglas Sirk va fournir un film différent, où les miroirs vont avoir une importance dans les dialogues, montrant que le cinéaste fourmille d’idées à chaque plan. On remarquera que son film est très bien rythmé et que les mouvements de caméra ne sont pas anodins, affirmant son statut de réalisateur talentueux. Véritable pamphlet contre l’alcool, Ecrit sur du Vent est un film qui a une portée importante et qui montre l’aspect destructeur de la chose.

Bien évidemment, le film est servi par des acteurs de choix, dont la coqueluche du réalisateur, Rock Hudson. Déjà vu dans Tout ce que le Ciel Permet, l’acteur reprend ici le rôle de l’amoureux transi et déçu. Et il est toujours aussi bon et convaincant, brillant de charisme. Même la sublime Lauren Bacall aura bien du mal à lui faire de l’ombre malgré son charme glacial et son rôle ambigu. D’ailleurs, elle se fait damer le pion par la magnifique Dorothy Malone, qui possède un rôle complexe et qui s’en sort à merveille. Toute en beauté, elle va avoir la rude tâche de jouer la femme dont l’amour ne veut pas d’elle. Tout en nuance, elle va réussir à devenir l’un des personnages les plus attachants du film, jusqu’à la fin, où elle décide de libérer l’homme qui ne veut pas d’elle. Elle recevra l’oscar du meilleur second rôle féminin en 1957 pour ce rôle et c’est amplement mérité.

ECRIT+SUR+DU+VENT+PHOTO3

Au final, Ecrit sur du Vent est un très beau film de Douglas Sirk. S’il n’est pas aussi puissant que Mirage de la Vie, son dernier chef d’œuvre, il n’en demeure pas moins un film passionnant et qui a un message d’une portée universelle autour de l’alcool et de la stérilité. Un film au final bouleversant, monté comme un thriller et qui s’avère très efficace. On pourra juste reprocher au métrage d’être parfois un poil trop long pour pleinement convaincre, mais c’est une moindre chose qui ne gâche à aucun moment le plaisir de voir un tel film classique.

Note: 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=862Yc-cwQEY[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.