juillet 19, 2024

The Remaining – Quand Dieu Fait la Gueule

4912_TheRemainingDVDNew_lg

De : Casey La Scala

Avec Shaun Sipos, Alexa Vega, Johnny Pacar, Bryan Dechart

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Un groupe d’amis proches se réunissent le temps d’un mariage, mais la célébration est brusquement interrompe par une série d’événements cataclysmiques. Les survivants sont confrontés de plein fouet à ce qui se ressemble à une punition divine et ni plus ni moins que la fin de l’humanité.

Avis:

La religion. Voilà une vaste sujet qui colle aux basques du film d’horreur depuis un long moment maintenant. Il faut dire que dans des pays largement entérinés dans une religion catholique souvent trop envahissante, la religion semble être un bon point de vue soit pour la critiquer, soit pour instaurer une peur de l’inconnu dans le cœur des croyants. C’est ainsi que sont nés les films de possession, s’inspirant parfois de faits réels, mais ayant toujours une relation étroite avec Dieu et ses comparses aux ailes mordorées. Mais depuis peu, il y a une autre façon de mélanger la religion avec l’horreur, c’est la punition divine. Car oui, nous sommes tous des pêcheurs et de moins en moins de personnes se regroupent dans les églises pour prier l’homme rachitique cloué sur sa croix. Afin de faire prendre conscience de ce laisser-aller christique, certains scénaristes ont cru bon de desservir la fin du monde sur grand écran. On peut compter Légion et son armée d’anges, mais aussi sur The Remaining, un petit DTV inconnu au bataillon et qui aurait mieux fait de le rester.

TheRemaining3

Alors qu’un mariage bat son plein, des gens meurent soudainement sans crier gare. Les survivants sont alors pris dans ce qui ressemble à un cataclysme entre orage, foudre, grêle ou encore vents violents. Mais lorsque des créatures nocturnes tuent des survivants, c’est la panique. En se regroupant dans une église, le groupe de jeunes découvre qu’il s’agit du Ravissement, Dieu envoyant ses anges déchus faire le ménage sur Terre.

Quand on décide de faire un film d’horreur à petit budget, il faut tenir un sujet béton et avoir une certaine maestria dans la réalisation. Ce qui et con avec ce film, c’est que si le sujet peut être plaisant, la réalisation ne suit absolument pas. Débutant comme un found-footage, avec un témoin qui filme le mariage de son meilleur pote, dès le départ, Casey La Scala ne sait pas comment jouer sur deux plans différents. Ainsi, on passe des plans de la caméra du copain à d’autres plans qui ne sont en caméra fixe et donnant un point de vue extérieur. Le problème, c’est que rien ne justifie ce choix. D’un côté, on essaye de nous mettre en plein dans la catastrophe et de l’autre, on nous exclut pour raconter l’histoire. L’équilibre n’est pas non plus respecté, la caméra à l’épaule étant utilisée pour les confessions des personnages dans des moments improbables et la caméra fixe essayant de fournir les moments de groupe, ce qui donne un ensemble incohérent et injustifié.

Et c’est plutôt dommage parce que certains moments sont plutôt chouettes et bien foutus. On peut y voir quelques effets spéciaux pas si dégueulasses que ça pour une petite production comme un avion qui s’écrase ou encore des grêlons gros comme des chats tombant du ciel. Et certains passages sont assez étranges et flippants, notamment dans un hôpital la recherche de médicaments où l’utilisation de la lumière est intéressant. Seulement, c’est bien peu de choses face au marasme ambiant qui sévit.

En effet, les personnages sont d’une platitude affligeante. On retrouve tous les clichés des jeunes d’aujourd’hui, plus soucieux de leur apparence ou de leur amour que des autres personnes. Le comble étant lorsque celui qui filme déclare sa flamme à la femme d’un pote alors qu’ils sont en danger de mort. Le moment est mal trouvé, et on tombera encore une fois face aux commérages de jeunes gens plus préoccupés par leur cul que par leur vie. Alors déjà qu’ils sont super lisses et par du tout présentés, on aura du mal à sentir de l’empathie pour eux. D’autre part, le film est très mal dosé sur la narration. Certes, c’est un petit budget, mais il ne se passe pas grand-chose entre deux vengeances angéliques et on aura tendance à s’ennuyer devant cette production qui tente d’être honnête.

Enfin, pas tout à fait. Pas tout à fait parce que le message subliminal du métrage pue littéralement du cul, surtout pour les athées. En fait, le ravissement vient chercher les âmes pures pour les amener au paradis. Pour les autres, ce sera l’enfer sur Terre. Donc, en gros, ce que le film veut signifier, c’est que pour être heureux et vivre paisiblement, il faut être croyant et un fervent catholique. C’est d’ailleurs pour cela que les personnages croyants ont des morts rapides et que d’autres se font sauvagement flinguer. C’est relativement gênant car le film ne laisse aucune réflexion sur la religion, sur sa nécessité et sur son intégrité. Du coup, on n’y croit pas une seconde et on a l’impression de se retrouver devant un pamphlet du pape qui prévient que le jour de l’apocalypse, seuls les non pêcheurs seront sauvés.

the-remaining-movie-review

Au final, The Remaining est une catastrophe sur bien des plans, mais surtout sur sa volonté de faire croire à Dieu et en ses anges. Filmé à l’arrache avec trois francs, le film contient quelques scènes intéressantes, mais qui seront perdues dans un bourbier de scènes affligeantes et de personnages détestables. Un film cataclysmique donc et qui risque d’en énerver plus d’un. Fort heureusement, il n’a pas eu droit à une sortie en salle et il restera bien terré dans les bacs de DVD pas chers.

Note : 05/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=N3pyDaNoY6s[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.