mai 25, 2022

The Rose

11737025_1123391351007606_1767217273_n

De : Mark Rydell

Avec Bette Midler, Alan Bates, Frederic Forrest, Harry Dean Stanton

Année: 1979

Pays: Etats-Unis

Genre: Musical

Résumé:

L’évocation de la vie tourmentée d’une chanteuse de rock à la fin des années soixante.

Avis:

Mark Rydell, c’est un peu une légende du cinéma. Le réalisateur, aujourd’hui âgé de quatre-vingts un ans, a derrière lui une très belle carrière. Personnellement, j’ai toujours plus ou moins aimé les films que j’ai pu voir de lui (« Intersection« , « James Dean« , « La Rivière« ), même s’ils leur manquaient à chaque fois ce petit plus qui font que ces films deviennent incontournables.

J’étais donc assez content de me lancer dans un nouveau film de lui et j’espérais cette fois-ci trouver LE film de Mark Rydell, celui qui allait enfin sortir du lot. Et vous savez quoi ? Je l’ai trouvé ! « The Rose » est tout simplement un film parfait, doté d’une ambiance de dingue et une interprétation absolument possédée de Bette Midler qui trouve là son premier vrai rôle et aussi son meilleur. Très inspiré par Janis Joplin, Mark Rydell m’a transporté pendant plus de deux heures magiques où règne en maître une artiste au bord du gouffre.

11737155_1123391391007602_675730279_n

À la fin des années 70, Rose est une chanteuse Rock qui a tout réussi. Adulée par tous, elle se lance dans une grosse tournée à travers les États-Unis. Mais la chanteuse est à bout de souffle et elle désire avant tout prendre une pause, prendre du temps pour elle, peut-être retrouver l’inspiration. Acculée par son producteur qui se voit mal annuler et donc rembourser une trentaine de concerts, Rose doit continuer et trouver la force de monter encore et encore sur scène. Elle décide alors, avec ou sans l’accord de son producteur, que le concert qu’elle donnera à Miami dans quelques semaines sera son dernier. Une fois revenue dans sa ville natale, elle prendra une année sabbatique. Entre-temps, Rose continue à s’amuser en dehors de la scène et fait la rencontre un soir, d’un jeune homme dont elle tombe folle amoureuse.

Il en aura mis du temps Mark Rydell avant de pouvoir réaliser « The Rose« . Début des années 70, le réalisateur veut s’occuper du projet et impose Bette Midler dans le rôle principal. L’actrice est refusée et le réalisateur abandonne le projet, qui sera proposé tour à tour a Michael Cimino, Ken Russell et Norman Jewison avant que finalement le projet lui revienne et qu’il puisse enfin faire le film qu’il a toujours eu en tête, et quand on voit le résultat, on peut dire qu’il a eu raison, car « The Rose » est un petit chef d’œuvre, où l’on en prend plein les oreilles, plein les yeux et où l’émotion est à son comble.

« The Rose » s’inspire très librement de la vie de Janis Joplin, mais à aucun moment, le film de Mark Rydell peut se laisser dire que c’est un biopic, le nom n’est pas le même et la vie de ce personnage, même s’il y ressemble, n’a pas vraiment d’événements communs avec Joplin. En prenant comme modèle l’une des rockeuses les plus emblématiques et connues au monde, le réalisateur veut avant tout dresser un portrait à la fois tendre et sincère d’une femme en proie à ses propres démons, au star-system.

J’ai trouvé « The Rose » passionnant et bouleversant de bout en bout. Je savais pourtant où je mettais les pieds et pourtant, Mark Rydell a su me surprendre et me toucher par le destin de cette femme, par ce contraste entre sa prison et sa liberté absolue. L’écriture de ce film est géniale, car le réalisateur n’hésite pas à nous montrer cette star dans tout ce qu’elle est, avec ses qualités, ses défauts, ses craintes, ses démons, ses envies et ses espoirs. Le portait est magnifique, très intéressant, on sent vraiment que le personnage est traité en profondeur et le réalisateur nous entraîne loin et au plus près de son personnage dans ce qui va être une longue descente aux enfers, pour cette femme qui sera victime de l’american dream.

« The Rose » est aussi fabuleux dans sa mise en scène totalement démente, intense, mélange d’intime et de démesure qui s’entrechoquent. Le réalisateur oscille avec brio entre les scènes de spectacle qui sont démesurées où le génie de Rydell fait qu’on a l’impression d’assister à de véritables images d’archives. C’est impressionnant de maîtrise, Mark Rydell m’a totalement scotché et fasciné à la fois devant son film. Et en même temps, « The Rose » contient des scènes plus intimes, qui nous immergent dans le quotidien de Rose. Dans ces moments de joies, de peine ou de doutes. C’est avec beaucoup de virtuosité que Mark Rydell passe de l’un à l’autre et c’est bluffant, ça donne un relief incroyable à son film.

Bien entendu, la musique tient une place importante dans le film et le réalisateur a beaucoup travaillé sur l’ambiance musicale. C’est Bette Midler elle-même qui a enregistré les chansons qu’elle chante sur scène, ce qui accentue encore un peu plus l’effet d’immersion et la crédibilité dans le film. La BO est complètement démente, le style musical se rapproche de Janis Joplin et c’est un pur plaisir à écouter.

Puis enfin, le réalisateur l’a voulu, il l’a imposé et il a totalement eu raison, car Bette Milder est totalement démente dans la peau de cette rockeuse. Belle, radieuse, passionnée, dotée d’un look génial, l’actrice est incroyable et assure carrément sur scène. La comparaison avec Janis Joplin est évidente, elle est même stupéfiante dans les intonations ou l’énergie qu’elle dégage sur scène. L’actrice saura aussi nous toucher dans son intimité, passant du tout au tout, oubliant la bête de scène pour n’être que Rose avec ses faiblesses. En y pensant, l’actrice est si imprégnée de son rôle qu’elle en éclipse tout le monde et pourtant les autres acteurs sont bons et le film jouit d’un bon casting.

11739466_1123391471007594_2020962418_n

« The Rose » est un film absolument magique. Incroyable, intime et intense, désenchanté, une ambiance démente, une mise en scène somptueuse assurant le show aussi bien que les moments plus discrets. La BO est magnifique et enfin le film est totalement emporté par son actrice qui est simplement Rose dans toute sa splendeur. Bref, Mark Rydell m’a passionné et j’ai fini en larmes devant. Le film est parfait. « The Rose » est un film qu’il faut sortir de son oubli.

Note : 20/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Eq25dUr8M6E[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.