décembre 2, 2021

Les Dents de la Mer 3D – Ça Saute aux Yeux

18943968.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Jaws 3-D

De : Joe Alves

Avec : Dennis Quaid, Bess Armstrong, Louis Gossett Jr, Simon MacCorkindale

Année : 1983

Pays : Etats-Unis

Genre : Suspense, horreur

Scénario: Carl Gottlieb, Michael Kane, Ricgard Matheson, Guerdon Trueblood

Résumé :

Michael Brody travaille dans un parc aquatique en Floride. Les deux attaques de requin d’Amity semblent bien loin jusqu’au jour où une équipe récupère un bébé requin dans l’enceinte du parc. Malgré les efforts des scientifiques, celui-ci meurt quelques jours plus tard. L’incident semble clos mais il semblerait que la mère du petit squale se trouve également dans le complexe…

Avis :

S’il y a bien un film sous-estimé, c’est bien les dents de la mer 3-D. En effet, beaucoup ne voient en ce film qu’un nanar aux effets spéciaux franchement ringards. Ce qui, en fonction des plans, n’est pas vraiment faux. Il faut bien avouer cependant que certains éléments ont contribué à donner à ce film la réputation de nanar, notamment le fait que le requin nage en reculant pour sortir d’un tunnel (chose tout à fait impossible pour un requin) ou encore que celui-ci grogne (non, un requin ça ne grogne pas !!!!). Pourtant, ce film est bourré de qualités si l’on accepte de prendre du recul par rapport à certains effets numériques vieillots.

18943970.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les critiques que l’on entend le plus souvent par rapport à la saga des dents de la mer sont celles à propos de l’animation du requin (« ouais, les dents de la mer c’est bien, mais le requin, on voit trop que c’est un faux »). On se trouve pourtant ici avec le meilleur requin robotique de l’histoire du cinéma. Un requin n’est visiblement pas un animal facile à reproduire car aucun film n’a encore réussi, que ce soit en maquette ou en effets numériques, à recréer un requin absolument crédible, mais Bruce III est l’un des grands blancs les plus réussis, même ses dents se projettent vers l’avant comme un vrai squale.

En ce qui concerne les effets spéciaux vieillots, voire parfois complétement ratés, il faut savoir que le responsable des effets spéciaux fut, pour d’obscures raisons, poussé vers la sortie alors que son travail n’était pas terminé. Une société d’optique termina et gâcha le travail car le film regorge de plans non finalisés qui seront pourtant intégrés au film lors du montage (le requin brisant la vitre, le sous-marin qui vire de bord en gros plan, …). De plus, l’utilisation de fonds verts rend certains plans vraiment moches et donne l’impression d’une eau verte par moment.

Ce que beaucoup de gens oublient également, c’est que le film a été tourné en 3D native et pour apprécier pleinement cette expérience, il convient de le visionner dans sa version en 3 dimensions.

Dès les premières images, le choc visuel est déjà présent avec une tête de poisson arrachée par un coup de mâchoire et qui sort de plusieurs dizaines de cm de l’écran. Ce genre d’effets sera récurent dans le film ; on ne compte plus les innombrables jaillissements que nous offre le film (perche, poissons, squelette, seringue, drapeau, murène, statue, bras, mâchoires, submersible, …) et après tout, on demande quoi d’autre à un film en 3D que de nous faire sauter des trucs à la tronche ? D’autant plus que la réussite de la majorité de ces effets est dû à un cadrage quasi parfait de ces séquences car presqu’aucun jaillissement n’est tronqué à cause des « windows conflicts ». Sans parler de la profondeur de champ hallucinante et du détachement franchement bluffant (notamment lors des plans avec de la foule).

18943971.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final ce 3ème opus est sûrement la suite la plus réussie de la saga, entre un Jaws 2 qui n’est qu’un simple copier-coller de l’original et un Jaws 4 qui vire plus au n’importe quoi qu’autre chose (sérieusement, c’est quoi cette histoire de requin qui suit une famille jusqu’à l’autre bout de la terre ?), Jaws 3-D a le mérite de proposer un cadre différent, des acteurs différents et ose même ne pas incorporer à sa bande originale le célèbre thème initié par John Williams. Et n’oubliez pas qu’un film pensé en 3D se doit d’être regardé en 3D si l’on veut en saisir toute l’essence. Le bémol c’est que cette version en relief est quasi introuvable car le blu-ray 3D n’existe toujours pas (d’autres films ont pourtant eu le privilège d’une ressortie en 3D comme le Magicien d’Oz, La créature du Lac Noir ou encore Le crime était presque parfait). Le seul moyen de le visionner est de se procurer le DVD Sensio qui comporte une version 3D du film. On est loin de la qualité que peut offrir un blu-ray, mais l’expérience vaut vraiment le coup, bien que se procurer ce film dans sa version relief relève par contre du chemin de croix. Visionner le film en 2D n’est vraiment pas rendre hommage aux dizaines de plans pensés uniquement en 3 dimensions pour proposer un film qui utilise ce procédé à la perfection.

Si vous désirez en apprendre plus sur ce film, je vous conseille ce site archi-complet : http://www.jaws-3d.com/blog/

Note: 14/20

3D: 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=3KFXEvwiukk[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.