janvier 27, 2023

Youssoupha – NGRTD

mouih

Avis :

Le rap français est un milieu qui est à la fois très hétéroclite et assez homogène. En effet, dans sa globalité, on associe le rap aux banlieues et il faut dire que dans les trois quarts du temps, les rappeurs viennent des cités. Mais bizarrement, il y a un amalgame entre banlieusards et voyous. Et quand on regarde les parcours de nombreux rappeurs, on se rend compte que ce sont d’excellents élèves et que ce sont des amoureux de la langue de Molière. D’ailleurs, le rap est un bon moyen de jouer avec les mots et c’est une sorte de défouloir artistique permettant de justement sortir des maux. Entre la bonhommie de Soprano et le discours hardcore de Booba, on trouve Youssoupha, qui est loin d’être un crétin. D’origine Congolaise, il arrive en France à l’âge de ses 10 ans. Il étudie sur Paris et obtient son Bac en ayant la meilleure note de l’académie de Versailles en français. Il fait des études de médiation culturelle et communication jusqu’à la maîtrise puis se lance dans le rap à l’aube des années 2000. Il crée d’abord un groupe qui s’appellera Les Frères Lumière puis démarrera une carrière solo en 2007. Le succès est immédiatement au rendez-vous, propulsant Youssoupha comme l’un des piliers du rap français. NGRTD est son quatrième album et il prouve par bien des aspects qu’il est un homme de talents.

Le skeud commence avec le titre Où est l’Amour ? et c’est une excellente entame. Le morceau débute avec un piano, des chœurs féminins et une batterie qui scande un joli rythme. On sent un profond respect pour les vrais instruments et une recherche presque jazz pour l’instru. On y verra aussi des insertions de violons et de claviers du plus bel effet. Au niveau des paroles, on est dans un discours global qui vise l’apaisement tout en faisant état de conditions de vie difficiles dans la rue et les banlieues. Et c’est un peu le principal regret que l’on pourrait avoir sur l’ensemble du skeud. En effet, NGRTD signifie Négritude et le mot peut sembler gênant. Mélange des termes nègre et attitude, on a dû mal identifier la symbolique de ce néologisme. Et certains titres jouent sur cette dichotomie, sur cette limite entre quelque chose de positif ou d’outrancier. La preuve en est faite avec Mansschaft, un morceau assez électro au flow percutant mais qui possède des paroles faisant l’apologie de la culture noire. Alors certes, c’est une culture complète, intéressante, nécessaire, mais ne faut-il pas plutôt parler de clivage entre cultures. Alors c’est assez marrant et on voit que le chanteur joue sur cette ambivalence lorsqu’il évoque dans le morceau Négritude qu’il rêve de paix et de plénitude et qu’il veut que tout le monde vive ensemble. Après, sans parler des paroles, certains morceaux peinent à convaincre dans leurs rythmes comme Black Out ou Salaam, qui sont un peu trop communs.

ve

Mais dans son ensemble, l’album tient parfaitement la route et montre les qualités artistiques de Youssoupha. Outre le premier morceau qui est très fort, on pourra recenser un nombre confortable de titres intéressants. Ainsi, Points Communs, même s’il demeure classique sur sa forme, possède un fond vraiment positif et demande justement une symbiose entre personnes de couleurs différentes. On retrouve aussi beaucoup d’introspection, le chanteur parlant de sa vie personnelle, comme la mort de sa mère dans le titre Maman m’a Dit, un très beau morceau avec une instru assez triste, qui change vraiment de ce que l’on a l’habitude d’entendre dans le rap français. Le rappeur fait aussi des textes pour rapprocher les gens, en atteste Entourage, un titre plaisant avec une belle recherche dans l’instru et un texte très intelligent. On peut aussi parler de moments plus légers dans le skeud, comme Memento, l’un des meilleurs titres de l’album, qui critique un peu la société de consommation, cet aspect fast-food où l’on consomme à tout va sans profiter. Le titre se taille un duo de choix avec les Casseurs Flowteurs qui font un couplet hilarant. D’ailleurs, d’autres featuring sont à prévoir mais ils ne sont pas tous au niveau de Memento, comme Love Musik avec Ayo qui est plutôt catastrophique ou encore Smile qui reste anecdotique.

Au final, NGRTD, le quatrième album de Youssoupha, est un très bon album de rap. Entre le rap hardcore et le rap plutôt positif, le chanteur arrive à placer quelque chose de qualité qui ne peut pas laisser indifférent, autant dans les textes que dans les choix d’instrumentalisation. Un album varié, long, intelligent et qui prouve par bien des égards que le rap français ne se destine pas seulement aux jeunes délinquants mais à tout le monde et à ceux qui prennent la peine d’essayer d’écouter. Une vraie surprise.

  1. Où est l’Amour ?
  2. Salaam
  3. Points Communs
  4. Maman m’a Dit
  5. Memento
  6. Love Musik
  7. A Cause de Moi
  8. Chanson Française
  9. Entourage
  10. Le Score
  11. Niquer ma Vie
  12. Mannschaft
  13. Black Out
  14. Smile
  15. Négritude
  16. Mourir Mille Fois

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Ahmyt4cmCcU[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.