mai 29, 2024

Every Thing Will Be Fine

11146021_1076640885682653_1286523882_n

De : Wim Wenders

Avec James Franco, Charlotte Gainsbourg, Marie-Josée Croze, Rachel McAdams

Année : 2015

Pays : Allemagne, Canada, France, Norvège, Suède

Genre : Drame

Résumé :

Après une dispute avec sa compagne, Tomas, un jeune écrivain en mal d’inspiration, conduit sa voiture sans but sur une route enneigée. En raison de l’épaisse couche de neige et du manque de visibilité, Tomas percute mortellement un jeune garçon qui traversait la route. Après plusieurs années, et alors que ses relations volent en éclats et que tout semble perdu, Tomas trouve un chemin inattendu vers la rédemption : sa tragédie se transforme en succès littéraire. Mais au moment où il pensait avoir passé ce terrible événement, Tomas apprend à ses dépens que certaines personnes n’en ont pas finis avec lui…

Avis :

Wim Wenders, c’est l’un des réalisateurs allemands les plus prolifiques. C’est une légende vivante et 2015 marque son grand retour derrière la caméra pour nous raconter une « histoire ». Car si le réalisateur n’a jamais raccroché, sa dernière fiction remonte à octobre 2005 avec « Don’t Come Knocking« , et entre-temps, Wenders n’aura fait que du documentaire. C’est donc un petit événement qui s’apprête à se dérouler dans nos salles.

Sélectionné et reparti bredouille de la dernière Berlinale, « Every Thing Will Be Fine » est le second film de Wim Wenders en six mois de temps. Après son superbe documentaire, « Le Sel de la terre« , le réalisateur allemand revient avec ce drame. Accompagné par un magnifique casting, Wim Wenders nous plonge dans la culpabilité d’un homme après un accident terriblement dramatique. Un drame touchant, quoiqu’un peu longuet tout de même.

11159249_1076641149015960_1965362336_o

Tomas est un écrivain dont l’inspiration a l’air de lui avoir échappé ce jour-là. Au volant de sa Jeep, il roule sans vraiment avoir de but. L’hiver bat son plein, il neige et la visibilité n’est pas très bonne, et c’est là, en cette fin d’après-midi, que Tomas va alors percuter mortellement Nicolas, un petit garçon qui faisait de la luge. Pour Tomas, c’est le drame de sa vie et sa culpabilité le ronge. Son existence va alors voler en éclats et il va lui falloir bien des années pour arriver à surmonter tout cela et pouvoir passer à autre chose. Ce drame va faire partie de lui, il ne pourra jamais l’oublier. Mais arrive-t-on vraiment à se remettre d’un tel accident ? Le pardon peut-il être appliqué par les proches du petit garçon et envers lui-même aussi ?

Le temps attenu les cicatrices, les douleurs, on arrive à vivre avec et en fin de compte la vie finit par reprendre son cours, c’est tristement vrai et c’est ce qui va être le fil conducteur du nouveau film de Wim Wenders. Ici pendant près de deux heures, le réalisateur va nous plonger dans un drame injuste de par sa fatalité.

Bien souvent, les films qui ont osé aborder la perte d’un jeune enfant qui s’est fait renverser par une voiture sont donnés du point de vue des proches de la victime, les parents, les frères et sœurs et les amis. Avec « Every Thing Will Be Fine« , Wim Wenders nous offre un autre point de vue, celui de l’homme qui a commis ce dramatique et malheureux accident, ce qui, je trouve, donne une touche d’originalité.

Même si le film garde un œil assez omniscient, nous exposant aussi les ressentis de la mère et du frère de la victime, il faut dire que l’on reste en grande partie avec le personnage de Tomas. Je dois dire que cet axe neuf m’a beaucoup plu, c’était intéressant à montrer et ça change de ce que l’on a l’habitude de voir. J’ai trouvé le scénario plutôt ambitieux et surtout surprenant, puisque je ne m’attendais pas du tout à ce qui allait suivre. Alors que le réalisateur aurait très bien pu se contenter de nous servir une histoire sur le deuil et la culpabilité, se déroulant sur quelques jours, il va préférer traiter son sujet de manière plus détaillée et étalant son intrigue sur plus d’une dizaine d’années, ce qui peut donner au film des allures imprévisibles. Que peut-il se passer pendant toutes ces années ? Quelqu’un peut-il lui en vouloir encore ? Comment va finir cette tranche de vie ? J’ai trouvé ça plutôt pas mal et dans un sens, ça m’a maintenu intrigué jusqu’à la fin. Puis il faut dire que Wim Wenders sait filmer et il en fait encore une magnifique preuve. La scène de l’accident est tout bonnement incroyable, d’une tension absolue qui m’a scotché sur place. J’ai adoré les paysages qu’a filmés Wenders. J’ai adoré les couleurs, les contours, les cadres, c’était sublime et rien que pour cela, « Every Thing Will Be Fine » vaut carrément son coup d’œil.

Par contre, si l’idée de prolonger le film sur autant d’année est bonne sur le papier, je dois dire qu’en image, je suis plus mitigé. L’histoire, parfois, aborde des détails pas forcément nécessaires, qui ne font pas avancer l’intrigue, bien au contraire, avec ces détails, avec ce montage approximatif, j’ai trouvé que le film enchaînait sur pas mal de longueurs. Plusieurs fois j’ai décroché l’espace de quelques minutes. Rien de bien méchant, mais comme ça a tendance à se répéter, c’est dommage. J’ai aussi trouvé que le film faisait trop la part belle à son acteur principal. Même si j’ai apprécié suivre son parcours, sa reconstruction, j’aurai aimé être un peu plus avec les différentes femmes qui interviennent tout le long du film. J’ai trouvé leurs personnages jolis, mais sous-exploités, ce qui est étonnant, car il y avait de quoi faire pourtant.

Cela faisait un sacré bout de temps que je n’avais pas James Franco dans un beau rôle et dans un bon film. L’acteur est tout en retenue et vraiment touchant. Il a une belle facilité à faire passer ses émotions, ses ressentis, sa tristesse, son renfermement sur lui-même, sa déchéance, quand il touche le fond. Je suis ravi de retrouver le Franco que j’aime, bien loin de « L’interview qui tue« . Même si elles sont sous-exploitées, ce film c’est aussi trois actrices qui se succèdent, Charlotte Gainsbourg, Marie-Josée Croze et Rachel McAdams et elles sont toutes touchantes à leur manière. Puis on notera le magnétisme de Robert Naylor, un personnage plus que troublant.

11163685_1076641039015971_1404271248_o

C’est donc un petit retour que s’offre Wim Wenders. « Every Things Will Be Fine » est loin d’être son meilleur, mais il pose une belle réflexion sur le deuil et sur les remises en question de la vie, sur le pardon et malgré les différentes longueurs et le manque de subtilité pour passer d’une époque à l’autre, j’ai quand même apprécié ce nouveau cru et je suis déjà curieux de voir quel sera le prochain film de Wenders.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Fl62PplyZis[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.