juin 24, 2024

’71

10808241_981493051864104_1008274471_n

De : Yann Demange

Avec Jack O’Connell, Paul Anderson, Richard Dormer, Sean Harris

Année : 2014

Pays : Angleterre

Genre : Drame, Guerre

Résumé :

Belfast, 1971.
Tandis que le conflit dégénère en guerre civile, Gary, jeune recrue anglaise, est envoyé sur le front.
La ville est dans une situation confuse, divisée entre protestants et catholiques.
Lors d’une patrouille dans un quartier en résistance, son unité est prise en embuscade. Gary se retrouve seul, pris au piège en territoire ennemi.
Il va devoir se battre jusqu’au bout pour essayer de revenir sain et sauf à sa base.

Avis :

« ’71 » est le premier film de Yann Demange, un réalisateur anglais, d’origine française. Je dois dire qu’avec sa bande-annonce musclée, son intrigue qui m’a conquis d’avance et son casting tout ce qu’il y a de plus britannique, « ’71 » était d’emblée le film qui me faisait le plus rêver de ce mois de novembre 2014. Et je peux dire que mon rêve fut à la hauteur de mes espérances, puisque Yann Demange vient de m’offrir la bombe du mois ! « ’71 » est une pure réussite, c’est un film dur, violent, réaliste, un film épuisant, qui navigue entre le thriller psychologique, le film historique et le survival où chaque décision compte, trois genres très distincts pourtant et que le réalisateur mélange parfaitement, pour nous raconter avec le plus de suspens possible cette journée, qui est à coup sûr, la plus terrible et affreuse que son personnage principal ne vivra jamais.

064217.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Belfast, 1971. Gary Hook est une toute jeune recrue de l’armée britannique. Alors qu’il est encore à l’école militaire, la tension monte à Belfast. Ils devront être là en tant que protection de la police et contrôler les mouvements de foule. Le jeune homme ainsi que son régiment, sont alors envoyés sur place en renfort. Mais ce qui devait n’être qu’une mission de maintien de l’ordre, va dramatiquement devenir pour Gary, une mission de survie. Dans la panique et le cafouillage, Gary est oublié sur place par ses supérieurs et se retrouve seul dans une ville au bord du chaos. Gary va alors devenir l’homme que l’IRA veut à tout prix abattre et il va devoir survivre, le temps qu’on s’aperçoive de son manquement à l’appel et qu’on le retrouve.

Yann Demange, un nom inconnu pour la plupart. Mais il se trouve que le jeune réalisateur n’en est pas à son coup d’essai, puisque même si « ’71 » est bien son premier long-métrage, le réalisateur a d’abord fait ses armes sur les excellentes séries que sont « Top boy« , « Journal intime d’une call-girl » ou encore « Dead Set » (que je n’ai malheureusement pas encore vu, alors qu’elle me tente au plus haut point).

Une tension à couper le souffle, un réalisme parfait, une mise en scène nerveuse, implacable et tendue, rarement le conflit en Irlande n’aura été aussi tendu dans les salles obscures. Bons nombres de films ont parlé de ce conflit qui secoua l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne des années soixante, jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix. De « Hunger » de Steve McQueen, à « Ennemis rapprochés » d’Alan J. Pakula en passant par l’excellent « Bloody Sunday » de Paul Greengrass et le révoltant « Au nom du père » de Jim Sheridan, les cinéastes du monde entier ont été intéressés par ces événements et leurs conséquences.

Le conflit qui secoua l’Irlande du Nord est un sujet difficile, épineux, et pour un premier film, on peut reconnaitre une certaine ambition de la part de Yann Demange. Mais si dur et casse-gueule soit le sujet, Yann Demange réussit parfaitement son passage au long-métrage, d’ailleurs, je reste bluffé devant la qualité de ce film, que je ne voyais pas aussi bon ! Je peux le dire, le réalisateur m’a mis une sacrée claque, aussi bien dans sa tension que dans son histoire ou sa réalisation.

« ’71 » est un film solide, au scénario puissant et à l’immersion totale. Je suis resté scotché à mon fauteuil jusqu’à la fin. Le réalisateur nous plonge dans un suspens permanent qui a tendance à nous mettre mal à l’aise, tant le film est sous tension et l’histoire peut déraper n’importe quand. Le film est d’ailleurs parcouru de scènes chocs qui savent vous surprendre au moment propice et nous laisser déboussolé quelques instants, histoire de digérer les événements. Si le film de Yann Demange est radical et haletant dans sa forme visuelle, je suis resté très surpris aussi par le côté psychologie que le film aborde. Car l’épreuve que va subir ce jeune soldat sera aussi physique, que mentalement très dur à suivre. J’ai adoré suivre le regard de ce jeune homme et les désillusions qu’il va avoir sur son métier, sur son pays, sur son devoir et sur lui-même aussi. Sur ce qu’il croyait être et qui il est. Yann Demange pose un regard et une réflexion juste sur l’horreur du conflit, et la bêtise de l’homme et il fait passer le tout par les yeux d’un Jack O’Connell qui est décidément l’un des plus beaux espoirs du cinéma anglais.

D’ailleurs en parlant de l’acteur, inutile de vous dire qu’il est absolument épatant dans le rôle de ce jeune soldat, apeuré et livré à lui-même. 2014 restera comme l’année de sa découverte, car s’il avait déjà une belle carrière, entre ce film et le très réussi « Les poings contre les murs » sorti en juin dernier, il nous a prouvé qu’il était capable de tenir un film sur ses épaules, et de nous bluffer par ses interprétations tout en rage et émotion. Je suis plus qu’impatient de le découvrir devant la caméra d’Angelina Jolie pour « Invincible » qui s’annonce déjà comme le premier choc de 2015. Mais « ’71 » ce n’est pas que Jack O’Connell, car le film réunit un beau casting de gueules britanniques diablement convaincantes. Ainsi, on pourra trouver Sean Harris (« Prometheus« ) dans un rôle très trouble, Richard Dormer (« Game Of Thrones« ), dans un rôle touchant, Sam Reid (« Hatfields & McCoys« ) dans un petit rôle ou Martin McCann (« Killing Bono« ) que je prends de plus en plus de plaisir à découvrir, je le trouve très intriguant.

230076.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« ’71 » m’a vraiment passionné de bout en bout. C’est un film qui m’a fait vibrer, qui m’a fait frémir d’angoisse pour son personnage. C’est un film qui confirme tout le bien que l’on pensait déjà de son comédien principal. Et enfin, je pense sincèrement, que c’est le premier film d’un grand réalisateur. Yann Demange, un nom à retenir, car je crois qu’on n’a pas fini d’entendre parler du cinéaste.

Bref, ma claque du mois de novembre….

Note : 20/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kIYDNyEkJP4[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.