novembre 30, 2021

Toy Story

toy-story-a01

De : John Lasseter

Avec les voix originales de : Tom Hanks, Tim Allen, Don Rickles

Année : 1995

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Scénario: John Lasseter, Andrew Stanton, Peter Docter, Joe Ranft

Résumé :

Andy est un petit garçon qui adore jouer, comme tous les garçons de son âge. Ce qu’il ne sait pas, c’est que dès qu’il sort de sa chambre, tous ses jouets s’animent. Parmi eux, Woody, qui est son jouet favori depuis des années et que rien ne semble détrôner. Lors de son anniversaire, Andy reçoit un « Buzz L’éclair », jouet futuriste, rendant Woody obsolète, le confinant au bac à jouets. Situation insupportable pour le cow-boy, il va tout faire pour se débarrasser du cosmonaute, à quelques jours du déménagement d’Andy et sa famille…

Avis :

Agé de 10 ans lors de sa sortie au cinéma en 1995, je me souviens encore de la claque que j’ai reçu lorsque j’ai vu ce long métrage, collaboration magistrale entre les compétences techniques de Pixar et l’art de raconter des histoires de Disney. Ce film fut une révolution en ce qui concerne le domaine du film d’animation. Jamais auparavant nous n’avions vu de personnages animés de cette manière, avec une telle profondeur de champs. Il est clair que 17 ans plus tard, ce procédé est somme toute assez banal, mais à l’époque, nous étions estomaqués.

image-toy-story1-2_hfd

Révolutionnaire à plus d’un titre, ne fut-ce que par son animation. Les courts métrages Pixar (Luxo Jr, Tin Toy, …) nous avaient quelques peu préparé à cette modernisation, mais nous étions à cent lieues d’imaginer cela. L’histoire également tire son épingle du jeu, sorte de buddy movie, (procédé inédit jusqu’alors dans les dessins animés) où les deux héros, que manifestement tout oppose, doivent unir leur force pour retrouver leur foyer, nous offre des situations burlesques aux dialogues savoureux, ainsi qu’un humour ravageur destiné aussi bien aux enfants qu’aux parents. Une révolution qui s’est également effectuée dans le domaine des jeux vidéo : de nombreux développeurs ont voulu apprendre à recréer ce type d’animation.

Ce qui fait la force de ce film, c’est que tous les enfants peuvent s’identifier à Andy. Notamment dû au fait que le film utilise des jouets qui existaient déjà avant (Rex, Bayonne, Zig-Zag,…). Le lieu est également un lieu très familier, une chambre d’enfant, le jardin, … Sid est effrayant, surtout lors de ses « opérations » style Re-animator.

Véritable bol d’air frais pour Disney qui ne semblait capable de nous raconter que des histoires de princesses ou d’animaux qui parlent, l’histoire ici est réellement originale (des jouets vivants, merde quoi, quel gamin n’a pas rêvé de ça ?). Le film a la bonne idée de ne pas nous assommer avec les sempiternelles chansons que Disney à l’habitude de nous asséner dans tous ses métrages. Au contraire, les quelques chansons du film sont entrainantes, au même titre que les musiques Signées Randy Newman (Cars, Monstres & Cie, …) et Don Davis (Matrix, Jurassic Park III,…)

L’univers de Toy Story est également ultra référentiel. En effet, la saga n’est nullement avare en clin d’œil. Le ballon jaune avec l’étoile rouge avec lequel jouent les enfants est le même que celui du premier court métrage de Pixar, Luxo Jr (la lampe qui est devenue le symbole de la marque, même lampe qui fait tomber Buzz par la fenêtre), la liste est longue, je vous laisse le plaisir de les retrouver si ce n’est déjà fait. On remarque également l’apparition d’objets récurrents dans les films Pixar. Je pense notamment « Dinoco » ou encore « Pizza Planet » (mis à part dans Rebelle, évidemment)

Toy-Story-le-film-aurait-pu-s-appeler_portrait_w532

Aussi innovant qu’amusant, Toy Story a donné le coup d’envoi à toute une série de collaborations Pixar/Disney (1001 pattes, Toy story 2, Monstres & Cie, Le monde de Nemo, Les indestructibles …) à tel point que, 11 ans plus tard, les studios Disney rachètent carrément Pixar. Depuis, d’autres studios (Dreamworks SKG, Blue Sky studio, …) nous ont offert une pléthore de métrages utilisant les mêmes techniques (Shrek, L’âge de glace, Madagascar …)

En résumé, un film d’animation magnifiquement réalisé, des cadrages encore jamais vu jusqu’alors, des personnages attachants, un humour qui fait mouche à tous les coups, une excellente histoire. 17 ans après, le film n’a rien perdu de son charme, en témoigne sa ressortie en 3D qui a été un franc succès. Ses deux suites furent également une réussite, nous y reviendrons ultérieurement.

Vers l’Infini et au-delà !

Note : 19/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YzuUSdxoGUU[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.