juin 23, 2021

Ashley Monroe – Like a Rose

ashley-monroe-like-a-rose-532x532

Avis :

Imaginez-vous quelques minutes dans l’état du Texas. Bien entendu, au Texas aux Etats-Unis, pas dans le mauvais restaurant de votre bouge affreux où l’on vous sert des tacos dégueulasse avec une sauce salsa surgelée ! Vous êtes en train de boire une petite mousse, et un petit groupe local se pose sur scène. A sa tête, une jolie petite blondinette qui commence à entonner des chants harmonieux. L’alcool vous monte à la tête. Vous dodelinez, puis le sommeil finit par l’emporter. Et vous vous réveillez devant votre ordinateur, en train de vous demander ce que vous venez d’écouter. Bon évidemment, si vous faites ça en voiture, le choc risque d’être un peu plus brutal, pour ne pas dire mortel, mais c’est un peu la sensation que j’ai eu en écoutant cet album. Alors vous vous dites que comme introduction, il y a mieux. Mais en cherchant sur internet, il n’y a rien en français et quand on regarde aux States, il y a effectivement quelques petites choses. Alors Ashley Monroe est âgée de 27 ans et Like a Rose est son deuxième album studio qui connait un joli succès auprès des critiques. Mais de notre côté, qu’en est-il ? La country n’est-elle pas trop une musique pro américaine pour nous ? Etes-vous prêts pour la première critique francophone de cet album sorti le 5 mars ?

C’est vrai que pour nous, enfin, plutôt pour moi, soyons honnête, la country se résume à Cotton Eye Joe et sa danse endiablée où l’on change de partenaire en tournant en rond. Heureusement que j’ai dit danse, parce que sinon, le sens serait tout autre. Avec ce skeud, on est dans un registre plus calme. En effet, la belle préfère les ballades aux chansons énergiques et elle le montre de suite avec Like a Rose, ou encore Used, qui pour le coup fait beaucoup moins country que tout le reste de l’album. Mais avec des chansons comme You Got Me ou The Morning After, on voit que les morceaux sont calmes avec une grosse préférence pour les instruments à cordes, comme le violon ou encore la guitare sèche. Mias Ashley Monroe ne laisse pas non plus tomber la bonne vieille country comme on connait et sort parfois de la mélancolie pour fournir deux/trois morceaux un peu plus énergiques, comme l’excellente chanson Weed Instead of Roses ou encore le duo avec Blake Shelton sur You Ain’t Dolly (And You Ain’t Potter), qui renoue avec les vieux classiques du genre. On retrouvera aussi cette ambiance typiquement country avec Monroe Suede, qui rappellera bien évidemment les champs de maïs, les vieux road trip et les vaches laitières broutant lascivement. Au niveau instrumental, ça reste très classique, avec du violon, du piano, de la guitare sèche et parfois électrique et des sonorités très aigues et assez claires, bien loin du rock sudiste. Seulement, l’album a les défauts de ses qualités. Si tout cela fleure bon les Etats-Unis paysannes et les champs d’OGM et Walker Texas Ranger, on reste sur notre faim car l’album ne comporte que neuf pièces pour une durée d’un peu plus de trente minutes. C’est très peu et cela ne vaut pas vraiment de payer un skeud, même bien produit, pour une telle durée. D’autre part, il faut aussi apprécier ce genre de musique, à la fois douce et claire mais si loin de notre culture voire presque folklorique.

ashley-monroe-2013

Bien évidemment, ce que l’on va retenir le plus, c’est le joli timbre de voix de la belle. Loin des standards braillards de la pop internationale (Katy Perry, Pink et consorts), Ashley Monroe va poser sa voix tout doucement et on ressent avec l’album une certaine montée et une belle prise de pouvoir. Si Like a Rose démarre doucement, tout comme Used, on voit bien avec Weed Instead of Roses que la chanteuse peut pousser sans pour autant crier et impose une jolie rythmique à l’ensemble. Mais là où elle excelle, c’est dans les ballades, et ça tombe bien puisque l’album en est remplit. Le morceau le plus beau est The Morning After où la clarté de sa voix éclate vraiment, avec une contrebasse efficace. Bref, on se retrouve devant quelque chose d’agréable et de doux qui colle parfaitement avec l’image de la jaquette et qui reste à la fois beau et mélancolique.

Au final, Like a Rose, le deuxième album de Ashley Monroe reste assez agréable malgré sa faible longueur et sa redondance sur les ballades. Deux morceaux un peu énergiques ne suffisent pas à mon sens, même sur un album qui mise sur la mélancolie et la douceur. Bref, un album qui ravira les fans de musique country typique des USA mais qui ne fera pas danser. Personnellement, un peu ça va, mais à la longue, j’ai eu peur de voir Chuck Norris débarquer chez moi pour m’offrir une danse…

  1. Like a Rose
  2. Two Weeks Late
  3. Used
  4. Weed Instead of Roses
  5. You Got Me
  6. The Morning After
  7. Monroe Suede
  8. She’s Driving Me Out of Your Mind
  9. You Ain’t Dolly (And You Ain’t Potter)

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.