novembre 30, 2021

The Last Hitman 24h en Enfer

10805180_976463559033720_18588552_n

Titre Original : The Liability

De : Craig Viveiros

Avec Tim Roth, Peter Mullan, Jack O’Connell, Talulah Riley

Année: 2014

Pays: Angleterre

Genre: Thriller

Résumé:

Un jeune homme de 19 ans se retrouve embarqué malgré lui dans de sombres affaires et doit faire face à un redoutable tueur à gages, Roy.

Avis :

Ah les Britanniques, décidément leur cinéma est vraiment bourré de ressources et de petites merveilles. Alors qu’il aurait dû avoir sa chance dans les salles obscures, voici que débarque chez nous en toute discrétion « The Liability » en DVD et Blu-ray. Je parle de discrétion, car avant de tomber dessus par hasard, je pensais que le film allait sortir prochainement dans les salles. Ayant découvert Jack O’Connell cette année dans l’excellent « Les poings contre les murs« , j’avais voulu savoir ce que le jeune acteur avait fait d’autre et j’avais regardé la bande-annonce déjantée de ce dernier et j’attendais sa sortie en salle prochainement. Mais malheureusement, les distributeurs en ont décidé autrement et c’est chez moi qu’il m’est permis de découvrir cette petite perle venue encore une fois d’Angleterre et autant vous dire que je me suis bien éclaté devant ce qui est un petit film de série B sans grande prétention, qui use et abuse de l’humour noir pour tenir en haleine jusqu’à la fin de son intrigue.

20434883.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Adam est un jeune de dix-neuf ans assez perturbateur. Il habite avec sa mère chez Peter, l’amant de celle-ci. Peter est un homme qui trempe dans toutes sortes de petits trafics. Un matin, alors qu’Adam avait piqué la belle Mercedes de Peter, il perd le contrôle du véhicule et détruit la voiture. Peter le prend très mal et lui impose de le rembourser. Il devra alors faire ce que Peter lui demande, ou alors il devra être le chauffeur de Roy, un homme louche et étrangement silencieux. Adam va très vite se rendre compte que Roy est en fait un tueur à gage et en découvrant petit à petit les méthodes de cet homme quelque peu mélancolique Adam se laisserait bien séduire par cette vie-là. Mais alors qu’ils sont tous les deux sur un coup, ils se font surprendre par une jeune femme et c’est ainsi que la vie d’Adam va basculer. Entre traque et chantage et échanges sur des parkings la nuit, Adam, en quelques heures, va entrer de plein fouet dans un monde peut être pas aussi cool qu’il ne l’imaginait.

Dans ma cinéphilie, il y a un cinéma qui me plait par-dessus tous les autres. Un cinéma aussi réaliste que décalé. Un cinéma qui marie habilement les mots touchant et fun. Un cinéma qui sait très souvent nous apporter autre chose, avec des films inhabituels, avec un humour aussi horrible qu’il est tordant. Un cinéma qui est capable de nous offrir des personnages vrais, naturels, humains et en même temps complétement tordus, capable de partir dans l’extrême ou alors me faire fondre le cœur en une prise. Ce cinéma, c’est celui de nos amis anglais. Au pays de sa majesté la reine, chaque année sortent des films terribles qui bien souvent arrivent directement chez nous en DVD. Des réalisateurs comme Nick Murphy, Jake West, Adrian Victoria, Michael Winterbottom (encore pour son cas à lui, il arrive souvent d’en avoir au cinéma), David Blair, Nigel Cole et bien d’autres encore. Au milieu de cette liste assez conséquente, je pense que l’on pourra désormais rajouter le nom de Craig Viveiros, qui après un premier film, « Ghosted« , encore inédit chez nous, débarque avec « The Liability« , rebaptisé chez nous « The Last Hitman : 24 heures en enfer » (Dieu que ce titre est affreux…). Un film à la bande-annonce déjantée qui annonce un thriller complément barge dans la lignée de « Snatch » de Guy Ritchie et au casting qui annonce du lourd. Et le résultat est bel et bien un film pile comme je les aime, c’est-à-dire parfaitement « So British », tripant à plusieurs moments et prenant jusqu’à la fin.

L’intrigue est très sympa, sans que ce soit un film immense, « The Liability » se déguste comme un bon thé chaud, accompagné de biscuits sur un confortable rockingchair, le regard perdu dans la Cornouailles, pour en suivre tous les rebondissements de cette histoire de tueur à gages qui va perdre le contrôle de sa vie en très peu de temps. Craig Viveiros nous invite dans ce genre de film, qui ne vise pas le chef-d’œuvre, mais qui se révèle être honnête sur ce qu’il nous promet et surtout nous divertit avec une histoire aussi fun que touchante en fin de compte. Le scénario tient bien la route et le réalisateur a le mérite de faire court et efficace. « The Liability« , c’est aussi bien un thriller assez noir avec ce qu’il faut de tension et de mystère pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin. Le film dispatche au milieu de toute cette noirceur de vrais moments drôles de par l’absurdité de ce qui se déroule dans les actions. Craig Viveiros a un bon sens du rythme et son film en est d’autant plus amusant. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est qu’il soit totalement imprévisible. « The Liability » dégage une sorte de folie furieuse, qui fait que l’histoire est capable de partir en vrille à n’importe quel moment, aussi bien dans son déroulement qu’au détour d’une conversation entre les personnages, ce qui fait qu’on reste sur le qui-vive en permanence.

Le seul petit truc que j’aurais à lui reprocher, c’est que si à l’écrit le film est terrible, sa mise en forme n’est pas toujours bien filmée. La caméra ayant tendance par moment à bouger un peu trop, ça peut-être déstabilisant et flou. Et c’est dommage, car de ce côté-là aussi, Craig Viveiros a de bonnes idées de mise en scène. À plusieurs reprises, le film est très intéressant dans la façon que le réalisateur a de mettre en scène la violence, mélangée à l’humour. Ou dans l’ambiance et l’univers dans lequel il nous entraîne, d’ailleurs, j’ai trouvé la photographie superbe pour tout ce qui est scène de nuit.

Puis il y a ce casting pour lequel j’ai craqué de suite et qui m’a fait prendre le film immédiatement. Rien que d’imaginer deux immenses acteurs comme Tim Roth et Peter Mullan, il ne m’en fallait pas plus et ils sont tous les deux impeccables. Tim Roth est touchant en tueur dépressif en recherche d’autre chose et Peter Mullan en impose encore en vieux tortionnaire violent et glauque. Jack O’Connnell est vraiment l’une de mes plus belles révélations de l’année, l’acteur qu’on verra prochainement sous l’œil d’Angelina Jolie pour son second film comme réalisatrice, démontre encore tout le talent dont il est capable en étant ici une bombe à retardement. Son personnage est vraiment touchant de par sa haine, sa rage, sa brutalité, de par ce dont il se croit capable et le regard qu’il va avoir sur cette journée infernale.

21007520_2013052212511069.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« The Liability » est donc un bon film pile dans ce que le Grande-Bretagne sait faire de mieux. C’est un film que j’ai beaucoup aimé. Sans que ce soit le meilleur que j’ai pu voir dans le genre, je me suis quand même bien amusé devant cette histoire loufoque et triste à la fois. Et c’est pour ceci que je reste assez déçu de ne pas l’avoir découvert sur grand écran, car il avait vraiment toutes ses chances pour conquérir un petit public. Mais un petit public, ce n’est apparemment pas assez.

Il n’est donc pas indispensable, mais si jamais vous tombez dessus par hasard, il vaut vraiment le coup qu’on s’y attarde.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=219FREnT5aM[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.