mai 11, 2021

Divergente

287879.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Divergent

De : Neil Burger

Avec Shailene Woodley, Theo James, Kate Winslet, Zoë Kravitz

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé:

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Avis:

Je n’étais pas convaincu par ce film, d’ailleurs, je ne l’aurais surement pas vu s’il n’y avait pas la présence de Kate Winslet au générique de ce film, car la belle Kate est l’une des actrices que je préfère et je me fais une religion d’essayer de voir tous les films dans lesquels mon actrice s’est illustrée. Et dans sa belle carrière, je lui trouve enfin un faux pas, car ce film est comme je me l’imaginais, niais et fade au possible… Le bon côté des choses, c’est que je me suis bien marré devant tant de guimauve…

045865.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Dans le futur, le monde qu’on connait n’existe plus. La société est désormais divisée en cinq clans. Les Audacieux, les Érudits, les Altruistes, les Sincères et les Fraternels. Tous les jeunes gens âgés de seize ans doivent passer des tests pour savoir à quelle fraction ils appartiennent et lors d’une cérémonie, ils ont le choix de choisir la fraction à laquelle ils veulent appartenir. Mais une fois celle-ci définie, ils ne peuvent plus faire demi-tour.

Tris, une jeune fille, passe les tests, mais ces derniers vont révéler une chose rare. Tris ne rentre dans aucune case, et dans presque toutes en même temps. Elle est ce qu’on appelle une divergente et les personnes divergentes ne sont pas les bienvenues. Elles sont traquées et exécutées. Tris sachant ça, décide alors d’entrer chez les Audacieux, la fraction qui est censée défendre la ville et ses habitants. Pour Tris, l’apprentissage commence et pour ne pas se faire repérer, elle va devoir apprendre à cacher sa vraie nature divergente.

En me lançant dans le premier chapitre de « Divergente« , je pensais très bien savoir où je mettais les pieds. J’étais parti pour prendre le film comme il se présentait. C’est-à-dire, un film plus pour un public d’adolescents avec ce qu’il faut de clichés et guimauves et faire un succès. Mais là pour le coup, j’ai vraiment été gâté, puisque le film est bien plus que ce que je m’imaginais.

Adapté du livre éponyme écrit par Veronica Roth, qui est le premier tome d’une trilogie, Hollywood veut encore une fois surfer sur ce qui a fait le succès des sagas « Twilight » ou bien « Hunger Games » et le résultat va être à la hauteur. En pire car ça ne vole pas bien haut.

L’idée était intéressante et ce premier chapitre, plus basé sur l’entraînement de Tris pour intégrer la fraction des Audacieux, avait de quoi être bien, et même nous donner envie de d’attendre la suite.

Mais malheureusement, malgré les bonnes idées, le réalisateur nous livre ici un film bien fade, où règnent en maître les clichés romantiques comme ce n’est pas permis et son histoire est totalement prévisible. Sans le vouloir, sans chercher à savoir ce qui allait arriver, j’ai trouvé la plupart des rebondissements. Le film ne jouit d’aucune surprise dans son histoire et tout sonne tellement trop facile que ça en est vraiment drôle. Idem, pour l’émotion, s’il y a bien un ou deux moments prenants, le tout est trop fade et beaucoup trop niais entre les personnages pour toucher le spectateur. Plusieurs moments prêtant même à sourire, tant le romantisme voulu est trop marqué et ne fonctionne absolument pas.

Le film manque aussi cruellement d’univers. Ce que le réalisateur Neil Burger nous sert ici n’a pas de charme, un comble pour l’homme qui a réalisé « L’illusionniste » ou « Limitless« . On est dans un monde post apocalyptique, mais ce n’est pas deux ou trois immeubles défraîchis qui composent un univers de terreur où a régné la guerre. D’ailleurs, j’aurais bien aimé en savoir plus ce qui s’est passé dans le passé pour en arriver là. En plus, les décors donnent terriblement dans le fond vert. J’ai trouvé l’esthétisme assez mal fait, trop numérique, trop faux.

Enfin, on arrive au casting. C’est vrai que Shailene Woodley à vraiment quelque chose. L’actrice est bien, elle a du charme et de l’énergie et assure quand le film tombe un peu dans le drame. Je comprends tout le bien qu’on pense d’elle et en dehors de ce film, je pense qu’on a le droit à une bonne actrice dont on n’a pas fini d’entendre parler et c’est vrai que malgré le mauvais moment que j’ai passé devant, je suis content de l’avoir découverte. Le film se paye le luxe d’avoir la belle Kate Winslet à son générique. Si l’actrice britannique est bien dans le peu de scènes qu’elle a et que c’est la grande méchante du film, je dirais aussi de Kate que c’est le fantôme du film tant l’actrice y fait peu d’apparitions. On trouvera aussi Ashley Judd et Tony Goldwyn qui jouent les parents de Shailene Woodley, mais après eux le casting s’arrête là, les autres acteurs du film cherchant encore le charisme qu’ils sont censés avoir à l’écran. La palme revenant à Theo James et son visage mono-expressif où l’on cherche ce que le personnage ressent. J’avoue m’être moqué parce que c’était trop à regarder.

082274.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je ressors donc étonné de ce film, car je n’attendais pas grand-chose et j’avoue qu’il m’a donné encore moins que ce que j’attendais. Au final, c’est un film sans surprise et sans ambiance, sans vraiment de personnages le tout mit sur une bonne idée qui, si elle avait été traitée autrement, aurais pu donner quelque chose de bien. Et comme il n’y a vraiment aucune surprise et que l’on devine tout bien en avance, je crois avoir compris quelque chose pour les suivants et je suis curieux de voir si j’ai raison. Ça sera donc l’une des seules motivations après la présence fantomatique de Kate pour jeter un œil aux suites…

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.