janvier 27, 2022

Affreux Sales et Méchants

19117530.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Brutti, sporchi e cattiviti

De : Ettore Scola

Avec : Nino Manfredi, Linda Moretti, Francesco Annibaldi, Ettore Garofalo, Franco Merli, Maria Bosco

Pays : Italie

Année : 1976

Genre : Comédie, Drame

Scénario : Ruggero Maccari, Ettore Scola

Résumé :

Un bidonville de Rome, dans les années 60. Giacinto règne en tyran sur sa famille : sa femme, ses dix enfants, les conjoints, les amants et la grand-mère, tous logés sous le même toit, dans un taudis pouilleux. Tous acceptent son autorité et sa mauvaise humeur, car le patriarche acariâtre possède un magot d’un million de lires – reçues en dédommagement après avoir perdu un œil – que chacun espère lui voler. Tandis que Giacinto passe ses journées à se saouler ou violenter les femmes autour de lui, que le fils se travestit en femme, que la grand-mère apprend l’anglais à la télé ou encore que le petit fils chasse les rats morts, on prépare en cachette l’assassinat de Giacinto…

Avis :

N’étant pas adepte du cinéma italien, je dois dire que je n’avais jamais entendu parler de ce film. J’ai cependant vu quelques films provenant de « La Botte », mais cela ne m’a jamais attiré. Quel est donc ce film que l’on considère comme culte ?

19117527.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Non, Affreux sales et méchants n’est pas la version transalpine de Moi, Moche et Méchant. Si l’humour est néanmoins présent dans le long métrage d’Ettore Scola (Une journée particulière, …), ce film est surtout une satire d’une période noire de l’Italie : le prolétariat des années 60 et 70. Dès le début, on pénètre dans un bidonville de la périphérie de Rome pour ne jamais le quitter. Les lieux de tournage sont authentiques, ce qui accentue le côté réaliste du film, à part la bicoque de la tribu de Giacinto qui a été construite pour les besoins du film.

Prix (justifié) de la mise en scène au Festival de Cannes 1976, Affreux Sales et Méchants nous propose un casting presque totalement rempli de « sales gueules » issues pour la plupart de la rue. En effet, la majorité du casting est composée d’amateurs, dont la seule caractéristique est leur faciès abject (l’affreuse femme barbue de Giacinto, le fils au nez déformé, ou encore la grand-mère complétement frappadingue qui est jouée par… un homme) pour un casting désopilant. Des personnages jamais traités avec dédain par le réalisateur mais bien avec amour. A aucun moment il ne laisse transparaître une quelconque animosité envers ces personnages et parvient même à nous faire ressentir de l’empathie pour ces petites gens que la misère a rendue comme elles le sont.

Et que dire de l’interprétation magistrale de Nino Manfredi (Miracle à l’italienne, Les aventures de Pinocchio, …) en patriarche despotique plus vrai que nature. L’acteur s’est vraiment investi dans son rôle et n’hésite pas à donner de sa personne pour nous offrir une performance digne des plus grands. Une performance qui atteint son apogée dans cette scène hallucinante du « lavement à l’eau de mer avec la pompe à vélo ». Scène qui est, à elle seule, une véritable leçon de cinéma.

A bien des égards, le film est vraiment recommandable. L’humour noir omniprésent ne nuit absolument pas au contexte dramatique de ce film qui devait, à l’origine, être un documentaire sur les conditions de vie de la population pauvre romaine. Des dialogues désopilants où parfois on a honte de rire quant à la dramatique du propos. Une histoire qui n’est pas sans rappeler les grandes tragédies antiques ou encore L’Avare de Molière (après tout, Giacinto n’a-t-il pas un côté Harpagon ?). Une satire vraiment couillue pour l’époque.

19721019.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cette sortie en Blu-Ray fait vraiment honneur à ce chef d’œuvre du cinéma italien. Le travail effectué par Carlotta n’a vraiment rien à envier aux remasterisations des grands standards d’Universal, de la Fox ou de la Warner. L’image et le son ont été magnifiquement retravaillés et le résultat final est épuré et net, un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles. Côté défaut, on déplorera l’absence de bonus sur cette galette à l’exception d’une pauvre petite bande annonce. Dommage car on aurait vraiment aimé en savoir plus sur ce monument de la comédie noire italienne hautement recommandable.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=GME_IgpfWlk[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.