juin 24, 2024

The Fray – Helios

the-fray-helios-cover-e1392936589668

Avis :

Avec l’avènement des séries télés, il y a eu un autre phénomène assez marquant, c’est la démocratisation de certains groupes, dont la musique passe sur une série. Bien évidemment, les compositeurs de musique de films sont très connus et reconnus comme Hans Zimmer ou John Williams mais avec les séries ce sont des groupes qui, à la base, n’étaient pas très connus, puis qui ont eu une certaine renommée grâce à la série. Les cas sont multiples comme The Rembrandts avec Friends ou encore Simple Plan avec le dessin animé Scooby Doo. The Fray est un groupe qui s’est fondé à Denver en 2002 et qui fait ce que l’on peut appeler du piano rock ou plus simplement du pop rock gentillet. Tout commence pour eux avec le soutien d’une radio locale qui leur permet d’enregistrer leur premier EP et de se faire remarquer. Mais le véritable succès intervient en 2007 lorsque leur single How to Save a Life passe dans le série à succès Grey’s Anatomy. Le morceau fait l’effet d’une bombe et le groupe est propulsé dans les hautes sphères des succès pop. Mais le plus difficile est de survivre au succès éphémère et The Fray a su résister en proposant un deuxième album en 2009 avec le hit You Save Me. De ce fait, plusieurs autres séries se sont appropriés leurs tubes comme Smallville, Dr House ou encore Scrubs. Helios est leur quatrième album studio et il reste dans la même veine, tout en proposant une première partie surprenante et très intéressante.

Le skeud commence avec un titre assez sympathique, relativement simple, mais qui monte en puissance et qui sort un peu des chemins gnangnan qu’emprunte assez souvent le groupe. Hold my Hand est très classique, mais il reste agréable à l’écoute, proposant un mix piano/guitare avec une belle voix derrière. On sent tout de même que le chanteur ne peut pas trop pousser, mais son timbre granuleux est assez adéquat pour ce genre de titre. Le plus surprenant viendra sur les deux titres suivants. Love Don’t Die est un pur morceau pop rock, très entrainant et suivant un chemin assez inhabituel pour le groupe. C’est assez groovy, ça pulse bien et les guitares sont mieux mises en avant. On sent que le groupe a envie de bouger et ça fait du bien de sentir cette petit fraîcheur. Encore plus surprenant, Give It Away est un morceau qui lorgne complètement le funk. La voix du chanteur est parfaite dans ce registre et les guitares sont dans le parfait tempo. L’ensemble donne une sévère envie de danser et l’ajout du piano dans le refrain est juste excellent. On regrettera peut-être l’absence d’un solo ou d’une coupure plus mélodique, ne cherchant finalement que le plus simple et peut-être le plus commercialisable. Closer to Me est un titre assez pêchu, même si cela reste gentil, mais on a encore les guitares qui sont de sortie et l’ensemble fait très pop rock californien, un peu comme un titre des Fall Out Boy. Le titre suivant, Hurricane, suit ce schéma là et essaye d’être encore plus rapide et nerveux. Bien évidemment cela reste très gentil, mais c’est assez bizarre que le groupe essaye de faire autre chose que les tubes qui lui ont permis d’accéder au succès, à savoir de la ballade larmoyante.

the-fray-2013

Malheureusement, le soufflé va retomber assez vite avec la deuxième moitié de l’album. Keep on Wanting est un titre assez lent, avec une guitare très légère en arrière-plan et surtout une voix qui part dans les aigus et qui reste finalement assez désagréable. Il faut ajouter à cela que le tout est assez chiant et n’emportera pas l’auditeur dans le sentimental ou la joie ou quoi que ce soit d’autres. Our Last Days essaye de faire pareil que précédemment sauf que cette fois-ci le groupe va tenter de monter crescendo en puissance et on en ressort peu satisfait car même si cela reste agréable, c’est très simpliste et surement pas assez touchant. Break Your Plans est le titre le plus classique dans le style du groupe. Un léger piano, une belle voix, un rythme mollasson mais finalement assez touchant, on a vraiment la sensation d’écouter une musique de série lors d’un passage romantique. C’est taillé pour cela et le groupe se retrouvera surement dans une série dans pas très longtemps. Wherever This Goes est un titre assez couillu puisqu’il ne possède quasiment aucune instrumentalisation, hormis un rythme à la batterie et quelques notes en fond. Le titre reste anecdotique malgré tout, n’étant qu’un morceau que l’on écoute et que l’on oublie par la suite, à cause de moments marquants ou intéressants. Arrive alors l’énigme Shadow and a Dancer et son rythme bizarre ainsi que ses sons bizarres. Le titre est surprenant mais il demeure finalement peu convaincant à cause d’un rythme assez lent et peu marquant. Enfin, le skeud se termine avec Same As You qui est un morceau mou du genou, très calme, essayant encore une fois de jouer sur la corde sensible de l’auditeur et qui semble taillé pour la télé. Rien de bien méchant en somme.

Au final, Helios, le dernier album de The Fray est un album en demi-teinte. Commençant avec panache et sortant un peu du carcan du piano rock mollasson avec des rythmiques pêchues, le groupe retombe dans ses travers dans le deuxième moitié du skeud, proposant des morceaux peu mémorisables et mou du genou qui feront certainement le bonheur des séries télés à l’eau de rose.

  1. Hold my Hand
  2. Love Don’t Die
  3. Give It Away
  4. Closer to Me
  5. Hurricane
  6. Keep on Wanting
  7. Our Last Days
  8. Break Your Plans
  9. Wherever It Goes
  10. Shadow and a Dancer
  11. Same as You

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=4FopKgAntiA[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.