décembre 2, 2020

Fame

18473841.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Alan Parker

Avec Irene Cara, Maureen Teefy, Gene Anthony Ray, Paul McCrane

Année : 1980

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie Musicale

Résumé :

Ils sont nombreux à passer l’examen d’entrée de la célèbre High School of Performing Arts de New York. Très peu y accèdent. A l’issue de ces quatre années de formation, rares sont ceux qui parviennent au firmament du show-biz.

Avis :

« Fame I’m gonna live forever. I’m gonna learn how to fly–high! »

Tout le monde connait les paroles de cette chanson culte d’Irene Cara passée dans un taxi en pleine rue de New-York avec toute une génération d’artistes qui se mettent à enflammer le bitume et ainsi bloquer la circulation. Cette scène est tout droit sorti du film d’Alan Parker.

De « Fame » je ne connaissais que cette musique-là, sans même avoir vu le film. Je me suis donc lancé dans l’un des meilleurs films musicaux des années 80 et j’ai découvert un film assez sympa, moins bien que ce que j’avais imaginé, mais qui reste un bon film sur la danse, le théâtre, la musique et surtout les rêves.

18940955.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

New-York, début des années 80, ils sont nombreux, très nombreux à passer les auditions pour intégrer la High School of Performing Arts, l’une des écoles d’artistes les plus prestigieuses de la grosse pomme. Chacun y vient avec sa motivation, avec son lot de rêve et son envie de réussite, mais très peu seront retenus.

S’ils sont retenus, les élèves vont passer quatre années à étudier la danse, le théâtre ou bien la musique pour peut-être faire carrière dans l’un des domaines qu’il aura choisi.

C’est ainsi qu’on va suivre les destins de Coco, Leroy, Ralph, Montgomery, Doris, Bruno et Lisa. Ils ne se connaissaient pas avant d’intégrer l’école, ils viennent de tout horizon, mais ils ont un rêve en commun, réussir dans leur matière qu’ils affectionnent tant.

Quand on pense à Alan Parker, il est bien impossible de ne pas penser à son troisième film, « Fame« , qu’il a fait juste après son autre et tout aussi culte « Midnight Express« . Je ne sais pas pourquoi je m’attendais à trouver un film dans la veine d’un « Dirty Dancing » ou « Flashdance« , du genre une comédie romantique avec des scènes musicales, alors que non, j’ai été très surpris de trouver un film où le principal moteur n’est pas la romance, mais l’ambition, les rêves et l’envie d’y arriver. Le film n’est pas du tout cucul la praline, alors que je m’y attendais, mais j’avais oublié pour le coup qui était derrière la caméra.

Sur la base d’un scénario astucieux, le réalisateur va nous entraîner au cœur de cette école et au cœur d’une révolution culturelle. Ce moment où de jeunes artistes ont l’envie de changer le moment. Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce film, c’est l’aspect humain des personnages. L’intrigue est bonne et prend son temps pour nous présenter chacun d’eux. Ils vont nous parler de leurs envies, espoirs, mais aussi de leurs blessures, leurs passés et leurs doutes. Je trouve que ce côté-là du film est très attachant. J’ai aussi aimé le fait qu’il n’y ait pas vraiment de compétition entre eux, qu’ils étaient là pour l’autre et non contre l’autre. Je trouve que ça apporte beaucoup de fraîcheur au film et il nous réserve de bons moments en particulier sur l’amitié et l’entraide, plus que des coups bas pour réussir ou bien tout faire pour être le meilleur. Ça change de ce qu’on a l’habitude de voir et c’est très bien.

Le film nous réserve des moments et des scènes incroyables, comme par exemple ces deux scènes de chants et de danses (dans la cantine et dans la rue) qui sont tout simplement géniales et folles. Alan Parker lâche la folie de sa mise en scène. Le film en lui-même est beau et bien filmé, mais sur ces deux scènes-là, il filme presque une révolution, un mouvement de liberté, une exposition musicale, où les corps se déchaînent sur une musique qui à l’époque était neuve. Je suis resté scotché devant ces scènes-là.

18940956.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Puis enfin ce qui fait aussi la force de ce film ce sont tous les jeunes acteurs que le réalisateur a choisi et qui sont plus vrais que nature. C’est quelque part entre joie et peine qu’on va s’accrocher à eux. Bien sûr on aura nos personnages préférés. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les histoires de Doris, Montgomery et Ralph, qui sont bien joués par respectivement Maureen Teefy, Paul McCrane et Barry Miller. Je l’ai trouvé sympa ce petit triangle amoureux qui se forme. Puis il y a aussi Irene Cara qui est impeccable et touchante dans le rôle de Coco. Mais tous les autres acteurs sont bons que ce soit élève ou professeur, Alan Parker a très bien choisi son casting.

Au final, le film ne m’a pas déçu. Alan Parker a réalisé un bon film sur l’ambition et l’envie d’y arriver. Alan Parker est surprenant, car passer d’un film « Midnight Express » à « Fame« , c’est un sacré virage et le réalisateur le passe sans même un accroc.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.