Arch Enemy – War Eternal

archenemywareternalcd

Avis :

Bien souvent, quand un musicien, ou un frontman, se barre d’un groupe, c’est pour former un autre groupe et qui parfois devient aussi connu que son groupe d’origine. Et ce n’est pas la famille Cavalera qui va dire le contraire avec Sepultura, Soulfly et Cavalera Conspiracy. Arch Enemy n’échappe pas à la règle puisque sa création en 1995 provient du départ du guitariste de chez Carcass. D’origine suédoise, le groupe se fait rapidement connaître grâce à un death métal parfois mélodique et parfois plus brutal. Mais ce qui démarque énormément Arch Enemy des autres groupes, c’est la présence d’une femme en leader. D’abord masculin, le chanteur de base est prié de quitter le groupe et c’est Angela Glossow qui va le remplacer pour un bon moment. Journaliste allemande, elle va être la marque de fabrique du groupe, envoyant un growl qui n’a rien à envier aux hommes. C’est alors qu’elle décide de quitter le groupe en 2014. Elle ne sera pas loin puisqu’elle se charge du management du groupe. C’est alors que déboule Alissa White-Gluz, bombe anatomique chanteuse du groupe canadien The Agonist. Et qui dit nouvelle recrue, dit nouvel album. D’autant qu’elle n’est pas la seule nouvelle venue, un nouveau guitariste vient en remplacer un autre. Voilà de quoi attiser la curiosité des fans. Alors que vaut ce War Eternal ?

Comme à son habitude, le groupe donne une intro qui fera la part belle aux chants lyriques et à une ambiance presque satanique. La présence d’un orgue et de violons assure une ambiance oppressante, presque vampirique, pour aborder un album qui sera franchement recommandable. Never Forgive, Never Forget, le titre qui suit, est une véritable explosion. Après un hurlement guttural accompagné d’une double pédale ultra rapide, les guitares sont lâchées et on aborde un morceau violent, rapide et qui ne fait pas dans la finesse. La nouvelle chanteuse prouve de quoi elle est capable et les riffs sont véritablement assassins. Comme à son habitude aussi, le groupe fournit un solo de fou furieux qui fait de suite penser aux meilleurs groupes de Power Métal comme Dragonforce. La pièce qui arrive ensuite est l premier tube du groupe avec War Eternal, qui malgré ses début agressifs, se révèle plus accessible que le titre précédent, notamment grâce à un rythme moins rapide mais surtout grâce à une rythmique qui permet de mieux mémoriser le refrain. As the Pages Burn, tout comme les deux titres qui vont suivre, No More Regrets et You Will Know my Name, est un morceau très intéressant car il marque un virage dans l’album. Il s’agit de trois titres dont le refrain est très identifiable et qui demeure très efficace. Si tout le reste du titre est très violent bien que mélodique, c’est bien la rupture du refrain que l’on gardera en mémoire, un peu comme un titre pop. Cela se révèle être très efficace et fait que l’on accroche directement aux titres. No More Regrets sera plus marqué par un style proche du power métal, alors que You Will Know my Name est presque un titre métal simple avec un schéma structurel hyper formaté mais à l’efficacité redoutable. Pour clore cette première partie le groupe propose un entracte avec Graveyard of Dreams, moment totalement musical, sans parole et qui se révèle juste sublime, marquant une courte pause avant une seconde moitié prometteuse.

ArchEnemy2014

Stolen Life est très surprenant, tout d’abord parce qu’il dure moins de trois minutes, et ensuite parce qu’il apporte un aspect plus métal mais aussi quelques chœurs assez anecdotiques mais qui font leurs effets. Le morceau est intéressant mais reste assez mineur dans le skeud. C’est alors qu’arrive la pièce maîtresse de l’album. Time is Black est une tuerie de plus de cinq minutes, avec une introduction pesante, faisant penser à des films d’horreur pour ensuite envoyer une tempête de violence avec des riffs bien puissants et une batterie très présente. Le morceau se targue d’une rupture avec des violons sur la fin mais aussi présent lors du refrain, rendant ce moment magique et d’une rare mélodie. Arrive alors On and On, qui est plus lent, mais qui fait penser aux titres mémorisables de la première partie, avec un refrain bien marqué et intéressant. Avalanche est un titre un peu plus faible que les autres morceaux du groupe, car il reste peu marquant. Cela est peut-être dû à l’overdose de violons, ou alors aux rares moments en chant clair, mais on sent que le titre est trop classique pour marquer pleinement. C’est dommage, il y a un solo de malade dedans… Down to Nothing est le morceau le plus virulent du skeud, avec des riffs très agressifs et une ambiance pesante et sombre. Le titre n’est pas inintéressant, mais il reste très binaire malgré la technicité incroyable des musiciens. Not Long for This World est un morceau sans parole, où les musiciens s’expriment pleinement. Le titre est beau, profond, sombre et c’est vraiment très très bon. Shadow on the Wall est la bonus track de l’album et il s’agit d’une reprise de Mike Oldfield. Le morceau est assez différent de ce que propose le groupe habituellement, mais il passe bien et demeure assez sympathique.

Au final, War Eternal, le dernier album de Arch Enemy est une excellent cru. Violent, sombre, d’une grande technicité et avec des mélodies virulentes mais puissantes, le groupe assure le passage de témoin et fournit un skeud de qualité supérieure. Si certains titres semblent plus faibles que d’autres, on ne peut pas renier le fait que tout cela est assez homogène et que la pièce Time is Black est une grosse tuerie. Bref, le changement de chanteuse n’aura pas fait perdre de la qualité au groupe, bien au contraire, il fournit un album quasi parfait.

  1. Tempore Nihil Sanat (Prelude in F Minor)
  2. Never Forgive, Never Forget
  3. War Eternal
  4. As the Pages Burn
  5. No More Regrets
  6. You Will Know my Name
  7. Graveyard of Dreams
  8. Stolen Life
  9. Time is Black
  10. On and On
  11. Avalanche
  12. Down to Nothing
  13. Not Long for This World
  14. Shadow on the Wall

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net