septembre 28, 2020

Le Concert

le film affiche le concert

De : Radu Mihaileanu

Avec Mélanie Laurent, Alexeï Guskov, Dimitri Nazarov, François Berléand, Miou-Miou

Année : 2009

Pays : Roumanie/France

Genre : Comédie

Résumé :

A l’époque de Brejnev, Andrei Filipov était le plus grand chef d’orchestre d’Union soviétique et dirigeait le célèbre Orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, dont son meilleur ami Sacha, il a été licencié en pleine gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais… comme homme de ménage.
Un soir, alors qu’Andrei est resté très tard pour astiquer le bureau du maître des lieux, il tombe sur un fax adressé au directeur : il s’agit d’une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l’orchestre du Bolchoï à venir jouer à Paris… Soudain, Andrei a une idée de folie : pourquoi ne pas réunir ses anciens copains musiciens, qui vivent aujourd’hui de petits boulots, et les emmener à Paris, en les faisant passer pour le Bolchoï ? L’occasion tant attendue de prendre enfin leur revanche…

Avis :

La comédie française est figée depuis plusieurs années. C’est d’ailleurs pour cela que les gens s’extasient devant des films plutôt médiocres et injurieux comme Bienvenue chez les Ch’tis. Heureusement pour nous, certains réalisateurs arrivent à faire des comédies drôles avec un message porteur et intelligent. Je parle bien entendu de Intouchables, film fort sympathique, et vraiment amusant. Mais avant ce film est sorti en salles, une autre comédie touchante, belle et simple. Il s’agit du Concert, film qui nous intéresse maintenant et qui date tout de même de 2009. Réalisé par un roumain au nom imprononçable, Le Concert propose une histoire improbable mais qui reste très forte et dans un domaine pas si connu que cela, celui de la musique classique et plus précisément du Bolchoï. Alors pourquoi ce film m’a-t-il plu ? Pourquoi ce film m’a-t-il touché, moi, le spécialiste des films d’horreur ? Allez, camarades, partons de Russie pour faire un concert dans la belle ville de Paris !

Le scénario de ce film est assez original et pour le coup il utilise deux normes que l’on ne voit pas beaucoup dans les comédies françaises, c’est-à-dire la musique classique (et Tchaïkovski pour être plus précis) et un pays pauvre. Ce qui, à priori, n’a rien à voir va en fait permettre de mettre en avant des problèmes sociaux flagrants mais aussi un milieu en total inadéquation avec la pauvreté. Alors c’est sûr que dit comme ça, on n’a pas forcément envie de voir le film, mais il faut lire le scénario pour comprendre. Andrei est un ancien maestro, il était même le chef d’orchestre du Bolchoï. Arrêté et humilié en plein milieu d’une représentation de Tchaïkovski, parce qu’il refuse de licencier ses musiciens juifs, il va alors se retrouver homme de ménage du théâtre. Sauf qu’un jour, il tombe sur un fax pour que le Bolchoï fasse une représentation au théâtre du Châtelet à Paris. Il y voit là une occasion en or, pique le fax et réuni tous ses anciens collègues pour partir sur Paris. C’est alors que les galères commencent avec des amis pauvres éparpillés dans Moscou, entre gitans et sans abris noyés dans l’alcool, puis une fois à Paris, il va choisir une soliste avec qui il partage un secret. Sans compter que tous ces musiciens l’ont accompagné mais plus pour des raisons personnelles, comme la recherche d’un travail ou d’une situation meilleure. Et c’est là le plus marrant mais aussi le plus tragique. Radu Mihaileanu va dresser des portraits de familles dans la misère et dans l’alcool, ne voulant que retrouver un peu de bien-être et un niveau de vie correct mais avec un certain humour et en montrant volontairement tous les clichés du genre, comme le russe communiste ou encore les juifs qui revendent toute leur camelote pour se faire un maximum d’argent. Tout cela peut sembler gros, mais c’est fait exprès et ça marche. Mais ce n’est pas la seule cible du réalisateur, puisque le côté huppé, bourgeois est lui aussi mis à mal avec le directeur du cabaret qui est un beau salaud, ou encore la violoniste qui se donne un genre grande dame perdue au milieu de la racaille. Alors certes, on enfonce des portes ouvertes et c’est sentimentaliste au possible, mais ça marche et on a la banane durant tout le film.

Concert-06

Scoop, Carlos n’est pas mort, il s’est même mis au violoncelle !

Au niveau du casting, on va avoir droit à un duo d’acteur qui fonctionne vraiment bien et qui n’est pas connu en France, avec, pour les épauler, de grands acteurs français. Alexeï Guskov joue le héros de l’histoire, l’ancien maestro, et il tient son rôle à merveille. Jamais sûr de lui, toujours à la recherche du meilleur, il montre bien la rigueur russe et cache aussi un terrible secret qui le ronge. L’acteur parvient à faire passer toutes ces émotions, jusqu’à la fin, libératrice pour lui comme pour nous. Mais il ne possède pas réellement de force comique, il s’agit plutôt du côté mélodramatique du métrage. Pour mettre un peu d’humour dans tout ça, on aura Dimitri Nazarov (voir photo), qui tient le rôle du meilleur copain, grand, costaud et un peu rustre sur les bords. Sorte d’Obélix russe, il tient son rôle à la perfection, donnant une empathie incroyable au spectateur, de part sa naïveté et ses colères monstrueuses. Le duo fonctionne très bien et c’est leur complémentarité qui fait que le film marche. Pour les aider dans ce métrage, on a droit à la belle Mélanie Laurent qui joue la soliste. Pomponette et bobo, elle demeure assez glaçante dans le début du film, pour se révéler sur la fin. Elle reste une actrice très forte. François Berléand est de la partie, jouant le directeur du théâtre, abject du début à la fin, il tient très bien ce rôle de méchant qu’il affectionne, un peu pince sans rire. Enfin, Miou-Miou est présente, jouant l’imprésario de Mélanie Laurent. Elle demeure très juste et très bien dans ce rôle. C’est d’ailleurs assez marrant de voir que le réalisateur s’est amusé à prendre les acteurs français pour des bourgeois huppés et les russes pour de pauvres hères en quête de reconnaissance. Certains passages du film sont savoureux, comme la découverte des gitans par la soliste et de leur manière de jouer ou encore lorsque l’on voit le producteur russe dans un restaurant arabe avec un Ramzy au taquet !

Au final, Le Concert est une comédie très bien ficelée, drôle mais surtout attendrissante. Et pourtant, c’est un spécialiste de l’horreur qui vous écrit ses lignes. Le scénario, montrant les problèmes sociaux et la différence de niveau de vie entre deux pays nous montre que finalement, on ne devrait peut-être pas tant se plaindre. Les acteurs quant à eux sont sublimes, contribuant énormément à toute l’empathie que l’on a pour ce métrage. Bref, un film que j’ai aimé. Et alors, ça vous étonne ? D’ailleurs, je vais me mettre à Tchaïkovski, ça me changera de Metallica… Quoique…

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.