octobre 24, 2020

La Daronne

De : Jean-Paul Salomé

Avec Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani, Liliane Rovère

Année: 2020

Pays: France

Genre: Comédie, Policier

Résumé:

Patience Portefeux est interprète judiciaire franco-arabe, spécialisée dans les écoutes téléphoniques pour la brigade des Stups. Lors d’une enquête, elle découvre que l’un des trafiquants n’est autre que le fils de l’infirmière dévouée qui s’occupe de sa mère. Elle décide alors de le couvrir et se retrouve à la tête d’un immense trafic ; cette nouvelle venue dans le milieu du deal est surnommée par ses collègues policiers « La Daronne ».

Avis:

Jean-Paul Salomé est un auteur assez atypique dans le paysage du cinéma français. Débarquant avec un premier long au début des années 90, le metteur en scène se fait un petit nom avec des films comme « La grande fille » ou « Les braqueuses« . Quand arrivent les années 2000, Jean-Paul Salomé voit plus gros et se lance dans des films à plus gros budget et c’est là que ça commence à déraper. Si l’on retiendra « Les femmes de l’ombre » comme le meilleur de cette période-là, on survolera ses « Belphégor, le fantôme du Louvre« , « Arsène Lupin » ou encore « Le caméléon« . Après donc plusieurs échecs, le réalisateur revient avec une comédie, et une bonne comédie, l’injustement boudé « Je fais le mort« .

Ne jouissant donc pas d’une bonne réputation, on n’avait plus de nouvelles de Jean-Paul Salomé depuis 2013 et son « Je fais le mort« . Après sept années d’absence, le cinéaste français fait son retour sur les écrans avec une comédie policière portée par Isabelle Huppert et s’il est clair que cette « … Daronne » ne restera pas dans les annales, le film demeure un petit moment relativement sympathique, qui nous offre un jeu du chat et de la souris plutôt bien vu.

Patience Portefeux est interprète franco-arabe pour le service d’écoute pour les stups. Alors qu’elle travaille sur un dossier depuis quelque temps déjà, Patience découvre que le jeune homme qu’elle écoute est le fils de l’infirmière qui s’occupe de sa mère. Ne pouvant laisser le jeune homme se faire attraper, Patience décide de le prévenir via sa mère. Ce dernier remontait du Maroc avec plus d’une tonne de cannabis et s’il a réussi à s’en débarrasser, il s’est quand même fait arrêter. Patience va alors retrouver la marchandise et comme elle a besoin d’argent, elle va se retrouver à la tête d’une énorme entreprise, et comme elle travaille pour la police, elle peut passer entre les mailles du filet…

Se lancer dans un film de Jean-Paul Salomé, c’est un peu tout l’un ou tout l’autre, les films du réalisateur n’ayant pas la plus belle des réputations qui soit. Avec « La Daronne« , huitième film pour son réalisateur, on ne savait pas trop sur quel pied danser avant d’entrer en salle, tant l’idée était accrocheuse, mais en même temps, on retrouve Jean-Paul Salomé à la réalisation et au-delà de ça, il y a cette idée qui persiste (même pour moi qui adore le cinéma français), que les comédies françaises, ce n’est pas ce que l’on peut faire de mieux. Mais qu’importent les craintes et autres, derrière tout ceci encore, il y avait l’idée de trouver Isabelle Huppert dans la peau d’une flic dealeuse et entre bon et oubliable, cette « … Daronne » fut finalement agréable et sympathique.

Alors oui, le film de Jean-Paul Salomé est très loin d’être parfait, on peut même dire que son ouverture et la présentation de ses personnages est assez laborieuse, dans le sens où le film met bien trop de temps à commencer, au point que ça en fait peur. Jean-Paul Salomé rame pour convaincre, et surtout, on ne sait pas vraiment sur quel pied danser, car le réalisateur est hésitant. Comédie, comédie policière et sociale, film de mafieux, le tout se mélange, et ce n’est pas toujours subtil. Mais une fois que cette  » … Daronne » est mis en place, le film de Salomé, sans être non plus extraordinaire, se fait agréable, amusant et parfois même prenant.

Le scénario installe plusieurs jeux du chat et de la souris, entre les flics et cette daronne d’un côté et les dealers arnaqués et la dite daronne et le tout fonctionne plutôt bien. Les situations sont parfois poussées un peu loin, on y trouve des incohérences et des raccourcis, mais finalement, on s’amuse, ça reste sympathique dans l’ensemble et ça ne fait pas de mal. De plus, « La Daronne » assure un certain show grâce à Isabelle Huppert qui s’amuse planquée derrière les foulards et le bling-bling qu’elle imagine pour l’image d’une mafieuse.

On notera toutefois que ce qui est l’énorme point du film, à savoir sa comédienne, est aussi l’un de ses défauts. Huppert prend toute la place et les autres comédiens, et donc personnages, ont bien du mal à exister face à elle. À noter toutefois que Jade-Nadja Nguyen s’en tire plutôt pas mal dans le rôle de Madame Fo, offrant quelques bons moments et bonnes répliques avec Isabelle Huppert.

Le nouveau film de Jean-Paul Salomé est donc sympathique, certes noyé au milieu d’autres films français et surtout d’autres bien meilleurs, cette « … Daronne » sera oubliable, et ne restera pas dans les annales, mais sur l’instant, entre comédie et film policier à tendance mafieuse, ça offre ce que l’on est venu chercher. « La Daronne » n’est donc pas un essentiel du moment, mais si jamais l’envie vous en dit, il y a bien plus mauvais dans nos salles en ce moment.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.